Devoir de Philosophie

Composante essentielle de notre patrimoine naturel, la forêt occupe 32 % des terres émergées de la planète.

Publié le 27/10/2013

Extrait du document

Composante essentielle de notre patrimoine naturel, la forêt occupe 32 % des terres émergées de la planète. L'écosystème forestier assume un rôle écologique quant à la préservation des espèces, en même temps qu'il influence le sol et le climat. La forêt française représente actuellement un quart du territoire métropolitain, ce qui fait d'elle la plus grande d'Europe. Son importance de même que sa fonction économique et sociale ont considérablement évolué au cours de l'histoire. Le terme forêt désigne couramment soit une vaste étendue plantée d'arbres, soit l'ensemble de ces arbres. On a coutume de restreindre la forêt aux arbres, alors qu'elle est caractérisée par les interactions d'une multitude d'espèces végétales et animales, formant ainsi un écosystème forestier. Bien peu de forêts - si l'on fait exception de la forêt amazonienne (onze fois la superficie de la France) - méritent d'être qualifiées de forêts naturelles, de forêts primaires ou de forêts primitives. L'homme a modifié presque partout le couvert végétal, en sélectionnant les arbres fruitiers, en privilégiant les espèces utiles à la construction ou au chauffage. Si quelques forêts sont restées quasiment intactes, notamment pour des raisons religieuses, comme à Madagascar, les forêts secondaires, qui apparaissent dans les endroits défrichés puis abandonnés par l'homme, et les dégradations (amaigrissement du couvert) sont les cas les plus fréquents. L'écosystème forestier L'écosystème forestier est déterminé par des facteurs physiques (climat, composition du sol, relief...) et par sa biocénose (association des espèces végétales et animales). Les relations qui s'y nouent ont pour finalité l'élaboration et le recyclage de la matière organique. Les végétaux, autotrophes, élaborent cette matière organique à partir d'éléments minéraux par le mécanisme de la photosynthèse et les animaux, consommateurs, exploitent l'énergie fixée par les mécanismes végétaux. En fin de cycle interviennent les décomposeurs ou bioréducteurs, qui transforment la litière. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats biocénose décomposeurs écosystèmes - La productivité des écosystèmes La végétation. On distingue dans l'écosystème forestier différentes strates végétales. La strate arborescente, dont la densité conditionne la quantité de lumière disponible pour le sousbois, joue le rôle le plus important. Une forêt de bouleaux laissera filtrer plus de lumière qu'une forêt de hêtres et aura ainsi une strate herbacée dense. Les principaux arbres des forêts de plaine en Europe sont les chênes rouvre et pédonculé et le hêtre. À l'étage montagnard, on rencontre surtout le hêtre et le sapin, si l'atmosphère est humide, ou le pin sylvestre, si au contraire elle est sèche. Épicéa et mélèze y poussent aussi, à une altitude supérieure. À l'étage subalpin, on trouve principalement le pin à crochets et l'arole. Au-dessous de la futaie, une strate arbustive est formée de jeunes arbres n'excédant pas 7 m de haut, ainsi que d'arbustes (néflier, sorbier, aubépine...). Dans la strate herbacée, de jeunes sujets ligneux côtoient des graminées (canche, brachypode...), des fougères, des ronces... La strate herbacée inférieure est principalement composée de mousses sur la litière des feuilles mortes. On y trouve aussi de nombreux champignons, certains visibles, d'autres microscopiques, ayant un rôle de décomposeurs. Leur mycélium est associé aux racines des arbres ou développé dans la litière. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats conifères feuillu formation végétale fougère futaie maquis - 1.GÉOGRAPHIE La faune. De nombreuses espèces animales colonisent les forêts ; on peut en dénombrer jusqu'à 7 000 dans une forêt de chênes. Tous les grands prédateurs ayant été éradiqués des forêts françaises, les plus grands animaux aujourd'hui sont les cervidés (cerf, daim, chevreuil) et les sangliers. Des opérations de réintroduction de prédateurs, comme celle du lynx dans les Vosges, tentent de reconstituer l'équilibre écologique des forêts. Les petits mammifères se composent de carnivores, tels le renard, la martre, le blaireau ou le très rare chat sauvage. Les autres, lièvre, écureuil, campagnol et mulot, sont des rongeurs, ou des insectivores comme le hérisson et la taupe. Même s'ils ne sont pas exclusivement sylvicoles, de nombreux oiseaux nichent dans la forêt ou à sa lisière. Ce sont des rapaces diurnes (buse, épervier) ou nocturnes (chouette, hibou), des insectivores (mésange, geai, tétras...). Les reptiles sont rarement forestiers ; la vipère aspic ou la couleuvre sont parfois visibles dans nos forêts, mais préfèrent les lisières. Des minuscules collemboles aux lucanes cerfs-volants, les insectes forment 80 % des espèces animales qui peuplent la forêt. On y trouve des insectes défoliateurs (tordeuse verte du chêne), xylophages (grande saperde) ou nécrophores (silphe à corselet rouge). La catégorie des décomposeurs regroupe toute une faune du sol, allant des vers de terre, en région calcaire, aux microarthropodes qui transforment la matière organique. Ils sont concentrés dans les 30 cm superficiels du sol. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats cervidés épervier France - Géographie - Les conditions naturelles - La faune lynx mammifères - Les mammifères dans leur milieu - La forêt oiseaux - Les oiseaux dans leur milieu rapace sanglier Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats arbres - Écologie bouleau chêne écureuil épicéa Europe - Géographie - Les caractères écologiques - Les transformations du milieu végétal Europe - Géographie - Les conditions naturelles - Le climat et la végétation fougère hêtre hibou mélèze mulot pin ronce sapin sorbier taupe tétras tordeuse Les livres forêt - les forêts dans le monde, page 1961, volume 4 Histoire de la forêt française La forêt n'a jamais connu d'état de stabilité prolongé ; ainsi, les avancées et les reculs des glaciers au quaternaire ont entraîné des variations dans la composition de la faune et de la flore situées sur le territoire actuel de la France. Les hommes préhistoriques vivaient alors de chasse et de cueillette, en utilisant les produits forestiers. Après la dernière glaciation et l'apparition de l'agriculture, au néolithique, l'homme a utilisé de plus en plus la forêt, qu'il a transformée à son profit. C'est pourquoi l'histoire de la forêt est indissociable de celle des hommes. De l'Antiquité à l'an 1000. À partir du IVe siècle avant J.-C., les Gaulois procédèrent à quelques défrichements pour pouvoir pratiquer la culture du lin et des céréales. La Gaule restait cependant très boisée : c'est une Gaule « chevelue « que conquit Jules César au Ier siècle avant J.-C., alors que ses légions venaient de régions méditerranéennes, dont les fragiles forêts étaient dégradées par le feu et les pâturages. Peu à peu se différencièrent la forêt « proche «, colonisée, exploitée par les paysans selon des usages communautaires (la glandée, la glanée du bois mort), et la forêt « lointaine «, profonde et impénétrable, celle qui faisait vivre les mystérieux « boisilleurs « par son miel et la métallurgie forestière, qui abritait les loups et les êtres légendaires, comme Merlin l'Enchanteur dans la forêt de Brocéliande. Selon les contes celtiques, celle du Morois abrita Tristan et Iseut en fuite. La forêt pouvait représenter un « désert « pour les ermites ; elle était aussi le lieu des chasses nobiliaires. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats arbres - Aspects culturels - L'arbre dans les légendes Brocéliande campagne - Les origines : première domestication de la nature défrichement Merlin Tristan et Iseut Un déclin quasi continu. Du XIe au XIIIe siècle, l'essor économique et démographique amena de nombreux défrichements. Pour la première fois dans l'histoire apparut le souci de manquer de bois. Pour y remédier, l'ordonnance de Brunoy institua en 1346 le premier Code forestier. Aucun nouveau droit d'usage sur les forêts ne pouvait alors être accordé. Puis la baisse de population, due aux épidémies de peste et à la guerre de Cent Ans, retarda la pénurie de bois, qui ne se fit sentir qu'au XVIe siècle. Avec la poussée du capitalisme, le commerce du bois prit son essor et l'Europe découvrit les bois exotiques, tel l'acajou. Sous François Ier , de nombreuses ordonnances furent prises afin de conserver les réserves de chasse ; la part de la forêt passa néanmoins de 35 à 25 % de la superficie du territoire entre le début du XVIe siècle et le milieu du XVIIe siècle. L'ordonnance de Colbert de 1669 posa alors les jalons d'une gestion forestière devenue indispensable. L'essor de la marine augmentait les besoins en bois et l'on procéda à des déforestations (Normandie, Bretagne, Pyrénées occidentales) et à des plantations (forêt de Tronçais, dans l'Allier). Le droit révolutionnaire de 1789 contribua au déclin forestier en permettant la vente des domaines seigneuriaux d'émigrés. En 1825, la forêt ne représentait plus que 15 % de la superficie de la France, soit le plus bas pourcentage jamais atteint. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats acajou Colbert Jean-Baptiste Colbert Jean-Baptiste - Une oeuvre multiforme défrichement Le renouveau à partir du XIXe siècle. La création en 1824 de l'École des eaux et forêts de Nancy et l'établissement du Code forestier (1827), auquel s'est parfois opposée la paysannerie, permirent d'amorcer une politique de reboisement, qui fut renforcée sous le second Empire (Landes, Sologne) et, plus encore, au XXe siècle. Avec l'arrêt des défrichements pratiqués en faveur de l'agriculture, la part de la surface forestière a commencé à augmenter globalement après la Seconde Guerre mondiale. La forêt française couvre aujourd'hui une superficie de 14 millions d'ha, soit 25 % du territoire. Les régions les plus boisées sont le Nord-Est, la Provence et l'Aquitaine. 71 % de la forêt française sont privés ; les 29 % restant appartiennent à l'État (forêts domaniales) et aux collectivités locales. Pour assurer la gestion de ce patrimoine, l'État a créé en 1964 une entreprise publique, l'Office national des forêts (ONF), qui a succédé à l'administration des Eaux et Forêts. 15 000 personnes, se répartissant en fonctionnaires administratifs et forestiers, sont employées à la gestion des forêts domaniales et des forêts communales. Elles s'occupent de la sylviculture (renouvellement des plantations, élagages) et de la commercialisation du bois. L'ONF se tourne aujourd'hui vers d'autres activités comme l'aménagement de zones de loisirs et la protection d'espèces. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats arbres - Écologie - Les arboretums élagage France - Géographie - La vie économique - La sylviculture France - Géographie - Les conditions naturelles - Le climat et la végétation Landes Nancy reboisement Sologne sylviculture Les livres Landes, page 2790, volume 5 France - industrie du bois, page 1991, volume 4 Complétez votre recherche en consultant : Les livres forêt - forêt de hêtres, page 1960, volume 4 forêt - la forêt de Tronçais, ici dans le département de l'Allier, page 1960, volume 4 forêt - la forêt landaise, page 1960, volume 4 forêt - forêt de chênes verts, très dégradée, dans le massif des Maures (Var), page 1961, volume 4 forêt - incendie de forêt près de Bormes-les-Mimosas, page 1963, volume 4 Les richesses de la forêt Le bois, produit principal que fournit la forêt, se prête à diverses utilisations, selon son espèce et sa qualité : bois de feu dont la part est aujourd'hui réduite (7 %), bois d'industrie pour la pâte à papier (6 %) et bois d'oeuvre (87 %). La France exporte du bois brut, mais importe des produits de transformation comme la pâte à papier. La sylviculture et l'industrie du bois, la « filière bois «, emploient en France 550 000 personnes. D'autres produits nombreux et variés peuvent être récoltés dans le sous-bois. En période de disette, la population européenne s'est souvent tournée vers la forêt pour y puiser sa nourriture. Sous Louis XIV, on mangeait du pain de fougères. Pendant la Première Guerre mondiale, on consommait une farine de glands. La châtaigne a gardé un rôle important dans l'alimentation de certaines régions. Mais si, en forêt tropicale, les récoltes de produits forestiers revêtent toujours une importance vitale, dans nos régions ces pratiques relèvent davantage du divertissement que de la nécessité (ramassage de champignons, cueillette de myrtilles...). La forêt constitue aussi le plus important réservoir de gibier. Une gestion cynégétique adéquate devrait permettre de réguler les populations de cervidés. Mais la chasse, véritable phénomène social, ne remplit pas toujours cette fonction écologique. Aujourd'hui, le rôle social de la forêt se modifie. Jadis nourricière et productrice de matière première, elle devient un lieu de détente et de loisir pour le citadin. Ce patrimoine est cependant sans cesse menacé par les incendies, la pollution (gaz carbonique, pluies acides...), alors que, dans de nombreux pays d'Amérique du Sud, d'Afrique et d'Asie, la culture sur brûlis, une exploitation « industrielle « ou la recherche de bois de feu à usage domestique anéantissent chaque année une part importante de la forêt mondiale. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats anthropique (action) arbres - Les utilisations de l'arbre bois - 1.BOTANIQUE brûlis (culture sur) chasse - L'avenir de la chasse chêne déforestation défrichement eau - Le cycle biogéochimique de l'eau France - Géographie - La vie économique - La sylviculture incendie papier primaire (secteur) protection de la nature - Pourquoi conserver la nature ? - Les raisons scientifiques saltus sylviculture Les livres déforestation, page 1409, volume 3 Gabon - flottage de bois d'okoumé, page 2093, volume 4 Liberia - l'exploitation du bois, page 2853, volume 5 Québec - bois de flottage, page 4196, volume 8 France - industrie du bois, page 1991, volume 4 Nigeria - port à bois, page 3440, volume 6 Norvège - flottage des troncs sur le fleuve Glöma, dans l'Osterdal, page 3479, volume 7 La forêt dans le monde Environ 41 millions de km2 sont recouverts de forêts, qui sont inégalement réparties : la majorité se situe dans l'hémisphère nord. Elles se composent d'un tiers de résineux et de deux tiers de feuillus. Le type de forêt dépend du climat et du sol. La forêt boréale, ou taïga, se situe en zone froide, entre 57 o et 70o de latitude nord, en Norvège, Suède, Finlande, nord de l'ex-URSS (Sibérie), Mandchourie, Corée, îles du nord du Japon, Canada. Elle est essentiellement constituée de conifères (pins, épicéas et mélèzes), très adaptés au froid. La forêt tempérée recouvre une partie de l'Europe, du sud de l'ex-URSS, de la Chine, du Japon, du Canada et des États-Unis. Hêtres ou chênes dominent dans cette forêt de feuillus caducifoliée (les arbres sont à feuillage caduc). Elle laisse pénétrer la lumière et a ainsi un sous-bois important. Elle est homogène. Dans la forêt méditerranéenne, les espèces sempervirentes (toujours vertes), comme le chêne vert, sont nombreuses et continuent de croître en hiver grâce au climat doux. La forêt mixte de type chinois, forêt de transition, comporte résineux et feuillus. Des espèces communes dans les zones tempérées, comme le tilleul et le charme, y côtoient des espèces tropicales. Une forêt dense ombrophile, sempervirente, caractérise le climat tropical humide. Elle occupe de vastes étendues, notamment le bassin de l'Amazone en Amérique du Sud et celui du Congo en Afrique. La végétation y est luxuriante et très variée. Les lianes forment des réseaux denses. La biomasse de cette forêt est très grande. Difficilement pénétrable, la forêt équatoriale est néanmoins de plus en plus exploitée par l'homme. Il reste très peu de zones de forêt primaire, où la forêt soit totalement vierge. Il s'agit le plus souvent de forêts secondaires, où l'homme est intervenu. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats Afrique - Géographie - Les caractères écologiques - La forêt équatoriale A mazone Amérique du Nord - Géographie - Les caractères écologiques Amérique du Sud - Géographie - Les caractères écologiques Asie - Géographie - Les caractères écologiques conifères déforestation Europe - Géographie - Les caractères écologiques - Les transformations du milieu végétal feuillu liane mélèze pollution - Les conséquences écologiques des principaux types de pollution - Les effets sur les populations et les écosystèmes Québec - Géographie - La vie économique Scandinavie taïga tilleul tropiques - Les différents milieux - Le milieu tropical forestier vierge (forêt) Les livres Belize - paysage de forêt dense équatoriale, page 593, volume 2 écosystèmes - forêt tropicale pluvieuse, page 1568, volume 3 écosystèmes - forêt vierge pluvieuse dans le parc national de Corcovado (Costa Rica), page 1573, volume 3 Gabon - un village de forêt, page 2093, volume 4 Guinée - défrichage aux environs de Macenta, page 2281, volume 4 reboisement - opération de reboisement dans le massif des Alpilles, page 4252, volume 8 reboisement - opération de reboisement en Iran, page 4252, volume 8 sylviculture - pépinière de résineux au Québec, page 4977, volume 9 sylviculture - l'exploitation et la régénération des forêts, page 4978, volume 9 Afrique - le fleuve Zaïre (ou Congo), page 61, volume 1 Allemagne - la forêt de Thuringe, dans le Land du même nom, page 147, volume 1 biosphère - vue aérienne à basse altitude de la forêt amazonienne, qui couvre quelque 6 millions de km2, page 656, volume 2 biosphère - la destruction de la forêt amazonienne vue de l'espace, page 659, volume 2 Canada - paysage forestier, page 837, volume 2 Finlande - forêt de Laponie dans la région de Vuotso, page 1910, volume 4 Finlande - bûcherons au travail en Laponie, page 1913, volume 4 forêt - la forêt des rives du Saint-Laurent au Québec, page 1962, volume 4 forêt - forêt secondaire en Guinée-Équatoriale, page 1962, volume 4 forêt - reboisement au Japon, page 1963, volume 4 Norvège - flottage des troncs sur le fleuve Glöma, dans l'Osterdal, page 3479, volume 7 Russie - troupeaux de rennes dans la forêt sibérienne, page 4530, volume 8 Russie - l'Oural en automne, page 4530, volume 8 Complétez votre recherche en consultant : Les indications bibliographiques Y. Birot et J.-F. Lacaze, la Forêt, Flammarion, Paris, 1994. M. Devèze, Histoire des forêts, PUF, « Que sais-je ? «, Paris, 1973 (1965). B. Fischesser, la Vie de la forêt, Horizons de France, 1970. G. Plaisance, la Forêt française, Denoël, Paris, 1979.

« conifères feuillu formation végétale fougère futaie maquis - 1.GÉOGRAPHIE La faune. De nombreuses espèces animales colonisent les forêts ; on peut en dénombrer jusqu'à 7 000 dans une forêt de chênes. Tous les grands prédateurs ayant été éradiqués des forêts françaises, les plus grands animaux aujourd'hui sont les cervidés (cerf, daim, chevreuil) et les sangliers. Des opérations de réintroduction de prédateurs, comme celle du lynx dans les Vosges, tentent de reconstituer l'équilibre écologique des forêts. Les petits mammifères se composent de carnivores, tels le renard, la martre, le blaireau ou le très rare chat sauvage. Les autres, lièvre, écureuil, campagnol et mulot, sont des rongeurs, ou des insectivores comme le hérisson et la taupe. Même s'ils ne sont pas exclusivement sylvicoles, de nombreux oiseaux nichent dans la forêt ou à sa lisière. Ce sont des rapaces diurnes (buse, épervier) ou nocturnes (chouette, hibou), des insectivores (mésange, geai, tétras...). Les reptiles sont rarement forestiers ; la vipère aspic ou la couleuvre sont parfois visibles dans nos forêts, mais préfèrent les lisières. Des minuscules collemboles aux lucanes cerfs-volants, les insectes forment 80 % des espèces animales qui peuplent la forêt. On y trouve des insectes défoliateurs (tordeuse verte du chêne), xylophages (grande saperde) ou nécrophores (silphe à corselet rouge). La catégorie des décomposeurs regroupe toute une faune du sol, allant des vers de terre, en région calcaire, aux microarthropodes qui transforment la matière organique. Ils sont concentrés dans les 30 cm superficiels du sol. Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats cervidés épervier France - Géographie - Les conditions naturelles - La faune lynx mammifères - Les mammifères dans leur milieu - La forêt oiseaux - Les oiseaux dans leur milieu rapace sanglier Complétez votre recherche en consultant : Les corrélats arbres - Écologie bouleau chêne écureuil épicéa Europe - Géographie - Les caractères écologiques - Les transformations du milieu végétal Europe - Géographie - Les conditions naturelles - Le climat et la végétation fougère hêtre hibou mélèze mulot pin ronce sapin »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles