Devoir de Philosophie

« La poésie [...] n'a pas d'autre but qu' Elle-même », écrit Baudelaire. En prenant appui sur Les Fleurs du mal de Baudelaire, sur les poèmes que vous avez lus et étudiés et sur votre culture personnelle, vous vous interrogerez sur cette déclaration et vous vous demanderez si elle correspond à la définition de la poésie.

Publié le 16/04/2020

Extrait du document

baudelaire

Dissertation

« La poésie [...] n'a pas d'autre but qu' Elle-même », écrit Baudelaire. En prenant appui sur Les Fleurs du mal de Baudelaire, sur les poèmes que vous avez lus et étudiés et sur votre culture personnelle, vous vous interrogerez sur cette déclaration et vous vous demanderez si elle correspond à la définition de la poésie.

 

 

Introduction : Le mythe d’Orphée, amoureux malheureux d’Eurydice, exprimant ses sentiments grâce à sa lyre, serait à l’origine de la poésie. Dès l’Antiquité, ce genre est très présent dans la littérature. Toutefois, aujourd’hui la poésie est souvent considérée comme « difficile ». Serait-ce parce que, comme l’écrit Baudelaire, « La poésie [...] n'a pas d'autre but qu' Elle-même » ? Cette conception de la poésie est-elle partagée par tous ? Nous expliquerons tout d’abord la théorie de Baudelaire, pour ensuite montrer qu’elle peut avoir d’autres buts et enfin nous proposerons une définition de ce genre.

I. La poésie n’a pas d’autre but qu’elle-même

a. C’est avant tout un travail laborieux sur la langue : nombreuses règles de versification

Le pantoum :Harmonie du soir, Baudelaire ; les sonnets

La théorie du Parnasse : L’Art pour l’Art

b. La poésie permet de savourer la langue, les mots, les images, même si on ne comprend pas tout le sens 

La musicalité des poèmes de Verlaine « Les sanglots longs des violons de l’automne »

Certains poètes réputés obscurs : Mallarmé, Valéry

Les surréalistes : beauté des images : La Courbe de tes yeux…Eluard

c. Elle permet l’évasion à travers un monde inconnu ou lointain, onirique

« Parfum exotique » Baudelaire

baudelaire

« Exemple de paragraphe I,1 Expliquons tout d’abord la conception de Baudelaire : « La poésie […] n’a pas d’autre but qu’Elle-même. » En effet, la poésie se distingue de la prose par un travail très élaboré sur la langue, parfois laborieux, en partie à cause de la versification qui la caractérise. Il semblerait alors que le poète s’attache davantage à la forme du texte qu’à son sens. Il recherche avant tout la beauté de son texte. C’est pourquoi Baudelaire dédie Les Fleurs du Mal à Théophile Gautier, membre du Parnasse. Cette théorie préconise « l’Art pour l’Art » et les poètes de ce mouvement affirment qu’ « Il n'y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien ; tout ce qui est utile est laid » (T. Gautier). Pour eux, le poète est un artisan qui travaille son poème comme un ébéniste travaillerait le bois. Nous pouvons d’ailleurs voir que le poème « Harmonie du soir », extrait des Fleurs du Mal de Charles Baudelaire, est un pantoum, c’est-à-dire que certains vers se répètent selon une cadence très particulière et très codifiée. Il n’y a par exemple que deux rimes dans tout le texte : [iz] et [war]. Nous aurions également pu citer les haikus japonais de 17 syllabes sur 3 vers, qui sont pourtant des poèmes en prose. Ainsi, pour ces poètes, la recherche de la poésie se suffit à elle-même. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles