Devoir de Philosophie

Le personnage de Salomé

Extrait du document

L’Histoire :

Salomé: Personnage biblique, n’est pas nommé dans la bible, la fille de Herodiade femme Herode Antipas roi de Gallilé en deuxiéme noce leur union est désapprouvé par Jean Baptiste celui qui à prédit l’arrivé de JC mais aussi  de l’apocalypse.

 

Jean Baptiste est alors visé par Herodiade;

 

Au banquet du roi Herode Salomé ce met à danser et lui plait, Herode lui promet alors tout ce qu’elle veut, la jeune fille ne sais pas quoi demandé et se tourne vers sa mère qui guidé par la vengeance demande la tête de Jean Baptist. Elle lui sera emmené sur un plateau d’argent.

 

 

Idée

C’est de pointer le coté maléfique des femmes, Herodiade qui se sert de sa fille, en parallèle Herode est une merde qui dévoile la faiblesse de l’homme par rapport à la femme.Il à une autorité mais se laisse mené et remet la faute sur Herodiade une comparaison avec Pilat qui condamne jésus et remet la faute sur les Juifs.C’est donc une réfléxion sur le pouvoir.

 

Salomé:Veut aussi dire la Paix, c’est une des premieres témoins de la résurrection du Christ.

 

l’époque médiévale : la littérature et l’architecture sont au service d’un discours moralisateur qui continue d’exploiter la figure de Salomé pour condamner le péché de luxure.

 

Misogyne reps Misandre

 

Dès les premiers siècles de l’Europe chrétienne, la femme est considérée comme une menace, une dangereuse tentatrice, voire une auxiliaire de Satan. La figure d’Ève s’impose comme l’archétype de cet imaginaire du féminin. Or, le Nouveau Testament ne contient pas de personnages féminins adéquats : Marie est la mère du Christ, la « Bienheureuse », l’élue choisie pour racheter la figure pécheresse d’Ève ; les femmes qui accompagnent Jésus dans les derniers moments du Calvaire et qui seront témoins de sa résurrection sont qualifiées de « saintes » ; quant à Marie-Madeleine, elle symbolise la femme repentie. Restent donc Hérodiade et sa fille, responsables de la condamnation à mort du prophète Jean-Baptiste.

 

de Salomé : la danseuse perverse, dépravée ; la femme fatale et diabolique, véritable incarnation de la lubricité et du vice2.

 

L’Homélie sur l’Évangile de Matthieu, Jean Chrysostome définit les deux crimes de Salomé : celle-ci est tout d’abord coupable par sa danse elle-même, parce qu’elle adopte une attitude impudique pour une jeune vierge qui, selon les critères des moralistes de l’époque, se doit d’être austère dans son vêtement, de rester voilée et de ne dégager aucun esprit de coquetterie ; mais surtout, en séduisant Hérode, elle obtient comme prix de sa prestation artistique un homicide. Salomé apparaît donc aux yeux de Jean Chrysostome comme une figure terriblement scandaleuse parce que l’érotisme qu’elle dégage en dansant se trouve finalement lié au sang et à la mort.

 

 

Beaudelaire, « salomé représente la femme naturel cad abomminable »

 

Les sujets à traiter:La vengeance, la faiblesse de l’Homme: La femme, le pouvoir, la luxure

 

 

 

La vengeance definition: c'est-à-dire de tirer réparationd'un mal, une injureun outrage dont on a été victime.

 

Pouvoir:À l'échelle individuelle, avoir le pouvoir signifierait avoir la possibilité de faire. Le tout dans les limites imposées par la réalité. On ne peut pas, par exemple, s'envoler avec ses bras. Le pouvoir est limité du fait que nos corps et esprit sont conditionnés: par les lois de la physique, celles extérieures à notre être  (la gravité, la pression atmosphérique, etc.) comme celles constitutives de celui-ci (la forme des bras, la matière de la peau, etc.: nous ne sommes pas des oiseaux).

 

Idée 1:Le sujet semble inviter à se questioner sur les relations, entre hommes et femmes( amoureuses, sexuel,domination,manipulation,)

 

Dans le christianisme, Jean le Baptiste est le prophète qui a annoncé la venue de Jésus de Nazareth. Il l'a baptisé sur les bords du Jourdain, laissant certains de ses disciples se joindre à lui. Précurseur du Messie, il est présenté dans les synoptiques comme partageant beaucoup de traits avec le prophète Élie, ce qu'il n'est pas dans l'Évangile selon Jean. Il est un saint. Deux fêtes lui sont consacrées dans le catholicisme : le 24 juin qui commémore sa naissance, fixée six mois avant Noël pour se conformer au récit d'enfance de l'Évangile selon Luc, et le 29 août qui célèbre la mémoire de sa décapitation ou sa décollation (cf. art. Décollation de saint Jean-Baptiste)

La religion mandéenne en fait son prophète principal. Il est considéré par l'islam comme un prophète descendant de 'Îmran.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

introduction:

 

-Accroche:  «Aussi longtemps que l’homme aime une femme, fut-ce la moindre d’entre elles il est réduit en escalvage » cette citation de Buddha implique une relation de dominance entre les deux  sexes opposé et c’est justement une des relation que je vais essayer de mettre en evidence ainsi que d’autres  à travers l’etudes du Myth de Salomé mais également à travers divers exemples encrée dans des périodes et ages différents.

 

-Résumé

 

-Dégager les idées qui sont:La faiblesse de l’Homme: La femme, le pouvoir de la luxure, le desire, la convoitise

 

Faiblesse:incapacité à resister

Désire=Etat, ou situation qui procure du plaisir. que l'on considère comme étant une source de satisfaction pour nous même.

 

Les rapports de dominants et dominé son régis par deux mécanismes la force et la séduction.

 

 

PBT2:Comment  est autorisé l’exercice du pouvoir de l’autre sur moi?

 

 

I/La domination par la séduction

A/Par le  désire cf Platon \"Ce qu'on n'a pas, ce qu'on n'est pas, ce dont on manque, voilà l'objet du désir\", disait Platon

 

-La premier facteur de domination est le résultat d’un manque ou d’une insatisfactions prenons par exemple la pensée platonicienne notamment le Myth des Androgynes qui explique que nous somme constamment entrain de chercher l’autre pour combler notre manque.

 

Par exemple Ulysse à la recherche de sa femme

 

-Le désire est donc capable de crée un intérêt immense au détriment de la raison, crée un désir chez l’autre c’est alors lui donner un objectif et également faire de lui un subordonnée de nos propre désire, c’est donc la premiere manière d’affirmer son pouvoir sur un autre individu et ceux par les sentiments

 

Les rapports de dominants et dominé son régis par deux mécanismes la force et la séduction.

 

« des premieres témoins de la résurrection du Christ. l’époque médiévale : la littérature et l’architecture sont au service d’un discours moralisateur qui continue d’exploiter la figure de Salomé pour condamner le péché de luxure. Misogyne reps Misandre Dès les premiers siècles de l’Europe chrétienne, la femme est considérée comme une menace, une dangereuse tentatrice, voire une auxiliaire de Satan. La figure d’Ève s’impose comme l’archétype de cet imaginaire du féminin. Or, le Nouveau Testament ne contient pas de personnages féminins adéquats : Marie est la mère du Christ, la « Bienheureuse », l’élue choisie pour racheter la figure pécheresse d’Ève ; les femmes qui accompagnent Jésus dans les derniers moments du Calvaire et qui seront témoins de sa résurrection sont qualifiées de « saintes » ; quant à Marie-Madeleine, elle symbolise la femme repentie. Restent donc Hérodiade et sa fille, responsables de la condamnation à mort du prophète Jean- Baptiste. de Salomé : la danseuse perverse, dépravée ; la femme fatale et diabolique, »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles