Devoir de Philosophie

ON NE BADINE PAS AVEC L’AMOUR Alfred de Musset (résumé & analyse)

Extrait du document

amour

ON NE BADINE PAS AVEC L’AMOUR Alfred de Musset. Comédie dramatique, 1834. Création en 1861.

 

Perdican revient au château du baron son père, accompagné de son précepteur, maître Blazius. Il y retrouve sa cousine Camille, à peine sortie du couvent, chaperonnée par la prude Dame Pluche. Camille est promise à Perdican, mais la jeune fille, froide et influencée par la déception sentimentale d’une amie de couvent, se méfie de l’amour. Elle refuse les avances de son cousin. Par dépit, celui-ci se tourne vers l’accueillante Rosette, qui est la sœur de lait de Camille. L’orgueil des deux jeunes gens les pousse à une comédie douloureuse pour eux, et tragique pour Rosette : elle meurt au pied de l’autel où Camille et Perdican s’avouent enfin leur amour et les contraint au renoncement.

 

Il ne faut pas chercher de réalisme dans ce «proverbe» écrit peu de temps après la rupture difficile de Musset (1810-1857) avec George Sand. Mais on y trouve le meilleur de son théâtre, fait pour être lu et rêvé avant d’être joué : un dosage de comique et d’amertume, de lyrisme et de fantaisie; des «fantoches» cocasses et stylisés comme les masques de la commedia dell arte, et de jeunes premiers tourmentés en qui Musset voit des doubles. L’accélération du temps, le dépouillement du décor servent l’expression exclusive du sentiment amoureux. La pièce annonce la poésie lyrique des Nuits (composées en 1835, 1836 et 1837).

 

Ainsi, Musset réussit à fonder un théâtre poétique, où Molière côtoierait le Shakespeare des comédies, sans équivalent au XIXe siècle.

« A la suite de sa rupture temporaire avec George Sand à Venise, Alfred de Musset écrit en 1834 On ne badine pasavec l'amour. Après l'échec de La Nuit vénitienne en 1830, il écrit pour la lecture et non pour la scène. Son théâtreconnut deux publications successives (1840 et 1854), sous le titre de Comédies et Proverbes. La premièrereprésentation d'On ne badine pas avec l'amour eut lieu le 18 novembre 1861 à la Comédie-Française. Camille joue avec l'amour que lui porte son cousin Perdican ; elle le refuse, le condamne ; jalouse, elle veut ensuitel'arracher à Rosette ; mais il est trop tard... On ne badine pas avec l'amour. Contexte La pièce est créée à Paris en 1861. Elle met en scène le conflit entre l'orgueil et l'amour.Principaux personnages- Perdican, jeune médecin ;- Camille, sa cousine ;- Rosette, jeune paysanne. Résumé Perdican a terminé ses études de médecine et retourne dans son château. Sa cousine fait de même après un séjourau couvent. Le père de Perdican essaye d'arranger un mariage entre les deux jeunes gens. Bien qu'ils soient attirésl'un par l'autre, leurs a priori et leur orgueil les opposeront dans un jeu dangereux qui se terminera par le suicide dela jeune paysanne Rosette, mêlée malgré elle à leur conflit. A mi-chemin entre la comédie et le drame Ses études terminées, Perdican regagne le château paternel accompagné de son gouverneur, Maître Blazius. Aumême moment arrive Camille, sa cousine, qui sort du couvent, avec Dame Pluche. Le Baron, père de Perdican, avaitcombiné cette arrivée simultanée. Camille refuse d'embrasser son cousin, ce qui stimule l'amour qu'il lui porte déjà.Déçu par la résistance de sa cousine, il fait sa cour à Rosette, la sœur de lait de Camille. Camille, quant à elle, adécidé de retourner au couvent ; elle écrit un billet à une de ses amies où elle se flatte de laisser le jeune fiancédésespéré. Perdican l'intercepte et, blessé par tant de méchanceté, donne rendez-vous à sa cousine près d'unefontaine, où il fait une cour assidue à Rosette. Jalouse, Camille convoque Rosette dans sa chambre et lui faitassister, cachée derrière une tapisserie, à un entretien avec son cousin afin de lui prouver qu'il ne l'épousera pas.De fait, Perdican et Camille finissent par se déclarer leur amour. Mais Rosette pousse un cri de douleur et meurt, cequi condamne à jamais l'amour de Camille et Perdican. Le mélange des tons Dans On ne badine pas avec l'amour alternent des passages amusants à l'encontre des personnages secondaires grotesques (Maître Blazius, Dame Pluche) et des passages pathétiques. Cette diversité des tons confère à la pièceson comique et sa sincérité. Les premiers rôles acquièrent au fur et à mesure de la pièce leur personnalité et leur unité : Camille devientcoquette et cruelle ; Perdican, cynique et idéaliste, quitte son habit de séducteur pour parler de l'amour avecauthenticité. Le chœur, expression de l'âme collective. se charge de rendre compte de l'évolution des personnageset de s'interroger avec le lecteur. A travers le discours de ses personnages, Musset attaque le clergé. Ainsi lavariété dans la pièce, variété des sujets et des tons, engage l'art de Musset dans une voie originale, nouvelle pourles romantiques, celle du drame sincère qui s'épure de tout lyrisme. LE CONTEXTE Musset écrit cette pièce à vingt-quatre ans, en 1834, et durant la même année Les Caprices de Marianne, Fantasio.Toutes ces pièces sont faites en principe pour être lues « dans un fauteuil », non pour être représentées ; elles lefurent pourtant — On ne badine pas avec l'amour dès 1861 — et le sont encore constamment ; Musset écrit aussiun drame, Lorenzaccio, dans ce même temps. Cette fécondité en témoigne : l'écriture est un exorcisme pourl'auteur, qui produit des oeuvres sur l'amour pendant que sa vie amoureuse tourne au fiasco. LE TEXTE Dans un château de fantaisie, deux jeunes gens — elle, Camille, lui, Perdican qui ont joué ensemble enfants, seretrouvent beaux, riches à l'âge du mariage. Si Perdican est d'abord tout élan, Camille, qui, dans le couvent où elleétait pensionnaire, a entendu des religieuses parler des maris volages, recule, mais en coquette. Par dépit, Perdicanfait savoir qu'il aime Rosette, jolie paysanne au coeur droit, soeur de lait de Camille. Camille, par orgueil, crainte del'amour, mais aussi par une sorte de complicité dans le badinage, l'y encourage. Quand elle découvre qu'elle n'a étéqu'une pièce dans le jeu des deux autres, Rosette meurt. Avec l'amour on ne badine pas... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles