Devoir de Philosophie

Grand oral hggsp les ZEE EN ARCTIQUE

Publié le 11/07/2022

Extrait du document

« Problématique : En quoi l’Arctique et ses eaux constituent une zone de tensions Qui a des droits sur l’Arctique ? -les Etats-Unis avec l’Alaska, la Russie, le Canada, la Norvège et le Danemark ont un littoral en Arctique et sont donc riverains d’une partie de l’océan. La convention des Nations Unies sur le droit de la mer découpe cette zone en territoires, qui ont différents statuts. Il y a, d’une part, les eaux territoriales, à 12 milles marins du littoral, où s’étend la souveraineté de chaque Etat. Là, seuls les navires du pays côtier peuvent circuler, les autres devant payer un droit de douane et se faire escorter. Et d’autre part, les « zones économiques exclusives, qui s’étendent à 200 milles marins du trait de côte, soit environ 350 km, représente la zone où l‘Etat côtier a des droits souverains en matière d’exploitation et d’usage des ressources », mais où tous les bateaux peuvent naviguer librement, Une fois ces territoires délimités, il reste une zone n’appartenant a aucun état, appelée océan Arctique central, Les revendications territoriales sont strictement encadrées par le droit de la mer, qui prévoit la possibilité d’étendre sa zone économique exclusive à 350 milles marins (au lieu de 200) si l’Etat peut prouver qu’il existe une prolongation du territoire national sous la mer - appelé plateau continental. La Russie, le Canada, la Norvège et le Danemark peuvent déposer des demandes en ce sens auprès des Nations Unies. Et ils le font d’ailleurs régulièrement, Certaines se chevauchent Les Etats-Unis n’ayant pas ratifié cette convention, ils ne peuvent faire aucune revendication Pourquoi l’arctique est-elle intéressante ? Les défis environnementaux, climatiques et opportunités économiques sont inextricablement mêlés. En l’espace de quelques années, la zone Arctique a été identifiée comme une nouvelle zone de développement économique et commercial potentielle. - Selon une étude publiée en 2008 par l’Institut d’études géologiques des États-Unis , l’Arctique pourrait recéler jusqu’à 13 % des réserves mondiales non encore découvertes de pétrole et 30 % de celles de gaz. Ces richesses font de l’Arctique une région stratégique sur le plan énergétique, mais l’enjeu mérite d’être nuancé. Il convient de relativiser l’idée d’une « course » à l’exploitation de ces richesses puisqu’une grande partie de ces ressources est localisée soit -dans le sous-sol des États de la région soit -dans des zones maritimes sous leur juridiction (Zone Économique Exclusive) - Le réchauffement climatique libère un peu plus chaque année les eaux de la région arctique de l’emprise des glaces et donne ainsi la perspective d’une ouverture progressive de nouvelles voies à la navigation maritime. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles