Devoir de Philosophie

DEUX SOURCES DE LA MORALE ET DE LA RELIGION (Les). (résumé & analyse)

Extrait du document

morale

 Le dernier

 

des quatre grands ouvrages d’Henri Bergson (1859-1941), publié en 1932, dans lequel l’auteur veut acheminer sa philosophie de la vie créatrice vers des problèmes humains, vers des conclusions éthiques et religieuses. Cet effort tend, du même coup, à situer et à dépasser les thèses de la sociologie française. Il s’agit, dans les deux premiers chapitres, de faire à Durkheim sa place et de dessiner par là même ses limites, en le plaçant dans une perspective plus totale. L’analyse de Bergson remonte plus haut que les données premières de la sociologie. En deçà des sociétés primitives, elle cherche à retrouver l’impulsion et le sens de l’évolution qui les porte, qui a conduit la vie animale à leur humanité. Les sociologues avaient décelé, dans l’abstraite « obligation morale » où Kant voyait un impératif de la Raison, la pression tacite de la société. Mais celle-ci même, pour Bergson, exprime cette activité aveugle et sûre de soi dont l’instinct animal est le type, ce montage d’actes spécialisés, fermés sur eux-mêmes mais accordés spontanément au dehors, cet ajustement sans conscience. Parce que la conscience a émergé avec l’homme, et qu’ainsi les sociétés humaines sont « lestées de variabilité et d’intelligence », le détail de nos obligations n’est pas stéréotypé comme les gestes de l’instinct. Pourtant, à la racine des obligations particulières, qui demeurent contingentes, l’obligation en général, « le tout de l’obligation », nous apparaît « comme la forme même que la nécessité prend dans le domaine de la vie quand elle exige, pour réaliser certains fins, l’intelligence, le choix et par conséquent la liberté ».

Liens utiles