Devoir de Philosophie

La Californie est-elle vraiment un modèle écologique à suivre ?

Extrait du document

« La Californie est-elle vraiment un modèle écologique à suivre ? Introduction : On peut voir que lorsque l’administration Trump a annoncé le 1er juin 2017 le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris, plusieurs états américains ont affirmé leur désaccord en mettant en justice le gouvernement Trump, les plaignants affirment que cette décision viole le Clean Air Act (1970) qui est une loi sur la qualité de l’air et qu’elle met en danger la santé publique. La question environnemental relevant en partie des états fédérés, certains ont affiché des objectifs ambitieux en matière de transition énergétique et de lutte contre les dérèglements climatiques. La Californie où vivent 40 millions d’habitants pourraient être le 6ème pays au monde en PIB / habitants s’il était indépendant = puissance. Ainsi, cet État a été le premier État à prendre le contre-pied du président Trump pour s’être érigée comme exemple de la transition énergétique et écologique où les mesures doivent être prises rapidement vu l’urgence climatique. La Californie est-elle vraiment un modèle écologique à suivre ? Dans un premier temps, nous verrons que le modèle californien est avant-gardiste. Dans un second temps, on regardera les limites de ce modèle écologique californien. I – Un modèle écologique avant-gardiste a) L’État a été avant-gardiste dans les décisions environnementales depuis le XIXe siècle. La vallée de Yosemite devint ainsi la première aire naturelle protégée du pays, en 1864, avant que les efforts du naturaliste écossais John Muir ne conduisent le Congrès à transformer la région en parc national, en 1890. Il fonde le Sierra Club à San Francisco en 1892, qui est considéré comme la première organisation non gouvernementale se préoccupant de la protection de l'environnement. b) 3 outils (politiques environnementales) → taxation, réglementation, marché des quotas d’émission. Il faut dire que la Californie détient le triste record de l'État le plus pollué du pays. La densité des véhicules est responsable de plus de la moitié des rejets de gaz à effet de serre. De ce fait, dès 2035, plus aucune voiture neuve vendue en Californie ne pourra être équipée d'un moteur diesel ou à essence, seuls les véhicules roulant à l'électricité, à l'hydrogène et certains véhicules hybrides pourront être commercialisés sur le sol californien. Aujourd’hui, Gavin Newsom se bat avec l’État fédéral pour maintenir en Californie la norme d’efficacité énergétique des véhicules de Barack Obama => réglementation dans la vente de véhicules depuis les années 2000. Il devient un Etat pionnier dans le domaine écologique avec un tournant à 180 degrés. c) Un fort engagement de la société. 79 % des Californiens considèrent le réchauffement climatique comme une menace sérieuse. De nombreuses associations écologistes ont leur siège en Californie : Green For All et Rainforest Action Network qui compte plus d'1,3 million de membres. II – Des limites au modèle écologique a) Un État à l’encontre des décisions du pays (état fédéral / état fédérés) A partir du Clean air act (1970), première législation fédérale anti-pollution, la Californie a toujours poussé plus loin les normes d'émissions de CO2 et particules toxiques imitée par la suite par le reste de l'Amérique. Pendant que l’État fédéral restait paralysé par les blocages du Congrès, l'Etat du sud-ouest américain a pris les devants, d'abord avec le gouverneur Arnold Schwarzenegger puis avec Jerry Brown. Arnold Schwarzenegger a sponsorisé une importante législation en 2006 destinée à ramener les émissions de CO2 en 2020 au niveau de 1990, ce qui a marché. Jerry Brown a ratifié un texte qui place la barre plus haut : à partir de 2030, la moitié de l'électricité de l’État devra venir d'énergies renouvelables. => La Californie est devenu un modèle écologique ds les années 80 avec une prise de conscience de la populat° sur l’environnement malgré les différents président de la république américain et les lois fédérales qui suivent pas le modèle californien. b) Limite d’un outil La taxation qui est mise en place par les différents gouverneurs de la Californie a tout de même des limites qui peuvent être que le bilan carbone moyen d’un Californien était de 9,5 tonnes en 2016 alors que l’Accord de Paris exige 2 tonnes par habitants d’ici 2050. Il est par ailleurs bénéfique de noter que la Californie est le premier producteur d’électricité du pays pour ce qui est du solaire, de la géothermie et de la biomasse mais la réalité est bien plus complexe car le mix énergétique californien est de 72 % d’énergies fossiles contre seulement 14,5 % d’énergies renouvelables. Ainsi, si la part des NRJ renouvelables dans le mix énergétique augmente, on est encore loin d’une NRJ décarbonée. Donc certains comtés on mis en place une grande taxation sur les grands pollueurs (ex : Le ministre de la justice de la Californie en 2006, lance des poursuites judiciaires contre 6 constructeurs automobiles américains et japonais, et leur demande des dommages et intérêts pour la pollution qu’ils engendrent). (=> c’est la notion de pollueur-payeur). c) Le changement du au réchauffement climatique (croissance +++) On peut également voir l’importance de la sécheresse en Californie où la revente de l’eau d’irrigation pour les agriculteurs qui sont en pénuries où on peut voir une inflation du prix de l’eau. Il ne faut pas négliger que l’agriculture Californienne est consommatrice de 80 % de l’eau disponible au sein de l’État. Les agriculteurs qui n’ont plus aucune ressources aquatique se retrouvent dans l’obligation d’arracher leurs arbres fruitiers. Autres menaces : la multiplication des incendies dont les émiss° ont représenté plus de la moitié de celles du secteur industriel en 2018 et la hausse de la pollution des décharges face à l'échec des programmes de recyclage. Conclusion : A l’heure où le programme de l’administration conduite par Joe Biden et Kamala Harris (originaire de Californie) s’inspire largement des mesures mises en place en Californie ces dernières années par ces gouverneurs (Arnold Schwarzenegger, Jerry Brown et Gavin Newson). Il faut voir que ce modèle écologique californien vacille et le désenchantement s’installe auprès d’ancien qui ont accepté le projet mais qui redoute l’efficacité sur le court et moyen terme avec des objectifs qui restent difficilement atteignable. Le modèle ne peut pas être pour beaucoup d’État ou région copié car la Californie bénéficie d’un atout majeur qui leur permet d’agir peut importe les décisions fédérales qui est la puissance économique (c’est l’État le plus puissant des États-Unis). La Californie a intenté plus de 110 procès à Trump principalement sur son non-action envers l’environnement. Comment la Californie pourra-t-il continuer à lutter sur le long terme sur la question environnementale ? »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles