Devoir de Philosophie

Etude linéaire Le Barbier de Séville - Acte II

Extrait du document

« Le barbier de Séville :commentaire de texte Le Barbier de Séville ou la précaution inutile , est une pièce de théâtre de registre satirique, écrit par Beaumarchais, Figure importante du siècle des Lumières, il est estimé comme un des annonciateurs de la révolution française et de la liberté d'opinion . La piece est jouée en février 1775 ; elle raconte les aventures d'un valet nommé Figaro et de son maître , le comte Almaviva. Par ailleurs ,le texte que nous allons étudier est un extrait de l'acte II ; Bartholo veut savoir ce qu'ont pu se dire Rosine et Figaro. Soupçonnant Rosine, il lui demande des explications sur différents indices qu'il décèle , mais Rosine, embarrassée, nie avoir écrit, mais Bartholo, qui n'en croit rien, la menace de l'enfermer dorénavant à double tour à chaque fois qu'il devra s'absenter. Nous pouvons alors nous demander , comment l'auteur parvient t-il à dénoncer les conditions de vie de la femme du XVII siècle. Dans un premier temps nous verrons comment Beaumarchais fait-il sentir que Bartholo est soupçonneux et inquiétant , puis Comment sont exprimés l’embarras et les efforts de Rosine pour s’expliquer. A)Bartholo soupçonneux et inquiétant 1)Jalousie maladive – – – – – « Je voudrais bien savoir ce que ce barbier avait de si pressé à vous dire ? » → Bartholo est curieux de la discussion qu'a put avoir un autre homme avec Rosine , il fait donc preuve de jalousie. De plus il nomme Figaro avec un pronom démonstratif , à connotation péjorative et l'isole le rend insignifiant. « je suis certain qu'il y avait six feuilles ; car je les compte tous les matins » → Le vieil homme n'a aucune confiance en sa future épouse , allant jusqu'à la paranoïa. En effet Bartholo est remis en cause et devient inquiétant. « quelqu'un...Figaro...qui...quelqu'un »→ Nous remarquons qu'il y à toujours une tierce personne entre eux , les craintes de Bartholo qu'on lui vole sa pupille est exprimés. « quelqu'un que les femmes ne nomment jamais ; Une femme se croit bien en sûreté, parce qu'elle est seule »→ On en déduit que Bartholo à une idée négative de la femme , presque de la misogynie , et il généralise la femme (une femmes=des femmes). Par ailleurs ce passage nous montre le coté tragique que peut avoir cette comédie. « quelqu'un que les femmes ne nomment jamais » → Cependant nous pouvons également affirmer que Bartholo est conscient de la situation ,que jamais une jeune femme épousera un vieil homme , et il en souffre « mon enfant » vient souligner cette différence d'age entre Bartholo et Rosine. 2)Méfiance – – – – – « Vous rendre compte ! Je vais parier qu'il était chargé de vous remettre quelque lettre » → Dès la première réponse de Rosine Bartholo doute et fait des suspicions. « Peut-être la réponse au papier de la fenêtre. »→ On remarque également que Bartholo est loin d'être sot , il est même très perspicace ,et il se doute bien que Rosine lui ment. « Cela est vous avez écrit...elle n'y est pas la sixième »→ Les suspicions du vieil homme se concrétise et il utilise désormais des phrase courtes qui n'engagent pas la discussion. «témoin, disposition » → Recourt au lexique policier, il mène l'enquête et reprend les mots de Rosine tel un interrogatoire « De la petite Figaro ? » « .comment est-elle devenue noire ? Est-ce en écrivant l'adresse de la petite Figaro ? » → Succession de question déguisée en accusation avec presque un ton ironique . « Mais le bout du doigt reste noir, la plume est tachée, le papier manque »→ Il montre les trois preuves du mensonge de la jeune femme avec une gradation décroissante , allant du plus au moins visibles. « Mais que de mensonges entassés pour cacher un seul fait!.. » → Pour finir il utilise plus que des phrase déclarative , plus aucun doute Rosine a menti. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles