Devoir de Philosophie

LE CONCEPT DE VIVANT

Extrait du document

I. DÉFINITION DU CONCEPT DE VIE  Un être vivant est un système matériel organisé qui échange avec le milieu extérieur de la matière, de l'énergie, de l'information.  La vie ne se maintient que dans certaines conditions du milieu extérieur.  Le vivant est caractérisé par une structure qui a la capacité de reproduire (ou de faire reproduire) son organisation.  Le vivant est capable de faire ses propres synthèses.  Le vivant provient du vivant.  Tout être vivant est situé dans le temps : il est caractérisé par son âge et par sa place dans l'histoire de l'Univers.

« Le concept de vivant 4) Vivant = « provient du vivant » Tous les êtres vivants descendent d’1 ou de 2 organismes initiaux. Dans le cas de la procréation, il y a différenciati on de 2 sexes. L’individu nouveau est le résultat d e la fusion de 2 cellules sexuelles provenant de 2 indiv idus différents : un mâle et une femelle. Cette fécondation produit une cellule-œuf qui se multipli e en donnant des cellules qui, elles, se différencient pour former les organes spécialisés d’un organisme. On parle de procréation, car l’individu nouveau est différent de chacun de ses 2 parents. Ce mode de reproduction est la principale originali té du vivant et ce qui a favorisé l’évolution des vivants. Chaque être vivant issu d’une procréation sexuée es t unique et mortel. En revanche, son espèce se perpétue avec la possibi lité d’évoluer grâce à la procréation. L’autre mode de reproduction est la multiplication asexuée, reproduction à l’identique par clonage naturel (ou artificiel). Il conserve l’identité du patrimoine génétique : il ne favorise pas l’évoluti on des espèces. 5) Vivant = temps Tout être vivant est caractérisé par le temps de l’ individu, càd son développement. Le temps de la biologie a un sens : il est irrévers ible. Chaque vivant est un être en devenir : il naît ( naissance ), il grandit et son corps se transforme ( croissance), il peut se reproduire à l’état adulte ( procréation ), il vieillit (sénescence), enfin il meurt. La succession des générations, dans le temps, a per mis l’évolution des êtres vivants. La diversité des êtres vivants trouve son explication causale da ns la théorie de l’évolution. Ces dernières années, la génétique et la biologie moléculaire ont permis d’a pporter des éléments importants : similitudes aux divers niveaux d’organisation et parentés biochimiq ues conduisent à la notion d’origine commune des espèces. II. LES GRANDES LIGNES DE LA CLASSIFICATION 1) La biodiversité Il existe une grande diversité d’êtres vivants (ani maux, végétaux, champignons, bactéries…). 1,8 million d’espèces vivantes sont connues et décr its. Mais on pense qu’il en existe 10 à 100 fois plus : beaucoup d’insectes et d’arthropodes des for êts tropicales sont encore inconnus. Cette grands biodiversité est une richesse importan te pour l’équilibre de la planète. Mais sa connaissance imposer de savoir ordonner et classer ces êtres vivants. 2) Notion d’espèce Des animaux ou des végétaux sont d’une même espèce s’ils se ressemblent, s’ils peuvent se reproduire entre eux et si leurs petits sont fertil es. A l’intérieur d’une même espèce, les différences ap parentes entre individus sont minimes par rapport aux caractéristiques biologiques qui leur sont comm unes. Etre de la même espèce, au sein de la population se xuée, c’est pouvoir procréer ensemble. On dit qu’il y a reproduction sexuée de l’espèce. L’espèce se perpétue, mais, à chaque fois, ce sont des individus nouveaux, différents, qui naissent. La pr ocréation permet un enrichissement, une créativité qui est le moteur de l’évolution. 3) Les principes de la classification Les grands groupes On a longtemps considéré qu’il y avait 2 grands règ nes : le règne animal et le règne végétal. On distingue aujourd’hui les bactéries, les champignon s, les végétaux et les animaux. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles