Devoir de Philosophie

Pour être utile à celui qui la fait et commander la confiance de celui à qui elle s'adresse, l'annonce publicitaire doit être concise, simple, franche, ne porter jamais aucun masque, marcher toujours droit à son but, la tête haute (...). Tout commentaire, s'il n'est pas nuisible, est au moins superflu; tout éloge, au lieu d'appeler la confiance, provoque l'incrédulité (...). La publicité ainsi comprise se réduit à dire : dans telle rue, à tel numéro, on vend telle chose, à tel prix. Qu

Publié le 08/04/2011

Extrait du document

droit

 

Introduction ■ Replacer la phrase de Girardin dans son contexte historique : vers les années 1840-1850 création des « grands magasins « : Boussicaut : le Bon Marché. Techniques particulières de vente, parmi elles : la publicité. Période décrite par Zola dans « Au Bonheur des Dames « (1883). A l'époque d'Emile de Girardin, tout reste à faire : chercher donc à définir la publicité (reprendre les passages les plus importants de la citation en la morcelant et en dégageant la signification essentielle de ces phrases.)

droit

« Les journaux de consommateurs ont bien pour objectif l'honnêteté et l'information souhaitées par Girardin, maisl'indication est accompagnée de commentaires (fondés, il est vrai, sur des expériences précises). Deuxième partie : des conceptions différentes. a) La place de la publicité en 1845 - aujourd'hui. — Dans la vie quotidienne, négligeable au XIXe siècle, considérable au XXe siècle. — Dans les entreprises : apparaît au XIXe dans les grands magasins ; touche tous les secteurs aujourd'hui. Part très importante du budget publicité. Société de « consommation » : la publicité en 1976 efface la notion detravail, seul compte le problème du choix. — Moyens de diffusion : directs au XIXe siècle ; bénéficient aujourd'hui des médias. Cette place prépondérante au XXe siècle explique en partie les différences de perspective entre les deux époques. b) — Certes dans l'un et l'autre cas, souci d'efficacité (« Pour être utile à celui qui la fait »). — Mais celui qui la fait — différent au XIXe et au XXe siècle. But : faire connaître un commerçant « tel magasin » où l'on puisse trouver un objet particulier (XIXe) ; faire choisirun objet (XXe). XIXe : laisser le libre choix, simplement faire connaître (« sans commentaire ») / XXe : faire connaître et désirer : lebien-être est lié, dans cette perspective, à la possession d'un objet. Information neutre (XIXe). Influence (XXe). Conclusion : Pour E. de Girardin, en un siècle où naît la publicité avec la difficulté de diffuser un message, ce qui compte c'estl'information. Au XXe siècle, information facile, multiplicité des produits. Il faut donc influencer, agir sur les désirs plus que sur laraison, convaincre par tous les moyens plus que démontrer. Certes une certaine méfiance à l'égard de la publicité sefait jour. Mais la complexité des techniques, la convergence des médias, la rendent pour longtemps encore efficaced'autant qu'elle renvoie à un monde délié de tout souci, où les objets sont à la portée de tous et par uïi effetmagique apportent le bonheur ou du moins le bien-être. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles