Devoir de Philosophie

Croissance Et mondialisation depuis 1850

Publié le 04/11/2014

Extrait du document

mondialisation
Croissance Et mondialisation depuis 1850  Introduction : la croissance économique démarrée au milieu du 19ème siècle est une croissance constante, mais irrégulière car entrecoupée de crise. La grande dépression (1873-1893) la WW1, la crise de 1929, la WW2, crise de 2008. Elle a assuré une élévation du niveau de vie, d'une partie de la population mondiale, et a donc engendrée des changements sociaux et culturels. Les causes de cette croissance économique. Cette croissance qui atteint inégalé, s'est diffusé sur l'ensemble de la planète, grâce aux progrès techniques, et à la multiplication des échanges : c'est le début de la mondialisation contemporaines. On identifie d'ailleurs pour chaque cycle une puissance économique dominante. Ainsi de 1850 à 1914 c'est le Royaume-Unis, puis les USA après la WW1, qui vont s'affirmer surtout après la WW2. Mais aujourd'hui l'hégémonie Américaine est remise en cause, par plusieurs puissances concurrente (ex : Chine). Problématique : Comment évolue la puissance économique depuis 1850, et comment s'explique la suprématie britannique jusqu'au début du 20ème siècle, puis US, et enfin l'émergence d'un monde multipolaire ? Plus de 150 ans de croissance économique : L'entrée du monde dans une croissance intensive : L'Europe affirme sa puissance dès la fin des années 40, car elle entre dans une phase prolongée de croissance, grâce à la première évolution industrielle basée sur l'utilisation du charbon. Celle-ci s'accompagne donc du dvpt des machines a vapeurs et donc d'une révolution des transports (steamers, train ...). Elle permet également le développement du secteur secondaire (transformation des matières premières), permettant la production de plus de richesses. Comme la production surpasse les besoins de la population, celle-ci augmente son niveau de vie, et donc dépensé plus (société de consommation). Ce dvpt est également basé sur l'accroissement du libre-échange (diminution ou suppression de taxes douanières). Parallèlement le capitalisme, est un modèle économique qui se diffuse sur l'ensemble de la planète. Donc le but est de faire des profits et qui bénéficie de la multiplication des débouchées (internationaux). Dans ce contexte, les puissances coloniales sont favorisés, car elles peuvent exploités les ressources naturelles. Mais ces ressources ne seraient rien sans de grandes innovations. De nombreuse innovations dans tous les domaines (com, transport, etc.) et le dvpt des brevets (65000 aux USA en 1910), témoignent d'une seconde révolution industrielle, basé sur la découverte de l'électricité et du pétrole, qui permet le dvpt de la chimie, mais aussi des grands complexes et des premières grande entreprise appelées FMN (firme multinational). Ce dynamisme est pourtant irréguliers comme en témoigne la grandes de dépression de 1973 à 1996, mais elle ne fait que ralentir la croissance, puisque la seconde révolution industrielle débute et qu'elle profite de la mise en place d'une nouvelle organisation du travail. En effet Ford, associé à Taylor, met en place le travail à la chaine (tayloro-fordisme) qui organise scientifiquement le travail en décomposant en taches simple et répétitive. Le travail est donc plus rapide et ne nécessite pas d'ouvriers qualifié, et le résultat est une augmentation de la production tout en baissant les coups. Ainsi en 20 ans les USA produisent environ 150 fois plus d'automobiles, et les prix deviennent donc attractifs. Cependant la WW1 bouleverse l'Europe, la France le R-U et l'Allemagne sont ruinées : les USA deviennent donc leader de la production mondiales. Pourtant l'économie US est bouleversée par le crack boursier surnommé le « jeudi noir » (1929). Celui-ci a pour origine, une chute brutale et rapide du cours des actions à Wall Streets. Il s'en suit un mvt de panique qui a des conséquences sur les particuliers, les banques et les entreprises. En effet les spéculateurs vont accélérer leur ruine et leur faillite : la production industrielle s'effondre. En 3ans la production industrielle est divisée par deux...
mondialisation

« le dvpt de la chimie, mais aussi des grands complexes et des premières grande entreprise appelées FMN (firme multinational). Ce dynamisme est pourtant irréguliers comme en témoigne la grandes de dépression de 1973 à 1996, mais elle ne fait que ralentir la croissance, puisque la seconde révolution industrielle débute et qu’elle profite de la mise en place d’une nouvelle organisation du travail. En effet Ford, associé à Taylor, met en place le travail à la chaine (tayloro-fordisme) qui organise scientifiquement le travail en décomposant en taches simple et répétitive. Le travail est donc plus rapide et ne nécessite pas d’ouvriers qualifié, et le résultat est une augmentation de la production tout en baissant les coups. Ainsi en 20 ans les USA produisent environ 150 fois plus d’automobiles, et les prix deviennent donc attractifs. Cependant la WW1 bouleverse l’Europe, la France le R-U et l’Allemagne sont ruinées : les USA deviennent donc leader de la production mondiales. · Pourtant l’économie US est bouleversée par le crack boursier surnommé le « jeudi noir » (1929). Celui-ci a pour origine, une chute brutale et rapide du cours des actions à Wall Streets. Il s’en suit un mvt de panique qui a des conséquences sur les particuliers, les banques et les entreprises. En effet les spéculateurs vont accélérer leur ruine et leur faillite : la production industrielle s’effondre. En 3ans la production industrielle est divisée par deux, et le chômage par 5, pour atteindre en 1933, 15M de chômeurs. C’est une crie mondiale qui touche aussi l’Europe Allemagne notamment, qui connait sont années noires en 1932. Si le R-U semble moins touché, des marches de la faim s’y multiplient. La France, pourtant moins touchée, va vivre une crise plus longue, à-telle point que son niveau de production industrielle ne retrouvera jamais son niveau de 1929. Questions 6-7-8 p.25. 6) pour sortir de la crise, le président Roosevelt, donne plusieurs actions à réaliser. Tout d’abord il faut « remettre les gens au travail » pour cela il faut que le gouvernement face des recrutements direct, comme dans « une situation urgence en pleine guerre ». De plus il dit qu’il faut accroitre le prix des produits agricoles, et le « pouvoir d’achat des agriculteurs ». Aussi il faut, selon-lui, insister pour que le gouvernement fédéral « agissent tout de suite pour réduire de façon draconienne leurs propre cout de fonctionnement. » Il parle enfin « d’unifier les activités de secours aux victime de la crise. » Il dénonce de plus le manque de surveillance des activités bancaires, financière et d’investissement. Selon-lui, il faut mettre de plus « un terme aux agissements de ceux qui spécule avec l’argent des autres. » 7) il s’agit du gouvernement qui emploie ces ouvriers. C’est le « work program » qui est chargée de relancer l’économie. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles