Devoir de Philosophie

En l'absence de culture, peut-on encore parler d'humanité ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

  [Il existe bien une nature humaine. Le destin d'un nourrisson livré à son sort se distingue de celui de l'animal à peine né. Les enfants sauvages demeurent malgré tout des êtres humains à part entière. ] L'homme est génétiquement programmé pour apprendre «comme tout organisme vivant, écrit François Jacob dans La Logique du vivant, l'être humain est génétiquement programmé, mais il est programmé pour apprendre.» Voilà qui caractérise l'espèce humaine et elle seule. Même si l'homme ne reçoit aucune éducation, il n'en demeure pas moins potentiellement apte à franchir la distance séparant la nature de la culture. Un nourrisson est déjà humain Même si cela semble paradoxal, l'on peut dire que ce qui caractérise l'humanité du nourrisson, c'est sa totale incapacité à se suffire à lui-même. Le papillon sorti de sa chrysalide est déjà un être autonome. Le petit d'homme, à la naissance, est totalement démuni. En l'absence d'éducation, il est voué à un destin le situant au-dessous même de l'existence animale.

« Il est évident que l'homme dépend entièrement de la culture. Sans elle, il ne serait rien. Autrement dit, c'est unpur non-sens que de parler d'«humanité sans culture». Le problème, finalement, se situe ailleurs. Il s'agit desavoir pourquoi l'homme est, par définition, l'être de la culture. Qu'est-ce qui explique qu'il soit, parmi toutesles créatures, la seule à avoir conscience de son existence ? Il n'a pas choisi son destin. S'il ne l'a pas choisi,c'est donc qu'il est naturellement déterminé. Mais si tel est le cas, cela veut dire qu'il est déterminé à êtrelibre. Voilà un paradoxe qui n'a pas fini d'engendrer des problèmes auxquels les philosophes, jusqu'à ce jour,n'ont pas su répondre de manière satisfaisante. Leurs hypothèses, aussi séduisantes soient-elles, n'ont pas lepoids des démonstrations scientifiques. L'homme reste confronté à cette énigme: «qui» (ou «quoi») a décidéde son sort, s'il dépend nécessairement de la culture, dont il est en même temps le seul maître-d'oeuvre ? »

Le document : "En l'absence de culture, peut-on encore parler d'humanité ?" compte 613 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document En l'absence de culture, peut-on encore parler d'humanité ?

Liens utiles