Devoir de Philosophie

La société est-elle a l'origine de toutes les inégalités ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

A l'inverse, les autres disent : la société reçoit davantage du travailleur dont le rendement est supérieur ; ses services étant plus utiles, la société doit les rémunérer plus largement ; une part plus grande dans le produit du travail collectif est bel et bien son oeuvre ; la lui refuser quand il la réclame, c'est une sorte de brigandage. S'il doit seulement recevoir autant que les autres, on peut seulement exiger de lui, en toute justice, qu'il produise juste autant, et qu'il ne donne qu'une quantité moindre de son temps et de ses efforts, compte tenu de son rendement supérieur. Qui décidera entre ces appels à des principes de justice divergents ? La justice, dans le cas en question, présente deux faces entre lesquelles il est impossible d'établir l'harmonie, et les deux adversaires ont choisi les deux faces opposées ; ce qui préoccupe l'un, c'est de déterminer, en toute justice, ce que l'individu doit recevoir, ce qui préoccupe l'autre, c'est de déterminer, en toute justice, ce que la société doit donner. Chacun des deux, du point de vue où il s'est placé, est irréfutable et le choix entre ces points de vue, pour des raisons relevant de la justice, ne peut qu'être absolument arbitraire. C'est l'utilité sociale seule qui permet de décider entre l'un et l'autre". 3 Transition Les inégalités entre les hommes signifie que ce que possède chaque homme ne peut équivaloir à ce que possède un autre homme. D'où viennent de telles inégalités ? Est-ce l'entrée des hommes dans la société qui est constitutive de leurs inégalités ? II Le problème de la propriété privée 1 Les origines de l'inégalité Texte J.

Familière, la notion de société s’avère complexe dés lors qu’on veut en préciser le sens. On peut définir la société comme un groupement d’individus occupant un territoire relativement bien circonscrit,entretenant des relations d’interdépendance, ; partageant une culture commune et des institutions distinctives. Entre membres d’une même société, il se présente des inégalités qui peuvent choquer. La société est-elle à l’origine de toutes les inégalités ? Les inégalités sont-elles naturelles ? Il nous faut alors analyser les origines des inégalités parmi les hommes : l’inégalité peut-elle être naturelle ? Alors les hommes ne seraient pas égaux dés le début. En ce sens l’égalité parmi les hommes serait une utopie ?

« II Le problème de la propriété privée 1 Les origines de l'inégalité Texte J.-J. ROUSSEAU, Discours sur les origines et les fondements de l'inégalité parmi les hommes "Le premier qui, ayant enclos un terrain, s'avisa de dire: Ceci est à moi, et trouva des gens assez simples pour lecroire, fut le vrai fondateur de la société civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misères etd'horreurs n'eût point épargnés au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou comblant le fossé, eût crié à sessemblables: Gardez-vous d'écouter cet imposteur; vous êtes perdus, si vous oubliez que les fruits sont à tous, etque la terre n'est à personne. Mais il y a grande apparence, qu'alors les choses en étaient déjà venues au point dene pouvoir plus durer comme elles étaient; car cette idée de propriété, dépendant de beaucoup d'idées antérieuresqui n'ont pu naître que successivement, ne se forma pas tout d'un coup dans l'esprit humain. Il fallut faire bien desprogrès, acquérir bien de l'industrie et des lumières, les transmettre et les augmenter d'âge en âge, avant qued'arriver à ce dernier terme de l'état de nature". 2 le rôle et la force des lois Texte Jean-Jacques ROUSSEAU, Discours sur l'Economie politique. "Ce qu'il y a de plus nécessaire, et peut-être de plus difficile dans le gouvernement, c'est une intégrité sévère àrendre justice à tous, et surtout à protéger le pauvre contre la tyrannie du riche. Le plus grand mal est déjà fait,quand on a des pauvres à défendre et des riches à contenir. C'est sur la médiocrité seule que s'exerce toute laforce des lois ; elles sont également impuissantes contre les trésors du riche et contre la misère du pauvre ; lepremier les élude, le second leur échappe ; l'un brise la toile, et l'autre passe au travers. C'est donc une des plus importantes affaires du gouvernement, de prévenir l'extrême inégalité des fortunes, non enenlevant les trésors à leurs possesseurs, mais en ôtant à tous les moyens d'en accumuler, ni en bâtissant deshôpitaux pour les pauvres, mais en garantissant les citoyens de le devenir. Les hommes inégalement distribués sur leterritoire, et entassés dans un lieu tandis que les autres se dépeuplent ; les arts d'agrément et de pure industriefavorisés aux dépens des métiers utiles et pénibles ; l'agriculture sacrifiée au commerce ; le publicain rendunécessaire par la mauvaise administration des deniers de l'Etat ; enfin la vénalité poussée à tel excès, que laconsidération se compte avec les pistoles, et que les vertus mêmes se vendent à prix d'argent ; telles sont lescauses les plus sensibles de l'opulence et de la misère, de l'intérêt particulier substitué à l'intérêt public, de la hainemutuelle des citoyens, de leur indifférence pour la cause commune, de la corruption du peuple, et del'affaiblissement de tous les ressorts du gouvernement". 3 Transition Si la société est la vie en société est à l'origine des inégalités sociales, il faut alors se demander comment leshommes vivent avec de telles inégalités et si elles sont inévitables ? III Analyse des inégalités et de leur progrès 1 les inégalités dans l'histoire Texte Rousseau Second Discours "Si nous suivons le progrès de l'inégalité dans ces différentes révolutions,nous trouverons que l'établissement de la loi et du droit de propriété fut sonpremier terme; l'institution de la magistrature le second, que le troisième etdernier fut le changement du pouvoir légitime en pouvoir arbitraire; en sorteque l'état de riche et de pauvre fut autorisé par la première époque, celui depuissant et de faible par la seconde, et par la troisième celui de maître etd'esclave, qui est le dernier degré de l'inégalité, et le terme auquelaboutissent enfin tous les autres, jusqu'à ce que de nouvelles révolutionsdissolvent tout à fait le gouvernement, ou le rapprochent de l'institutionlégitime". 2 la domination des riches Texte R. DERATHE, Jean-Jacques Rousseau et la science politique de son temps , Paris, Vrin, pp. 118-119. "Pour Rousseau, la domination des riches n'est pas moins à redouter que ledespotisme des princes. Il y a chez les riches un tel appétit de dominationqu'ils finissent toujours par tourner les lois, corrompre les magistrats etréduire leurs concitoyens en servitude. L'accroissement des fortunes et les progrès de l'inégalité qui en sont la »

Le document : " La société est-elle a l'origine de toutes les inégalités ? " compte 4856 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document 	La société est-elle a l'origine de toutes les inégalités ?

Liens utiles