Devoir de Philosophie

Sujet : La maladie d’un être vivant est-elle comparable à la panne d’une machine ?

Extrait du document

2. Les niveaux structurel, économique, dynamique et fonctionnel des systèmes.

a. Caractéristiques de tout mécanisme :

- machine et technique {cf. fiche 26) ;

- automate et être vivant {cf. fiche 21) ;

- de plus : complexité de l’être vivant et de la machine {cf. textes sur le vivant).

b. Vitalité de l’organisme {cf. texte de Kant, « force mécanique » et « énergie formatrice ») :

- Auto-reproduction, conservation, régulation, réparation. Finalité naturelle.

- Programme génétique.

- Vous pouvez aussi rencontrer des points de vue vitalistes se référant à un « principe vital » en chaque individu, ou, chez Bergson, l’idée d’un « élan vital », manifestation de la vie qui se crée elle-même et anime la matière sans s’y réduire (c’est-à-dire qui ne s’explique pas par la matière).

3. Maladie et panne révèlent : nature, structure, organisation et fonctionnement de l’être vivant et de la machine

Maladie et panne révèlent : nature, structure, organisation et fonctionnement de l’être vivant et de la machine.

Autres termes à exploiter : usure et fatigue. Le langage courant passant de l’usure d’un organisme, à la fatigue d’un moteur. Dans les deux cas, il y a une perte de puissance, d’efficacité, de performance. Mais on peut être fatigué, sans pour autant être « usé ». En revanche, quand un moteur est « fatigué »,

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles