Devoir de Philosophie

Le réel se réduit-il à ce que l'on perçoit ?

Voir sur l'admin

Extrait du document

L'expérience du rêve peut susciter en nous un étonnement à propos de ce qui est réel : il semble bien relativiser ce que l'on perçoit comme réel. Pourtant, la définition traditionnelle du réel est contenue dans les objets que nous percevons. Mais n'est-ce pas trop réducteur puisque notre conscience peut faire advenir des représentations oniriques, réelles en elles-mêmes ? Il est difficile de fonder ce qui outrepasse la perception sensible. Mais est-ce à dire pour autant que ce que nous percevons pas n'existe pas ? La perception du réel semble alors s'enraciner dans le sujet percevant, de sa capacité et sa motivation à percevoir. N'est-ce pas lui qui construit le réel ? La perception ne devient-elle pas alors qu'une possibilité pour lui d'appréhender le réel ?

La perception est le moyen dont je dispose, en tant que sujet de la connaissance pour accéder à la réalité: c'est-à-dire à ce qui n'est pas moi. Mais cette perception m'informe-t-elle complï¿œtement ? La démarche scientifique a depuis longtemps montré que la réalité ne se réduisait pas à ce que nous pouvons en percevoir immédiatement; au contraire, la connaissance objective exige le plus souvent que l'on dépasse les données de la perception. Mais ce qui est découvert au terme de l'investigation scientifique est-il en fin de compte l'objet d'une perception ? Ou alors y a-t-il dans la réalité des domaines définitivement inaccessibles à la perception, réservés par exemple à l'intelligence ? L'étude des sciences contemporaines (en particulier la physique) pourra être d'un grand secours pour répondre à cette question.

I) Les idées véritables viennent toutes de nos sens.

a) Les idées qui ne viennent pas des sens sont toutes vaines.
b) Les idées abstraites ne sont que des mots.
c) Seule la perception permet une connaissance solide.

II) Il ne faut pas se limiter aux seules données des sens.

a) Il ne faut pas renoncer à comprendre.
b) Le microscope n'est pas le prolongement de l'oeil mais celui de l'esprit.
c) Malgré ses moyens limités, l'homme est capable d'accéder à un savoir.

.../...

« définir la perception.Percevoir, c'est toujours être dans une certaine activité de la part du sujet percevant. Percevoir suppose donc unsujet qui perçoit, c'est-à-dire qui organise selon certaines règles la diversité des données sensibles. Donc la perception est essentiellement et structurellement déformation de la réalité. Elle est la réalité vue du point de vue du sujet, c'est-à-dire toujours d'un "je" qui unifie les diverses données quiaffectent le corps. La perception ne peut donc donner que des connaissances subjectives. Est-ce à dire pour autant que cetteconnaissance ne saurait jamais atteindre aucune vérité ? C - LA PERCEPTION N'EST SUSCEPTIBLE D'AUCUNE CONNAISSANCE INTUITIVE. C'est au courant phénoménologique que l'on doit les analyses les plus convaincantes sur le fait qu'aucune évidencene saurait procéder de la perception sensible.En effet, percevoir quelque chose c'est toujours en saisir un aspect, un profil. Ainsi je perçois bien un aspect de ce tapis laineux et rouge, nous dit Sartre, mais je n'en perçois jamais qu'une face,même si ma conscience peut prolonger imaginairement l'envers du tapis ou sa prolongation sous le fauteuil. Bref, il n'y a aucune possibilité de remplir complètement la conscience perceptive. Il n'y a aucune évidence intuitivepouvant procéder de la perception sensible. Reste à se demander s'il n'y a pas une perception autre que sensible, bref une perception intellectuelle qui estsusceptible d'être vraie et donc de prétendre au titre de connaissance. III - RÉFÉRENCES UTILES. DESCARTES : Méditations Métaphysiques (Première Méditation).ALAIN : Les Passions et la Sagesse.MERLEAU-PONTY : Phénoménologie de la Perception.SARTRE : L'Être et le Néant.HUSSERL : Méditations Cartésiennes. IV - LES FAUSSES PISTES. Ne pas voir que la perception suppose toujours l'activité d'un sujet percevant. Manquer la valeur de connaissancesubjective. »

Le document : "Le réel se réduit-il à ce que l'on perçoit ?" compte 3148 mots. Pour le télécharger en entier, envoyez-nous l’un de vos travaux scolaires grâce à notre système d’échange de ressources numériques ou achetez-le pour la somme symbolique d’un euro.

Echange
Loading...

Le paiement a été reçu avec succès, nous vous avons envoyé le document par email à .

Le paiement a été refusé, veuillez réessayer. Si l'erreur persiste, il se peut que le service de paiement soit indisponible pour le moment.

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Prévisualisation du document Le réel se réduit-il  à ce que l'on perçoit ?

Liens utiles