Devoir de Philosophie

croissance economique, mutation des societe du 18e a nos jours

Extrait du document

societe
CHAPITRE H1 CROISSANCE ECONOMIQUE, MONDIALISATION ET MUTATIONS DES SOCIETES DEPUIS LE MILIEU DU XIXème SIECLE Introduction Après des siècles de quasi immobilisme des économies, le XIXème siècle marque un tournant important dans la vie économique et sociale de certaines régions du monde. Celles-ci vont voir s'opérer de rapides transformations liées à une accélération du progrès qui font que le monde d'aujourd'hui serait totalement incompréhensible pour une personne qui arriverait du milieu du XIXème siècle. Quelles sont ces mutations économiques et sociales qui ont donné naissance au monde dans lequel nous vivons ? I - Quelles évolutions économiques le monde a-t-il connu du milieu du XIXème siècle à nos jours ? Depuis l'antiquité, le monde a connu des périodes de progrès et des périodes de difficultés au plan de l'économie se traduisant souvent par des gains ou des reculs démographiques (voir programme de Seconde). Depuis le XIXème siècle, les activités économiques humaines ont pris une autre ampleur tant par l'importance et la technicité des productions que par l'aire de diffusion et d'échanges de cellesci. La croissance économique aura été sur le long terme un facteur de développement de ces économies ; elle s'est accompagnée de plusieurs phase de mondialisation successives. Croissance économique (terme souvent abrégé en « Croissance «) : Augmentation soutenue de la quantité de biens et de services produits sur un territoire. Mondialisation : Processus de mise en relation de différents espaces du monde (et à terme de tous) par une augmentation et une accélération des différents types de flux (marchandises, personnes, informations, capitaux...) A) Quelles sont les caractéristiques majeures de la croissance économique depuis le XIXème siècle ? La Croissance est un phénomène d'augmentation de la quantité de biens et de services qui, après avoir été faible pendant des siècles, s'accélère au XIXème siècle lorsque l'économie entame son basculement vers l'industrialisation. L'innovation technique continue, le commerce, la transformation de la manière de produire conduisent au développement d'entreprises de type capitaliste de plus en plus nombreuses et importantes. Dans un contexte libéral dominant, plusieurs cycles productifs se sont succédés (époque du charbon, époque du pétrole et de l'électricité). La Croissance connaît des variations dans l'espace et le temps. D'abord forte en Europe et en Amérique du Nord, elle a ensuite connu d'importantes progressions dans certains pays d'Asie et aujourd'hui dans les pays émergents. Des cycles économiques successifs voient alterner des périodes où la croissance est forte (Trente Glorieuses par exemple) avec des moments de ralentissement importants voire d'inversion. La recherche d'une croissance économique à tous prix est contestée par certains experts depuis les années 60. Parce qu'elle a fait entrer le monde dans une nouvelle ère, la croissance économique intensive entamée au XIXème siècle a évidemment des caractères qui lui sont particuliers. 1) la croissance est le résultat d'une transformation structurelle profonde de l'économie Pendant longtemps on a explique le phénomène de croissance économique par le seul effet de révolutions industrielles successives qui auraient provoqu&...

« l’industrialisation, l’urbanisation, puis la tertiarisation de l’économie. Cette vision, et notamment la notion même de révolution industrielle, est aujourd ’hui rejetée par les historiens [… mais elle pourrait bien être quand même attendue par certains correcte urs au bac…] qui ne voit plus une industrialisation rapide et générale mais un phénomène plus lent (ce n’est pas au cours du XIX ème siècle que la croissance économique est la plus forte) et pas forcément géné ralisé. L’innovation technique joue évidemment un rôle dans cette transformation de l’économie. La mise au point de moteurs plus puissants que la forc e humaine ou animale, l’invention de nombreux objets transformant la vie des hommes (de la locomo tive à vapeur à l’ordinateur, de la fabrication d’aciers de plus en plus solides à l’invention de m atériaux « intelligents »…) ont été des éléments de cette transformation. Cependant, cette innovation n ’aurait pas eu les mêmes effets si elle ne s’était accompagnée d’une transformation des modes de produ ction : apparition de l’usine beaucoup plus vaste que la manufacture des siècles précédents et dans laquelle les ouvriers – avant qu’ils ne soient en partie remplacés par des robots - ne sont plus des spécialistes comme pouvaient l’être les artisans. Le changement d’échelle de cette économie est égale ment un élément clé dans le déclenchement de la croissance. On ne produit plus seulement pour soi ou pour une clientèle proche, on commence à produire pour des espaces plus vastes (la région, le pays, le continent voire le monde). Cette situation commerciale nouvelle est rendue pos sible par le développement de moyens de transports de plus en plus performants en rapidité et en capacité (train, bateau à vapeur, transports routiers, avion, navires de plus en plus spécialisé s…). Innovation : Invention issu de l’atelier ou du laboratoire qu i trouve une application industrielle et commerciale 2) la croissance est le résultat de l’action d’ac teurs divers Cette croissance s’opère selon un modèle économiqu e dominant (mais pas toujours exclusif) qui est celui du capitalisme. On a tendance à imaginer que dès le XIX ème siècle on a de grosses entreprises et que la taille de celles-ci ne va cesser de croître jusqu’à ce qu’aujourd’hui on ait de véritables firm es multinationales ou transnationales. S’il y a eu eff ectivement constitution de grandes entreprises du f ait du phénomène de concentration (ces entreprises géan tes sont appelées trusts aux Etats-Unis ou konzern en Allemagne au début du XX ème siècle), hier comme aujourd’hui, le secteur privé est essentiellement constitué par de petites entreprise s. Toutefois, les entreprises (qu’elles soient indust rielles, financières ou de service) ne sont pas les seuls acteurs du monde économique. Elle sont amenée s à tenir compte du rôle de l’Etat. Celui-ci est certes un client pour les entreprises mais il est a ussi parce qu’il fait les lois capable de poser des jalons réglementaires contraignants pour les firmes. Il es t aussi le régulateur de la monnaie à travers l’émission de celle-ci. Il peut également être un Etat patron en s’assurant, par l’intermédiaire de nationalisations, la possession d’entreprises (dès lors publiques) génér alement liées à des secteurs essentiels de l’économ ie (banques, énergie, transports, matériel militaire…). Deux conceptions économiques ont donc pu s’affront er depuis le XIXème siècle (et continuent même à s’opposer parfois), celle d’une économie lib érale dans laquelle le rôle de l’Etat est réduit à l’extrême (son rôle est de « laisser faire, laisser passer ») et celle d’une économie plus ou moins contrôlée et soutenue par l’Etat. Les Etats-Unis ou le Royaume-Uni ont pu être à des moments donnés les chantres d’un libéralisme total, l’URSS, les dé mocraties populaires ou la Chine jusqu’à la fin des années 70 ont représenté le cas totalement opposé d ’une économie entièrement collectivisée (système communiste). La France, surtout depuis 1945, se sit ue dans une situation intermédiaire avec un Etat qu i pèse beaucoup dans la vie économique (comme on a pu le voir lorsqu’il a fallu faire face à la crise de 2008). Aux entreprises et à l’Etat, il faut ajouter égale ment un autre acteur de cette croissance qui est le consommateur (lequel se trouve le plus souvent être aussi un producteur). Depuis le XIX ème siècle, le »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles