Devoir de Philosophie

Le passionné est-il un esclave ?

Extrait du document

esclave

La passion fut longtemps condamnée par les philosophes et les moralistes. Elle était considérée comme une maladie de l'âme. On lui attribuait volontiers l'origine de tous les maux et de tous les vices qui accablent l'humanité. A la passion, il fallait opposer la raison. Ce qui est encore vrai aujourd'hui.

 

Car la passion qui domine la raison devient mauvaise conseillère, enflamme tout aussi bien le corps que

l'esprit. Cependant, et Descartes est l'un des premiers grands philosophes à avoir corrigé certaines vues, la passion n'est plus ce qu'elle a été. Puisqu'elle est naturelle, qu'elle ne dépend pas de la volonté, il s'agit de l'accepter et d'en tirer, en conscience, le meilleur parti. Elle est le moteur de l'action. Elle pousse l'homme à accomplir son destin, à vouloir le respect, la dignité, la liberté de la personne.

« La pa ssion n'est p as un escl avage Ce n'est pas la passion qui rend esclave. C'est la manière de la considérer. La passion est un puissant moteur. Sans elle, l'homme aurait passivement accepté son sort. Elle a toujours poussé les êtres humains à conquérir et reconquérir leur liberté. C'est la volonté qui se rend elle-même esclave de la passion N ie t zsc h e le dit clai­ rement, c'est bien parc e que la volonté est faible, esclave d'elle­ même, qu e, par voie de «Les passions deviennent mauvaises et perfides lors ­ qu'elles sont considérées ave c méchanceté et perfi - die .• Friedrich Nietzsche , Aurore conséquence, ell e de­ vi ent l'es cla ve de la pa ssio n . Une volonté forte, au contraire, sait tirer de la passion les meilleurs avantages. Elle est à l'image d'un cava- lier chevronné domptant un cheval aussi fou­ gueux que sauvage. La passion anin1e le coeur de l'homme P ar pass ion , l'h om ­ m e a d é pla cé les mo nta gn es , conquis des terres inconnues, sans cesse reculé les li­ mites de son ignorance initiale. C'est encore la passion qui l'a conduit à refuser de n'être qu'une créature sans défenses naturelles , un e créatu­ re qui a, de plus , pleine­ ment conscience de sa faiblesse. La passion conduit à la liberté Q u'il s'agisse de la révolte des esclaves romains , des esclaves noirs travaillant dans les champs de coton, des ouvriers descendant dans les mines, travaillant douze heures par jour dans les usines, qu'il s'agisse de la résistance à l'occupation nazie , il y a toujours un e m êm e passion pour la lib er­ t é à l' origine de ces mouv e m e nts . C 'est elle qui donne aux hommes le courage de se rebel­ ler contre les forces qui les oppriment. La passion est le cont raire de l'esclavage. C'est elle qui donne à l'homme la force et le courage de s'op p oser à tout ce qui l'empêche de réaliser sa nature. Il est né libre, dit Rousseau, et il entend bie n le rester. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles