Devoir de Philosophie

Commentaire chapitre 10 Adolphe

Extrait du document

« Commentaire organisé : Adolphe chapitre X Adolphe est publié en 1816 par Benjamin Constant qui est un écrivain du 19e siècle. C’est un roman psychologique portant sur le sentiment amoureux, il n’est non pas centré sur la naissance de l’amour comme on pourrait le croire, mais sur les difficultés de devoir vivre dans une relation dont on ne peut pas se défaire. Assurément, il raconte l’histoire d’un jeune homme pris d’amour pour Ellénore une femme âgée de 10 ans de plus que lui. Malheureusement, il se rend rapidement compte qu’il a cessé de l’aimer et que son amour pour elle n’est maintenant plus qu’une vaine illusion. Mais en vue de tous les sacrifices qu’elle a dû endurer, il se retrouve dans l'incapacité de rompre avec cette femme qui a toujours autant d'affections pour lui. Il me semble donc opportun de se demander comment l’état d’Ellénore dans cet extrait du chapitre X peut éveiller autant de sentiments chez Adolphe ? Dans un premier temps nous verrons alors la tristesse qu’éprouve Adolphe face à l’affaiblissement d’Ellénore puis dans un second temps, nous essaierons d’expliquer pourquoi il ressent une forte culpabilité en la voyant ainsi. En effet, cet extrait se trouvant à la fin du roman nous peint une scène remplie de tristesse et de douleur. On ressent, dans ce texte toute la souffrance qu’endure Ellénore à travers les yeux d’Adolphe qui la regarde et examine son état de près. L’auteur fait ressortir cela en employant à plusieurs reprises le verbe voir à la première personne du singulier dans le même paragraphe comme par exemple à la ligne 7 « je la vis » à la ligne 8 « je vis se graver » et à la ligne 9 « je vis », cet emploi récurrent accentue le fait que Adolphe est à ses côtés et observe l’évolution de sa maladie attentivement. De plus, on peut voir que Benjamin Constant décide de toujours placer ce terme en tête de phrase attirant ainsi l’attention du lecteur pour bien montrer que tout ce qui est écrit ici sont les impressions d’Adolphe face à ce qu’il voit. En outre, il souhaite exprimer la tristesse d’Adolphe en insistant sur le fait que c’est lui qui voit cette scène qu’il qualifie plus tard de « spectacle humiliant et déplorable » ligne 9 montrant ainsi que regarder Ellénore souffrir sans pouvoir rien faire pour l’apaiser le désole énormément, ainsi la voir « recevoir de la souffrance physique » (l.9) le trouble il ne sait plus quoi dire ni que faire en « cet instant terrible » (l.10) ces idées sont désordonnées et incompréhensibles pour lui, il est totalement perdu et accablé de tristesse. Aussi, on peut constater que l’auteur a pris grand soin de distinguer Adolphe d'Ellénore en référant à chacun un temps du passé : pour tout ce qui concerne Ellénore il emploie de l’imparfait »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles