Devoir de Philosophie

Bertrand Russell, Science et religion (résumé et analyse)

Extrait du document

russell

Il y a conflit entre science et religion. C'est le conflit entre la pensée qui observe pour comprendre et la pensée qui, au nom du dogme, refuse les leçons de l’observation raisonnée.

«Dans les pays où les hommes de science ont conquis presque autant de liberté intellectuelle qu'ils en désirent, ils doivent montrer, par une réprobation impartiale, leur répugnance envers sa restriction dans d’autres pays, quelles que soient les doctrines au nom desquelles on les restreint.»

 

Bertrand Russell, Science et religion

« La foi personnelle ne contred it pa s la science ·~[·]~• C'est la religion dogmatique, en tant qu'ensemble de croyances expliquant la totalité du monde, qui s'oppose à la science. En revanche, on peut très bien être animé par la foi tout en saluant les conquêtes de la science. On peut être homme de science et religieux R ussell, parlant de la foi personnelle , la conçoit plus comme un «état d'esprit», état d 'es­ prit qui n 'est lié à aucun dogme . Car, en matière •Quelle que soit notre dé­ finition du Bien , qu'il nous paraisse objectif ou sub· jectlf, ceux qui ne désirent pas le bonheur de l'huma· nit6 ne cherdleront pas à le favorller, tandis que ceux qui le désirent feront ce qu 'ils peuvent pour le rée · liser .• Bertrand Russel l de religion , je ne peux avoir aucune certitude (au sens logique ou scien­ tifique du terme). Cela ne veut pas dire pour autant que mes convic­ tions religieuses intimes ne sont pas légitimes. Ainsi, je peux avoir foi e n la scie nce tout en ay ant foi en l'homme. La foi chrétienne , qui prône l'amour du pro­ chain , qui dit qu ' il y a en tout être quelque chose de respectab le , ne s'oppose pas à la foi per­ sonnelle d'un esprit ra· tionnel et libre. Le dogmatisme est une erreur logique L a science ne per­ met pas d'éval uer les «valeurs » 1norales , de prouver le bien et le mal. Cependant , la logique (Russell était tout à la fois logicien et phi ­ losophe) sur laquelle re· pose la science permet de corriger certaines er­ reurs concernant le ju­ gement moral. Dire que ceci est bien parce que c'est ce que je dés ire cond uit au dogmatis · me. Je vais chercher à imposer mon idée du bien à autrui. Puisqu 'il est im possible de vali­ d er ou invalider logi­ quement une valeur mo­ rale, il ne fau t pas l'af­ firmer, mais seulement espérer qu 'elle va ut mieux qu'une autre. On peut êtr e â la fois scientifique et religieux. - La foi en l'humanité , la foi pers onnelle qu i veu t l e bien de l'humanité , ne cont red it pas l'esp rit qui anime la science. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles