Devoir de Philosophie

Baruch Spinoza: Sommes-nous libres ou déterminés ?

Publié le 09/03/2005

Extrait du document

spinoza
Mais venons-en aux choses créées qui, toutes, sont déterminées à exister et à agir selon une manière précise et déterminée. Pour le comprendre clairement, prenons un exemple très simple. Une pierre reçoit d'une cause extérieure qui la pousse une certaine quantité de mouvement, par laquelle elle continuera nécessairement de se mouvoir après l'arrêt de l'impulsion externe. Concevez maintenant, si vous voulez bien, que la pierre, tandis qu'elle continue de se mouvoir, sache et pense qu'elle fait tout l'effort possible pour continuer de se mouvoir. Cette pierre, assurément puisqu'elle n'est consciente que de son effort, [...] croira être libre et ne persévérer dans son mouvement que par la seule raison qu'elle le désire. Telle est cette liberté humaine que tous les hommes se vantent d'avoir et qui consiste en cela seul que les hommes sont conscients de leurs désirs et ignorants des causes qui les déterminent. C'est ainsi qu'un enfant croit désirer librement le lait et un jeune garçon irrité vouloir se venger s'il est irrité, mais fuir s'il est craintif. [...]
spinoza

« Ce dernier terme désigne l'inscription de l'homme dans un enchaînement strict et nécessaire de causes et d'effetsqui conditionnent son action sur le plan aussi bien du corps que de l'âme.Aussi, pour Spinoza, la volonté elle-même est une illusion et notre liberté véritable consiste à comprendre cettenécessité qui nous traverse, celle du « conatus ». Par cette compréhension, on ôte ainsi aux passions leur forcedestructrice, leur « tristesse », et l'on ressent alors ce contentement qui provient de la reconnaissance du fait quela liberté est la nécessité bien comprise. SPINOZA (Baruch). Né à Amsterdam en 1632, mort à La Haye en 1677. Il apprit l'hébreu, le latin, le français dans les écoles juives et latines, et travailla dans la maison de commercefamiliale. Accusé d' « effroyables hérésies », Spinoza échappa de peu à un assassinat en 1656, et fut excommuniéde la synagogue la même année. Il apprit la taille des instruments d'optique, vendit des verres télescopes pourvivre, et s'initia à la philosophie de Descartes. Il constitua un cercle d'études près de Leyde, travailla intensémentde 1663 à 1670, et acquit une réputation considérable. En 1670, il s'installa à La Haye, partageant sa vie entre laméditation philosophique et la taille des verres pour microscopes. Il fut chargé en 1673 d'une mission secrète auprèsdu prince de Condé et du maréchal de Luxembourg. Sa position devint ensuite de plus en plus difficile. Il se rendit àAmsterdam, mais renonça à s'y établir. En 1676, il reçut de nombreuses visites de Leibniz, qui niera plus tard l'avoirrencontré. Malade, il mit de l'ordre dans ses manuscrits, en brûla peut-être. Il mourut paisiblement et fut enterrédans la fosse commune. Un don anonyme permit la publication intégrale (le ses manuscrits. — Il professa un grandlibéralisme en politique et se montra rationaliste dans les questions religieuses. Malgré un certain nombre d'ouvrages,on peut dire que Spinoza fut l'homme d'un seul livre : l'Ethique. Le caractère géométrique de ce livre permet dedéfinir la pensée métaphysique de Spinoza à l'aide de ses propres définitions : « Par cause de soi, j entends ce dontl'essence enveloppe l'existence, autrement dit ce dont la nature ne peut être conçue qu'existante. — Parsubstance, j'entends ce qui est eu soi et est conçu par soi, c'est-à-dire ce dont. le concept n'a pas besoin duconcept d'une autre chose pour être formé. — Par attribut, j'entends ce que l'entendement perçoit de la substancecomme constituant son essence. — Par mode, j'entends les affections de la substance, autrement dit ce qui est enautre chose, par quoi il est aussi conçu. — Par Dieu, j'entends un être absolument infini, c'est-à-dire une substanceconsistant en une infinité d'attributs, dont chacun exprime une essence éternelle et infinie. — Est dite libre la chosequi existe d'après la seule nécessité de sa nature et est déterminée par soi seule à agir. — Par éternité, j'entendsl'existence elle-même, en tant qu'elle est conçue comme suivant nécessairement de la seule définition d'une choseéternelle. — D'une cause déterminée donnée, suit nécessairement un effet. — Par corps, j'entends un mode quiexprime, d'une façon définie et déterminée, l'essence de Dieu en tant qu'elle est considérée comme chose étendue.— Par idée, j'entends un concept de l'esprit que l'esprit forme parce qu'il est une chose pensante. — La durée est lacontinuité indéfinie d'existence. — Par réalité et perfection, j'entends la même chose. — Par sentiments, j'entendsles affections du corps par lesquelles la puissance d'agir de ce corps est augmentée ou diminuée, aidée oucontenue, et en même temps les idées de ces affections. — Par bon, j'entendrai ce que nous savons avec certitudenous être utile. — Par mauvais, au contraire, ce que nous savons avec certitude empêcher que nous ne possédionsquelque bien. — Par fin, pour laquelle nous faisons quelque chose, j'entends l'appétit. — Par vertu et puissance,j'entends la même chose, c'est-à-dire que la vertu, en tant qu'elle se rapporte à l'homme, est l'essence même del'homme, ou sa nature, en tant qu'il a le pouvoir de faire certaines choses qui peuvent être comprises par les seuleslois de sa nature ». — Telles sont les principales définitions, qui, d'axiomes en corollaires, de propositions endémonstrations et en scolies, guident Spinoza dans sa recherche. La nature naturante est le monde en tant quesubstance infinie, c'est-à-dire Dieu. La nature naturée est le monde au point de vue des modes finis de lasubstance. Il n'y a donc qu'une différence de points de vue entre Dieu et le monde. Dans le système de Spinoza,Dieu est tout. De l'infinité d'attributs infinis de la Substance infinie, deux seulement nous sont connus : l'étendue etla pensée. Les choses finies sont des modes de ces attributs ; l'âme est un mode de la pensée et le corps un modede l'étendue. Le libre-arbitre humain consiste dans l'ignorance des causes qui déterminent l'homme. En acquérant unpouvoir sur ses passions, l'homme crée sa vraie liberté et parvient à aimer Dieu. « Cet amour envers Dieu doitoccuper l'esprit au plus haut degré. » La suprême vertu de l'esprit, c'est de connaître Dieu, qui « s'aime lui-mêmed'un amour intellectuel infini ». »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles