Devoir de Philosophie

Le lien social

Publié le 27/11/2012

Extrait du document

Khôlle de philosophie n°1 : Qu'est-ce que le lien social ? Introduction : Amorce : No man is an island, poème de John Donne Aucun homme ne peut mener une existence qui se détache complètement des autres. Notre autosuffisance a des limites et « aucun homme n'est une île «, aucun homme n'est complètement détaché des autres. Ce qui fait tout de suite du lien social une réalité inévitable. Cela nous montre que sans lien social un homme ne peut être qualifié d'homme, et donc sa condition est aliénée. Cependant, la notion même de « lien ne suscite-t-elle pas une sorte d'engrenage en quoi l'homme serait prisonnier ? Problème :  On pourra donc s'interroger sur les rapports entre lien social et liberté Sur les effets du lien social sur la nature de l'Homme lui-même. Qu'est ce que le lien social par rapport à l'individu ? Sans lien social, l'homme (son essence) est aliéné (puisqu'on montre la nécessité de ce lien social) mais dans une outre mesure Annonce du plan : Le lien social : une nécessité humaine Cependant, cela voudrait dire que le lien social s'impose à l'Homme comme une sorte d'inéluctabilité, susceptible de lui nuire En fait, ce sont plus que de simples nécessités économiques qui unissent les hommes, mais justement, on exprime de plus en plus la volonté de revenir à un lien social authentique, à tout un système de valeurs estimées perdues Le lien social est une nécessité humaine : en fait cette première partie va permettre une justification de la pose du sujet ainsi qu'une définition des termes de façon générale notamment avec Aristote qui lui, montre bien que l'homme est un animal social/ politique donc qui intègre le lien dans un processus naturel « L'homme est un animal politique « La célèbre citation d'Aristote met en valeur le fait que l'Homme est doté d'une nature politique L'Homme est par essence social L'existence sociale n'est donc pas contre nature Ce sont ces valeurs d'organisation politique qu'Ulysse souligne d'ailleurs chez les Phéaciens dans l'Odyssée. Lien social : ce qui rassemble, ce qui unit les individus au sein d'une même communauté, une sorte d'attraction entre les individus L'Homme par essence, est un être inachevé, il va donc naturellement tendre à acquérir sa finitude au sein d'une communauté (contrairement à Dieu...

« · Autrement dit, contrairement à ce que pourrait premièrement nous évoquer la formule de lien social, celle-ci, pour Aristote, ne relève pas de l’artifice, ce qui nous relie aux autres est intrinsèquement lié à notre nature même. · B) Le lien social comme loi morale à laquelle l’Homme ne peut se soustraire · Conception antique selon laquelle un homme qui vit sans oikos (c’est-à-dire sans lois) n’est pas un homme  « Celui qui vit seul est soit une bête, soit un Dieu » · Léon Bourgeois : la solidarité est le fondement du lien social, elle s’impose en nous comme une sorte d’impératif moral. · Vertu et morale sont ici indissociables · C’est ici qu’intervient tout ce qui à trait de la solidarité · Durkheim : Le lien social prend la forme d’une loi morale. Et la morale selon lui est extérieure à l’Homme.  Solidarité mécanique : faible division du travail  Solidarité organique : division du travail/ liberté éco  La morale est dans la société et non dans l’individu  Lorsque l’emprise de la morale est forte > elle pousse vers le lien social  Cette morale va donc trouver sa manifestation concrète dans le droit (positif)  Le droit est une « cristallisation des mœurs »  Ce qui fait que les changements sociaux peuvent donner suite à des modifications des lois juridiques  Exemple de la division du travail sexuel pris par Durkheim > division des sexes = source de solidarité conjugale · Notion fédératrice : >Tissu relationnel, amitié, relations professionnelles, entre-aide, solidarité, la société comme fédératrice. > La religion comme lien social, > Liens au sein d’une famille qui est une micro société, fraternité, lien = liaison, relation. C’est un concept de philosophie politique, c’est ce qui fait que les hommes construisent des choses ensembles. C) Il serait donc naïf de concevoir l’Homme indépendamment du lien social ­ La relation mère enfant est le lien social le plus élémentaire, ce qui montre bien, comme le disait Aristote, qu’il s’agit d’un fait naturel, qui « va de soi » étant donné que ces relations sont inconditionnelles. - Le « nous est présent dans tout moi > le moi est façonné par les autres ­ si on file la métaphore, tout homme est en fait une parcelle de continent ­ Puis on sait très bien que la théorie rousseauiste de l’Homme naturel est une utopie. On ne peut pas y revenir, on a aucun exemple. II) Cependant le mot lien n’évoquerait-il pas ce en quoi un homme est prisonnier ? Donc question de l’aliénation de l’homme par la société (Rousseau) + tout ce qui relève de la nécessité économique de se regrouper (cependant, dans une outre mesure, n’est pas une réalité qui va nuire à l’Homme ? A) La thèse conventionnaliste : La société est une contrainte imposée à l’Homme »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles