Devoir de Philosophie

Les Euménides : une incarnation étonnante du destin dans Electre de Jean Giraudoux

Extrait du document

giraudoux

LA VÉRITÉ RÉVÉLÉE

 

Le dramaturge donne en outre aux Euménides le rôle traditionnellement dévolu au chœur de la tragédie grecque. Celui-ci, placé sur le côté de la scène, avait pour fonction de présenter et de commenter l'action à mesure qu'elle se déroulait1. Sa voix, extérieure à l'intrigue, était donc celle d'un récitant1 2. Chez Giraudoux, les Euménides « récitent » (1,1, p. 15)

 

« C'est leur spécialité ». Mais elles « récitent », à la fois des événements anciens et futurs, comme si l'avenir était inclus dans le passé. C'est ce qui leur permet de dévoiler les illusions du présent et les arrière-pensées des personnages.

 

L'avenir inclus dans le passé

 

À la scène 1 de l'acte I, la récitation des Euménides se confond avec l'exposition de la pièce3. Sur le plan dramaturgique4, la technique est habile. Électre est présentée avant même qu'elle apparaisse sur scène :

 

Depuis dix-neuf ans elle amasse

 

Dans sa bouche un crachat fielleux (p. 18).

« De son côté, Eschyle avait imaginé, dans la troisième partie de la trilogie de I' Orestie 1, qu'après le meurtre d'Égisthe et de Clytemnestre, Oreste était jugé par le tribunal de l'Aéropage 2, qui finit par l'acquitter. Les Érinyes, qui jusqu'alors poursuivaient le meurtrier, s'inclinèrent devant ce verdict. Oubliant leurres­ sentiment, elles changèrent de nom pour devenir les « Eumé­ nides ll, qui signifient en grec les> à la scène 3 de l'acte Il; et au dénouement, elles »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles