Devoir de Philosophie

La deuxième guerre mondiale, une guerre d'anéantissement et d'extermination

Publié le 01/11/2014

Extrait du document

La deuxième guerre mondiale. Une guerre d'anéantissement et d'extermination. Introduction : En septembre 1939 commence un conflit européen provoqué par l'invasion de la Pologne par l'armée allemande. Les démocraties occidentales vont s'opposer aux forces de l'axe (Berlin, Rome, Tokyo) jusqu'en 1945 lorsque les armées allemandes et japonaises capituleront sans conditions. Cette guerre devient mondiale et totale et dépasse autant que possible les horreurs de la première. Les belligérants mobilisent, quels qu'ils soient, visent pour des raisons idéologiques essentiellement mais aussi pour survivre, à l'anéantissement de l'adversaire. Les régimes totalitaires ont prévu de dominer d'immenses espaces, d'asservir les populations et de détruire les systèmes démocratiques et communistes. De leur côté, ceux qui forment la grande alliance (Grande-Bretagne, E.U, URSS) sont unanimes pour anéantir le nazisme et le fascisme quel qu'en soit le prix à payer. Ainsi, il n'y aura pas de distinction dans ce combat entre civils et militaires. La brutalisation qui émerge lors du 1er conflit mondial favorise le paroxisme de la violence. L'idéologie nazie développée par Hitler dans « Mein Kampf » a également pour objectif d'éradiquer d'Allemagne tous les ennemis du peuple germain. Ils visent plus particulièrement certains groupes : les juifs et les Tziganes. La hiérarchie des races place ces communautés en bas de l'échelle et les considère même comme « des parasites » qu'il faut éliminer ». La guerre menée à outrances liées aux avancés technologiques permet la mise en place de la « solution finale » qui n'est qu'autre que l'extermination à grande échelle de ces populations. Les nazis provoquent volontairement ce qu'on appellera un génocide. Problématique : En quoi la 2nd guerre mondiale est-elle une guerre d'anéantissement et d'extermination ? Une guerre totale qui vise à l'anéantissement de l'adversaire. L'objectif principal de la gde Bretagne est la victoire "à tout prix", comme l'affirme à plusieurs reprises le premier ministre britannique Winston Churchill lors de son discours à la Chambre des Communes le 13 mai 1940. Le pays est engagé depuis sept 39 au côté de la France dans la 2ème GM contre l'Allemagne nazie. Après la conquête continentale de l'Europe en 1940, les nazis mettent en place leur programme politique et économique tout en cherchant à étendre leur domination au seul pays européen qui se bat encore. De son côté, Winston Churchill, premier ministre britannique, annonce en mai 1940 le seul programme possible pour son pays : combattre jusqu'à la victoire. La guerre totale et d'anéantissement est bel et bien lancée. Un même objectif. Dominer pour imposer un ordre nouveau. En juin 1940, l'Allemagne occupe la majorité des pays d'Europe occidentale sauf les pays neutres (la Suède et la Suisse préservées par leur neutralité) et la France libre depuis l'armistice du 22 juin 1940. Comme le rappelle le maréchal Goering (doc 4p.89), pour assurer les besoins de l'Allemagne tant militaires que pour les populations civiles, les troupes se livrent au pillage systématique des pays conquis. Cela d'ailleurs fait partie des closes de l'armistice français, le pays devant livrer une grande partie de ses ressources et même collaborer. Comme le précise élégamment Goering en 1942, s'ils n'ont rien à se mettre sous la dent, « je leur enverrai de vieilles selles de cosaques ». La machine de guerre allemande, privée d'une partie de ses travailleurs, utilise la main-d'oeuvre étrangère. Sauckel, appelé « le négrier de l'Europe », organise le STO (service du travail obligatoire), qui permet d'envoyer plus de 7 millions d'hommes réquisitionnés dans les pays occupés en Allemagne. Par ailleurs, la guerre s'éternisant, l'économie de guerre est modifiée, aux pillages succède une planification rationnelle supervisée par Albert Speer (architecte, conseiller d'Hitler). A partir de 1943, 40% des besoins du Reich proviennent des réquisitions. L'indemnité d'occupation que verse la France permet l'entretien de 10 millions de soldats allemands. La motivation allemande se trouve dans les idées écrites par Hitler dans « Mein Kampf ». Tout d'abord, l'extension de l'espace vital (Lebensraum) ce qui favorise l'épanouissement de la race supérieure, aryenne, dite « race des seigneurs », qui doit retrouver sa pureté originelle en se débarrassant de la « dangerosité biologique d'autres races », permettant de forger un homme nouveau dont le destin est de dominer le monde. Ce programme suppose également la destruction totale de tout autre régime politique et la haine exacerbée des nazis envers les démocraties et le communisme pour créer un ordre nouveau. 2. Vaincre pour survivre. Doc : 2 p89. Par ces mots « du sang, du labeur, de la sueur et des larmes », Churchill annonce la guerre totale que va mener l'empire britannique. La survie du pays, la survie de la démocratie, la survie de la nation britannique. Ce combat a pour but de défendre la nation britannique, les démocraties et leurs valeurs et enfin &laq...

« domination au seul pays européen qui se bat encore. De son côté, Winston Churchill, premier ministre britannique, annonce en mai 1940 le seul programme possible pour son pays : combattre jusqu’à la victoire. La guerre totale et d’anéantissement est bel et bien lancée. A. Un même objectif. 1. Dominer pour imposer un ordre nouveau. En juin 1940, l’Allemagne occupe la majorité des pays d’Europe occidentale sauf les pays neutres (la Suède et la Suisse préservées par leur neutralité) et la France libre depuis l’armistice du 22 juin 1940. Comme le rappelle le maréchal Goering (doc 4p.89), pour assurer les besoins de l’Allemagne tant militaires que pour les populations civiles, les troupes se livrent au pillage systématique des pays conquis. Cela d’ailleurs fait partie des closes de l’armistice français, le pays devant livrer une grande partie de ses ressources et même collaborer. Comme le précise élégamment Goering en 1942, s’ils n’ont rien à se mettre sous la dent, « je leur enverrai de vieilles selles de cosaques ». La machine de guerre allemande, privée d’une partie de ses travailleurs, utilise la main-d’œuvre étrangère. Sauckel, appelé « le négrier de l’Europe », organise le STO (service du travail obligatoire), qui permet d’envoyer plus de 7 millions d’hommes réquisitionnés dans les pays occupés en Allemagne. Par ailleurs, la guerre s’éternisant, l’économie de guerre est modifiée, aux pillages succède une planification rationnelle supervisée par Albert Speer (architecte, conseiller d’Hitler). A partir de 1943, 40% des besoins du Reich proviennent des réquisitions. L’indemnité d’occupation que verse la France permet l’entretien de 10 millions de soldats allemands. La motivation allemande se trouve dans les idées écrites par Hitler dans « Mein Kampf ». Tout d’abord, l’extension de l’espace vital (Lebensraum) ce qui favorise l’épanouissement de la race supérieure, aryenne, dite « race des seigneurs », qui doit retrouver sa pureté originelle en se débarrassant de la « dangerosité biologique d’autres races », permettant de forger un homme nouveau dont le destin est de dominer le monde. Ce programme suppose également la destruction totale de tout autre régime politique et la haine exacerbée des nazis envers les démocraties et le communisme pour créer un ordre nouveau. 2. Vaincre pour survivre. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles