Devoir de Philosophie

Commentaire Eluard - Capitale de la douleur

Extrait du document

eluard
SQ5 :Séance 5 : Un poème surréaliste. Support : Eluard ? Capitale de la douleur, 1926. Biographie : 1895/1952. Maladie qui lui permet de rencontrer sa première épouse. Participation surréalisme (p.37). Engagement dans la guerre civile : Franco. Capitale de la douleur : Recueil marquant dans les ?uvres Eluard qui marque une sensibilité aigue. Introduction :  Paul Eluard, poète de la première moitié du XXème a été un des piliers du surréalisme qui s'intéresse à l'imaginaire, au rêve et à l'inconscient dans les années 1920. Après une crise personnelle existentielle qui a entraîné son voyage-fuite en 1924, Eluard publie son premier recueil en 1926, qui sera le plus important: Capitale de la douleur. Ce recueil est dédié à sa muse: Gala.    Le poème La courbe de tes yeux est l'avant dernier du recueil. Il est placé sous le signe de la joie d'aimer et du partage amoureux.  Problématiques : Comment le poète présente-t-il le pouvoir du regard de la femme aimée ? En quoi ce poème est-il surréaliste ? Le portrait d?une femme sublimée. La célébration de la beauté. Le visage d?une figure maternelle. La muse. Le pouvoir de transfiguration de la femme aimée. Un nouveau regard sur le monde grâce à un réseau d?images. L?importance des couleurs et de la perception réalité imperceptible à l??il nu. Les synesthésies. Un poème surréaliste. Des images surréalistes. L?ombre et la lumière. Le cycle de la vie. Le portrait d?une femme sublimée. La...

« jusqu’au regard porté sur le monde (v.6, 7, 8). Ce qui peut faire écho aux yeux de la femme. La beauté repose aussi sur des qualités telles que : la pureté, la luminosité et sur l’évocation des « sourires » qui renvoie à un caractère joyeux qui peuvent être associé à l’innocence, aux « yeux purs ». On a bien à faire au portrait d’une femme sensorielle et qui semble être source de désir. 2) Le visage d’une figure maternelle. Dans le portrait dressé, on peut voir également la figure maternelle. Le champ lexical qui renvoi au nid protecteur est présent : « berceau », « couvé », « paille » et l’image des « ailes… lumière » (v.7). Derrière la protection, il y a l’idée de dépendance soulignée par la récurrence du verbe « dépendre » qui peut être mis en lien avec la maternité. Cette complicité avec la femme aimée peut prendre la forme de l’intimité filiale. Cette femme a donc un 2 ème visage : celui de la mère. 3) La muse. Une troisième approche se dessine : celle de la muse. Elle semble stimuler l’énergie du lecteur. Le poète créait un lien étroit entre la femme et sa vie (« vécu » = « vu »). Il créait un lien de cause à effet (v.5). Très vite, (v.6) les yeux de la femme apparaissent comme une fenêtre ouverte sur le monde : les yeux s’ouvrent sur le monde. La plume du poète peut apparaître comme une sorte de prolongement du regard. Le regard de la femme est source de travail poétique. CCL : Paul Eluard dresse le portrait de l’amour qui peut prendre plusieurs formes mais une conception de l’amour qui se pose sur la vie elle-même. L’amour a le pouvoir de transfigurer le monde. II. Le pouvoir de transfiguration de la femme aimée. 1) Un nouveau regard sur le monde grâce à un réseau d’images. Dans la deuxième et troisième strophe, le poète décrit le monde « vu » par les yeux de la femme aimée. Le 1 er défi est de transcrire de la manière la plus juste possible et de garder mémoire de ce qui est vu en un temps donné. L’évocation du temps qui passe et des jours qui se succèdent (v.3 = auréole, temps = berceau, berceau = nuit). Ce réseau d’images met en évidence l’évolution du regard de la femme ce qui permet de circonscrire l’ensemble du monde : v.6 = perception proche, « vent » renvoie aux « ailes », lumière = jour qui se lève, évocation de la mer, astres = forme infinie, univers immense = regard de plus en plus ample. V.14 = monde entier renvoie à la capacité d’envelopper le monde. Auteur créait réseau d’images qui permet d’agrandir le regard. 2) L’importance des couleurs et de la perception réalité imperceptible à l’œil nu. La vue est le sens le plus développé et présent dans le poème : les couleurs évoquées sont éclatantes (lumière, aurore, paille, astre, sang, ciel, mer = couleurs primaires). Il ya la présence de couleur complémentaire au travers des feuilles, du jour. Les couleurs sont évoqués, suggérés mais jamais nommes : l’auteur évoque les sources des couleurs. Ces suggestions successives permettent la mis en place d’images incongrues qui rendent compte d’une perception de la réalité qui repose sur l’association d’idées et de sonorités. 3) Les synesthésies. Au-delà des couleurs, le poète expose des synesthésies (perception sensorielle simultanée). La synesthésie plus évidente au vers 7 : sourires parfumés. Le poète créait un univers fait de concret et »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles