Devoir de Philosophie

La catastrophique défaite navale de La Hougue

Publié le 30/08/2013

Extrait du document

Au printemps 1692, Louis XIV entreprend d'aider le catholique Jacques H à reprendre la Couronne d'Angleterre au protestant Guillaume III d'Orange. Un corps expéditionnaire franco-irlandais doit être débarqué outre-Manche, sous la protection de la flotte commandée par l'amiral de Tourville. Mais l'opération est mal préparée et l'équilibre des forces défavorable à la France. A l'issue d'un combat naval acharné, le roi perd la majeure partie de ses vaisseaux et doit céder la maîtrise des mers à l'Angleterre.

« sant des troupes françaises et irlandaises. Tourville est censé recevoir le renfort des forces navales du Levant, comman­ dées par le vice-amiral Victor Marie d'Estrées et d'une esca­ dre aux ordres de Jacques Il. L.:amiral est en complet désac­ cord avec le plan élaboré par le roi d'Angleterre. Et il ne man­ que pas de faire savoir « l'ex­ trême danger de se fier aux intelligences du roi d'Angleter­ re si souvent trompées, la pro­ digieuse supériorité des enne­ mis, et le défaut de port de tout lieu de retraite si la victoire demeurait aux Anglais, qui brû­ leraient sa flotte et perdraient le reste de la marine du roi ». Ses craintes se révéleront fon­ dées, mais Louis XIV refuse de tenir compte de ses remarques avisées . Fin avril, le roi et Pontchartrain ordonnent à Tourville de quit- ter Brest sans attendre la flotte du Levant. Le 9 mai, quarante­ quatre vaisseaux français appa­ reillent . Aux premières heures du 29 mai , Tourville , à bord du Soleil royal, vient de passer la rade de Cherbourg quand il se retrouve face à quatre-vingt­ neuf navires anglo-hollandais. Au crépuscule , l'ennemi a subi des pertes importantes . Aucun vaisseau français n'a coulé , mais Tourville estime que sa flotte n'èst plus en état de com­ battre et juge prudent de se réfugier dans l'estuaire de la Rance . li abandonne le Soleil royal , gravement endommagé , pour !'Ambitieux et fait route vers Saint-Malo. Le Bourbon et le' Saint -Louis se réfugient en rade de La Hougue, tandis que neuf autres navires se perdent dans la brume -ils échappe­ ront au désastre . Une retraite désespérée Le 31 mai, toujours poursuivi par l'ennemi, Tourville est en vue du raz Blanchard et du pas­ sage de la Déroute , entre Jer­ sey et le Cotentin . Dans cette région où les courants marins sont extrêmement puissants, seuls onze navires français par­ viennent à embouquer la passe . Les douze autres , dont !'Ambitieux, commencent à déri­ ver vers le nord et risquent de tomber aux mains de l'ennemi . L'amiral décide de les sauver en les échouant, mais laisse chaque commandant libre de sa décision . L'Admirabl e et le Triompftant préfèrent rejoindre le Soleil royal, resté en arrière, et attendre l'ennemi en rade de Cherbourg- où ils seront incen­ diés . Les autres retrouvent le Bourbon et le Saint-Louis devant La Hougue , où ils s'échouent. Le I "' juin, Tourville descend à terre pour prendre les ordres de Bellefonds et de Jacques Il. Mais ni l'un ni l'autre ne prend LOUIS XIV REÇOIT TOURVILLE APRÈS LA DÉFAITE Mi-juillet 1692, à Versailles, la défaite de La Hougue reste une plaie ouverte. Tout le monde s'attend à ce que Louis XIV punisse le responsable désigné, Tourville. Mais le roi sait se montrer magnanime -sans doute est-il aussi conscient de sa responsabilité dans l'affaire. Dans son Journal de la Cour de Louis XIV, le mémorialiste Philippe de Dangeau rapporte le compliment adressé par le roi à l'amiral : « Je suis très content de vous et de toute la Marine ; nous avons été battus, mais vous avez acquis de la gloire et pour vous et pour la nation ; il nous en coûte quelques vaisseaux, cela sera réparé l'année qui vient, et sûrement nous battrons les ennemis. » En mars 1693, Louis XIV manifestera à Tourville sa reconnaissance et son admiration en lui octroyant le bâton de maréchal, une distinction rarement accordée à un marin. de décision. Le lendemain , les Anglo-Hollandais brûlent six des vaisseaux français échoués . Le surlendemain, Tourville , sans ordres, se bat comme un beau diable . Mais sa résistance acharnée ne suf­ fit pas à venir à bout de l'en­ nemi qui, finalement, détruit ce qui reste de la flotte fran­ çaise réfugiée à La Hougue . Cette défaite navale , qui selon l' historien Jules Miche­ let « changea le cours de l'his­ toire », aura des conséquen­ ces désastreuses . Sa flotte militaire détruite, la France a perdu la maîtrise des mers. Face à l 'Angleterre triomphan­ te, elle devra désormais se contenter de pratiquer la guerre de course . w w u a. ~ »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles