Devoir de Philosophie

ROUSSEAU: Pourquoi la perception de l'enfant constitue-t-elle, selon Rous¬seau, une forme de «physique expérimentale relative à sa propre conservation » ?

Extrait du document

rousseau

Les premiers mouvements naturels de l'homme étant de se mesurer avec tout ce qui l'environne, et d'éprouver dans chaque objet qu'il aperçoit toutes les qualités sensibles qui peuvent se rapporter à lui, sa première étude est une sorte de physique expérimentale relative à sa propre conservation, et dont on le détourne par des études spécu¬latives avant qu'il ait reconnu sa place ici-bas. Tandis que ses organes délicats et flexibles peuvent s'ajuster aux corps sur lesquels ils doivent agir, tandis que ses sens encore purs sont exempts d'illusion, c'est le temps d'exercer les uns et les autres aux fonctions qui leur sont propres ; c'est le temps d'apprendre à connaître les rapports sensibles que les choses ont avec nous. Comme tout ce qui entre dans l'en¬tendement humain y vient par les sens, la première raison de l'homme est une raison sensitive ; c'est elle qui sert de base à la rai¬son intellectuelle : nos premiers maîtres de philosophie sont nos pieds, nos mains, nos yeux. Substituer des livres à tout cela, ce n'est pas nous apprendre à raisonner, c'est nous apprendre à nous servir de la raison d'autrui ; c'est nous apprendre à beaucoup croire, et à ne jamais rien savoir.

ROUSSEAU

1. Dégager la thèse du texte et son argumentation.

2. a. Pourquoi la perception de l'enfant constitue-t-elle, selon Rous¬seau, une forme de «physique expérimentale relative à sa propre conservation « ?

b. Expliquez la différence entre «raison sensitive « et « raison intel¬lectuelle «.

3. Les premiers mouvements naturels de l'homme étant de se mesurer avec tout ce qui l'environne, et d'éprouver dans chaque objet qu'il aperçoit toutes les qualités sensibles qui peuvent se rapporter à lui, sa première étude est une sorte de physique expérimentale relative à sa propre conservation, et dont on le détourne par des études spécu¬latives avant qu'il ait reconnu sa place ici-bas. Tandis que ses organes délicats et flexibles peuvent s'ajuster aux corps sur lesquels ils doivent agir, tandis que ses sens encore purs sont exempts d'illusion, c'est le temps d'exercer les uns et les autres aux fonctions qui leur sont propres ; c'est le temps d'apprendre à connaître les rapports sensibles que les choses ont avec nous. Comme tout ce qui entre dans l'en¬tendement humain y vient par les sens, la première raison de l'homme est une raison sensitive ; c'est elle qui sert de base à la rai¬son intellectuelle : nos premiers maîtres de philosophie sont nos pieds, nos mains, nos yeux. Substituer des livres à tout cela, ce n'est pas nous apprendre à raisonner, c'est nous apprendre à nous servir de la raison d'autrui ; c'est nous apprendre à beaucoup croire, et à ne jamais rien savoir.

ROUSSEAU

1. Dégager la thèse du texte et son argumentation.

2. a. Pourquoi la perception de l'enfant constitue-t-elle, selon Rous¬seau, une forme de «physique expérimentale relative à sa propre conservation « ?

b. Expliquez la différence entre «raison sensitive « et « raison intel¬lectuelle «.

3. La perception suffit-elle à fonder un savoir ?

Rousseau commence par poser le problème en évoquant dans le même mouvement le besoin premier de l'homme et la mauvaise réponse qu'on lui apporte : alors que les hommes doivent avant tout se donner les moyens d'une bonne adaptation à leur environnement concret, la société leur pro­pose trop tôt des sujets d'étude inadaptés.

Rousseau justifie alors la priorité qu'il entend donner à l'expérience directe en soulignant la vivacité et la « délicatesse « de la sensibilité chez l'en­fant. Les sens ont comme fonction première la connaissance de notre envi­ronnement concret, c'est à cela qu'il convient de les exercer.

 

Enfin, Rousseau passe du rapport des sens à la nature à celui des sens à l'intelligence : il confirme sa thèse en rappelant l'ordre réel du savoir dans lequel l'expérience doit précéder la théorie. Laisser les livres se glisser entre nous et la sphère expérimentale, c'est « apprendre à beaucoup croire, et à ne jamais rien savoir «.

« • 1. Dégager la thèse du texte et son argumentation. La thèse du texte porte sur une question d'éducation : quelle doit être la place respective de l'expérience personnelle et de la lecture dans l'instruc­ tion ? Rousseau, qui dans les Confessions affirme avoir, dans son enfance, lu trop et sans discernement, plaide ici pour une priorité forte de l'expérience personnelle sur l'instruction par les livres. Rousseau commence par poser le problème en évoquant dans le même mouvement le besoin premier de l'homme et la mauvaise réponse qu'on lui apporte : alors que les hommes doivent avant tout se donner les moyens d'une bonne adaptation à leur environnement concret, la société leur pro­ pose trop tôt des sujets d'étude inadaptés. Rousseau justifie alors la priorité qu'il entend donner à l'expérience directe en soulignant la vivacité et la «délicatesse» de la sensibilité chez l'en­ fant. Les sens ont comme fonction première la connaissance de notre envi­ ronnement concret, c'est à cela qu'il convient de les exercer. Enfin, Rousseau passe du rapport des sens à la nature à celui des sens à l'intelligence : il confirme sa thèse en rappelant l'ordre réel du savoir dans lequel l'expérience doit précéder la théorie. Laisser les livres se glisser entre nous et la sphère expérimentale, c'est «apprendre à beaucoup croire, et à ne jamais rien savoir». 2. a. Pourquoi la perception de l'enfant constitue-t-elle, selon Rousseau, une forme de "physique expérimentale relative à sa propre conservation » ? La physique décrit moins les choses elles-mêmes que leurs mouvements et leurs interactions. La perception de l'enfant est une ouverture sur le monde, une façon de laisser le monde agir sur lui et de tester ses capacités d'action sur le monde. Il s'agit d'une physique« expérimentale» car l'enfant rencontre des situations particulières avant d'avoir connaissance des lois générales, et qu'il découvre du monde ce qui est à sa portée, à son échelle. C'est cette approche qui est la mieux adaptée à sa conservation: pour assurer sa survie le jeune être humain doit, du moins dans la nature, apprendre vite à se reconnaître dans son environnement. Rousseau suggère ici que l'enfant n'a pas encore conscience du fait qu'il n'est plus à l'état de nature mais dans l'état social. Tout jeune, il dispose d'aptitudes sensibles qu'il perdra rapidement parce que la société les rend superflues. 74 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles