Devoir de Philosophie

Homère, L'Odyssée, chant IV, vers 233-289.

Extrait du document

Homère, L’Odyssée, chant IV, vers 233-289.   Composée au VIIIème siècle avant Jésus Christ, L’Odyssée d’Homère occupe une place fondamentale dans la littérature. En effet, alors que l’Antiquité grecque a été bercée par les récits oraux des aèdes, l’époque archaïque va être marquée par L’Iliade et L’Odyssée, poèmes épiques et premières œuvres écrites occidentales. Homère joue donc un rôle majeur dans la littérature grecque et notamment dans le développement du genre épique, il sera d’ailleurs considéré comme source de savoir et de connaissance. Ici, nous allons étudier le chant IV, qui relate le voyage de Télémaque, fils d’Ulysse et de Pénélope, dans la recherche de réponses sur la disparition de son père. Accompagné d’Athéna, sous les traits de Mentor, Télémaque va multiplier les rencontres afin d’en savoir plus sur la situation d’Ulysse. Après une escale à Pylos et sous les conseils de Nestor, les deux personnages vont donc prendre la direction de Sparte. Dans ce chant IV, Athéna et Ulysse vont être reçus dans le palais de Mélénas et Hélène, qui évoqueront avec eux différents épisodes illustrant la ruse du père de Télémaque. Nous allons plus particulièrement nous pencher sur les vers 233 à 289, il est question ici, de la transformation d’Ulysse en mendiant dans le but de se cacher des Troyens. Véritable chef d’œuvre de la littérature, nous pouvons nous demander en quoi Homère avec son Odyssée a rendu hommage à la culture grecque et à ses grandes valeurs. Dans un premier temps, nous étudierons l’inscription par Homère, d’une culture voyageuse dans la littérature grecque. Ensuite, nous aborderons un monde entre divinité et humanité. Enfin, nous verrons comment ce poème épique fait voyager le lecteur.   Tout d’abord, nous pouvons voir que ce texte respecte les deux grands types de voyages de l&rs...

« grecque. Le voyage pacifique qui consiste à rencontrer des gens, dialoguer avec eux, et le voyage belliqueux qui traduit plutôt une volonté de guerre, de conquête. Dans cet extrait, ces deux aspects sont clairement illustrés. L'aspect pacifique est traduit par la rencontre d'Athéna, Télémaque, Hélène et Mélénas. En effet, il s'agit ici d'une rencontre amicale, les deux hôtes accueillent le fils d'Ulysse ainsi que la déesse dans leur palais afin de leur conter quelques mésaventures  du père de Télémaque autour d'un repas. Le voyage belliqueux est lui exprimé par le Guerre de Troie, évoquée ici : « Ulysse ayant tué avec son glaive redoutable un grand nombre d'ennemis » ; « le cheval de bois au moyen duquel nous pénétrâmes, [...], pour porter aux Troyens le carnage et la mort ». Ensuite, cet extrait évoque l'importance de la mer chez les Grecs. En effet, en Grèce Antique, la mer incitait au voyage et à la découverte d'autres terres. Ici, « les navires achéens » et les « rapides navires » sont mentionnés. Cela traduit, un réel amour de la mer chez les Grecs, une envie irrésistible de découvrir d'autres contrées ; F. Hartog qualifiait même l'Homme Grec comme « un animal nautique ». Enfin, paradoxalement, malgré une attirance forte du Grec pour « l'ailleurs »,  son voyage s'accompagne toujours d'une obsession pour le nostos, c'est-à-dire le retour. Le Grec ne peut pas se passer de sa patrie, il a un attachement très profond pour sa terre natale. Ici, cette souffrance de l'éloignement de sa patrie est très bien traduit par Hélène, dont son « seul désir » est de « revoir [ses] foyers ». Le vocabulaire de la séparation est beaucoup utilisé : loin, séparer, quitter. Le lecteur sent un réel désespoir d'Hélène qui « [pleurait] sans cesse » d'avoir été conduite « loin de la terre chérie de la patrie » et d'avoir été séparé de sa fille et de son époux. Mélénas aussi évoque un manque de son épouse lorsqu'il est à Troie, dans le cheval, il entend la voix de sa femme et se précipite pour la voir avant qu'Ulysse ne le retienne. Nous avons vu que l'idée du voyage était fondamental dans la culture et la littérature grecque, maintenant, nous allons aborder un monde entre divinité et humanité.     Tout d'abord, l'Antiquité grecque a toujours été baignée dans le merveilleux, l'irrationnel. L'hellénisme est empreint d'un mélange de mythes, de croyances, et de légendes. Les Dieux font partie intégrante de la culture »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles