Devoir de Philosophie

Discussion : Peut-on parler de sujets sérieux en faisant rire ?

Extrait du document

« Discussion : « Peut-on parler de sujets sérieux en faisant rire ? » Le rire est le propre de l'Homme. Il nous permet de nous détendre, de dédramatiser et de combattre les inquiétudes et les angoisses de la vie quotidienne. De par ses vertus curatrices, on est en droit de se demander si le rire peut être utilisé pour traiter des sujets sérieux en se posant la question suivante : « En quoi le rire est-il un instrument légitime pour aborder des sujets sérieux et faire réfléchir ? ». Dans un premier temps, nous verrons que le rire est en effet un sujet permettant d'aborder des thématiques graves pour voir dans un second temps quels peuvent être les problèmes liés au fait d'aborder ces sujets par le rire. L'histoire nous démontre que le rire a avant tout une portée dénonciatrice sur le plan politique. Par exemple, lorsque Honoré Daumier caricature dans sa lithographie Gargantua le roi Louis-Philippe en train d'avaler des sacs d'or prélevés au peuple et de déféquer des titres qui s'échappent de la chaise sur laquelle il est assis, il utilise le rire dans des conditions sérieuses puisqu'il cherche à dénoncer le régime de l'époque qui favorise uniquement l'élite au pouvoir au détriment du peuple qui s'en retrouve indigent. On retrouve également cette volonté de dénonciation par le rire dans le film Le Dictateur de Charlie Chaplin réalisé en 1940 où le réalisateur décide de parodier Adolf Hitler en créant le personnage d'Adenoïd Hynkel. Il utilise ce moyen pour dénoncer les abus du régime nazi et le danger qu'il fait peser sur la paix mondiale en imitant grossièrement l'apparence, le ton, le comportement et tout ce qui caractérise le Führer. Ensuite, le rire peut aussi être utilisé pour contester des faits sociétaux en les exposant volontairement de manière ridicule. En témoignent les œuvres dites satiriques qui ont pour objectif de critiquer de façon railleuse, souvent dans le but de provoquer ou de prévenir un changement. Ainsi, Les Obsèques de la lionne de Jean de La Fontaine comporte une morale qui dénonce l'hypocrisie des courtisans tout autant que la vanité et la naïveté des rois comme ce passage l'atteste : « Flattez-les, payez-les d'agréables mensonges, Quelque indignation dont leur cœur soit rempli, Ils goberont l'appât ; vous serez leur ami ». Cela signifie qu'à partir du moment où le mensonge plaît au roi, celui-ci y croira. En remettant en cause l'intégrité du roi de manière moqueuse, La Fontaine répond aux codes de la satire. Enfin, le rire peut servir à dédramatiser, à alléger le lourd fardeau de la condition humaine en mettant en avant les défauts de l'Homme pour mieux les combattre par la suite. C'est ce que fait Molière dans sa pièce L'Avare, une comédie de caractère qui met en scène Harpagon, un personnage caractérisé par son avarice caricaturale. Il économise sur tout, il refuse de faire la moindre dépense et il reste persuadé que tout le monde essaie de le voler. Ces traits de sa personnalité sont tellement poussés à l'extrême qu'il devient évident que ces fixations sont ridicules et qu'elles auraient tendance à nous nuire bien plus qu'elles ne nous protégeraient. Nous l'avons vu, le rire permet aussi bien d'aborder des sujets sérieux que de prendre de la distance vis-à-vis de nous-mêmes et des aléas de l'existence. Toutefois, si l'on prend en compte ses vertus, on ne peut pas nier que les sujets sur lesquels le rire est permis peuvent être limités. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles