Devoir de Philosophie

Les grandes agglomérations des États-Unis.

Extrait du document

Cette inégale répartition résulte en partie des contraintes ou des

atouts naturels. Mais la répartition des zones urbaines est surtout le

reflet des activités économiques. Les villes géantes sont des villes

portuaires, elles jouent un rôle mondial par leurs activités

commerciales, industrielles, financières. Les nombreuses villes du

Nord-Est appartiennent à la Manufacturing Belt, coeur historique et

économique de l'État qui concentre aujourd'hui encore 40 % des

emplois industriels et la majeure partie du pouvoir de décision

économique et politique; 10 % des richesses mondiales sont produites

dans la seule Mégalopolis. Les villes les plus dynamiques sont celles de

la périphérie, de la Sun Belt : métropoles du Texas ou de Floride qui

attirent industries chimiques et industries de pointe, véritables villeschampignons

telle Phoenix, et surtout métropoles de Californie, portes

traditionnelles du Pacifique, façades ouvertes sur l'Asie et l'Océanie,

qui ne cessent de renforcer leur poids économique, au niveau national

et international.

« DEVOIR RÉDIGÉ 0 Introduction Les États-Unis sont une nation de citadins : 214 millions d'Américains, soit 8 Américains sur 10, vivent aujourd'hui dans une ville et plus d'1 sur 2 dans une ville dépassant 1 million d'habitants. Cette urbanisation est ancienne : dès 1920, la population urbaine avait dépassé la population rurale, mais le phénomène se poursuit encore aujourd'hui. La distribution des villes dans l'espace n'est pas uniforme, elle est le reflet de l'histoire des hommes, et surtout du développement économique du territoire. Cette urbanisation dans l'État le plus riche du monde, massive au siècle de l'automobile, a fait naître des paysages et une organisation très spécifiques. Cependant ces villes connaissent aujourd'hui de nombreux problèmes économiques et sociaux. 0 La répartition des villes dans l'espace américain 125 millions d'Américains vivent actuellement dans 39 agglomérations millionnaires. Trois agglomérations géantes dominent largement la hiérarchie urbaine: New York, Los Angeles, Chicago, avec respectivement 19, 15 et 8 millions d'habitants. De façon générale, les très grandes villes sont côtières: les façades Atlantique, Pacifique, du golfe du Mexique, les rives des Grands Lacs, concentrent toutes les agglomérations de plus de 10 millions d'habitants, alors que dans l'intérieur le semis urbain est plus lâche, mal hiérarchisé, et les villes ne dépassent pas 5 millions d'habitants. La carte des zones urbaines fait apparaître les mêmes disparités que celle des densités : à l'est du Mississippi, et encore plus nettement du 1ooe méridien, se trouvent la majorité des agglomérations millionnaires; parmi celles-ci, les grandes métropoles du nord-est de la région des Grands Lacs constituent encore, même si elles connaissent un léger déclin, l'ensemble urbain le plus important des États-Unis ; c'est là que se trouve une des trois mégalopoles du monde, de Boston au nord à Washington au sud, sur 900 km, se concentrent environ 50 millions d'habitants; cette mégalopolis, ensemble de conurbations plus ou moins soudées où la densité est supérieure à 300 habitants par km2, est dominée par New York. À l'ouest du territoire, les densités sont faibles et les villes rares, hormis sur la côte Pacifique où San Francisco et surtout Los Angeles contribuent largement à faire de la Californie l'État le plus peuplé de l'Union (30 millions d'habitants). »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles