Devoir de Philosophie

Tout le malheur des hommes vient d'une seule chose qui est de ne pas savoir demeurer au repos dans une chambre

Extrait du document

Ainsi, on a tendance à considérer que l'homme se distinguerait du reste des créatures vivantes parce qu'il serait capable de pensée, de conscience de langage et de liberté, alors que les animaux n'en auraient pas la capacité. Cela confèrerait à l'homme une dignité particulière : seul d'entre les créatures à posséder la raison, il serait également le seul à pouvoir se représenter une fin, et à ce titre, il serait en lui-même une fin, c'est-à-dire une personne que l'on devrait respecter, et non pas une simple chose dont on pourrait disposer. Pascal : Philosophe français du XVIIè siècle et défenseur du christianisme, il fait partie de ceux que l'on appela les « moralistes français ». Pascal est l'adversaire du rationalisme, mais pas celui de la science (on lui doit de nombreuses découvertes en mathématique et en physique) ; il s'attache à montrer autant la dignité que l'impuissance de la pensée. Il a ainsi violemment critiqué la philosophie, mais il a posé les jalons d'une autre manière de philosopher, au plus près de l'existence humaine. Il considère l'homme comme un être divisé et contradictoire, dont l'amour-propre est démesuré, l'imagination débordante, et qui s'adonne au divertissement pour ne pas avoir à penser à sa condition misérable. D'après ce philosophe, la seule issue réside pour l'homme dans la religion chrétienne.         Proposition de plan :   Misère de la condition humaine. a) Il faut partir d'un constat : la condition humaine est misérable. Elle est misérable parce que l'homme semble errer entre un état bestial et un état noble sans jamais pouvoir se fixer en l'un ni en l'autre.

Avant toutes choses, notons que la phrase de l'énoncé est tirée de la pensée 136 de Pascal, intitulée « Divertissement «, et dans laquelle le philosophe écrit que « tout le malheur des hommes vient d'une seule chose, qui est de ne savoir pas demeurer en repos dans une chambre. «

 

Bonheur : Le terme « bonheur « s'écrivait auparavant « bon heur «, ce qui indique qu'il dérive du latin augurium, qui signifie « augure «, ou encore « chance «. On a donc attaché au bonheur l'idée selon laquelle celui-ci dépendrait de la fortune et qu'il nous arriverait sans qu'on s'y attende. Dès lors, la question se pose de savoir comment on peut faire son bonheur si celui-ci ne dépend pas de nous ? Cela le rend aléatoire, ce qui entre en contradiction avec le fait qu'on estime généralement que le bonheur, contrairement à la joie ou le plaisir, soit quelque chose de stable, quelque chose qui dure. Par ailleurs, en imaginant que le bonheur puisse dépendre de nous, on se retrouve cependant confronté à toute une série d'autres questions : par quel moyen parvient-on au bonheur ? Existe-t-il un moyen objectif de parvenir au bonheur, un moyen qui soit le même pour tous les hommes, ou bien le moyen de parvenir au bonheur est-il différent pour chacun ? Enfin, s'il n'y avait pas de moyen universel de parvenir au bonheur, faudrait-il en conclure que le bonheur ne serait qu'une illusion après laquelle chacun courrait sans relâche ? On peut rappeler que la morale chrétienne ne fait d'ailleurs pas du bonheur le but de l'existence et qu'elle se détourne de celui-ci pour se réorienter vers la vertu, cette dernière constituant alors le but dernier de la vie humaine.

Homme : Le trait saillant qui définit l'homme semble être le fait qu'il serait un être vivant doué de raison. Cette hypothèse résulte d'une longue tradition philosophique qui a construit le concept d'humanité en opposition à celui d'animalité. Ainsi, on a tendance à considérer que l'homme se distinguerait du reste des créatures vivantes parce qu'il serait capable de pensée, de conscience de langage et de liberté, alors que les animaux n'en auraient pas la capacité. Cela confèrerait à l'homme une dignité particulière : seul d'entre les créatures à posséder la raison, il serait également le seul à pouvoir se représenter une fin, et à ce titre, il serait en lui-même une fin, c'est-à-dire une personne que l'on devrait respecter, et non pas une simple chose dont on pourrait disposer.

Pascal : Philosophe français du XVIIè siècle et défenseur du christianisme, il fait partie de ceux que l'on appela les « moralistes français «. Pascal est l'adversaire du rationalisme, mais pas celui de la science (on lui doit de nombreuses découvertes en mathématique et en physique) ; il s'attache à montrer autant la dignité que l'impuissance de la pensée. Il a ainsi violemment critiqué la philosophie, mais il a posé les jalons d'une autre manière de philosopher, au plus près de l'existence humaine. Il considère l'homme comme un être divisé et contradictoire, dont l'amour-propre est démesuré, l'imagination débordante, et qui s'adonne au divertissement pour ne pas avoir à penser à sa condition misérable. D'après ce philosophe, la seule issue réside pour l'homme dans la religion chrétienne.

 

« l'ennui, il s'avère sur le fond tout aussi nuisible. Faire obstacle à la considération de sa misère, c'est se priverdes moyens de la dépasser. a) Pour éviter de souffrir à cette pensée ainsi que pour s'en consoler, l'homme se divertit. Il détourne son attentionde cette idée tout en maintenant cette dernière éveillée par de multiples activités. Ainsi, il faut bien convenir que sibeaucoup d'hommes s'adonnent à la chasse, ce n'est point pour se nourrir, mais uniquement pour ne pas se laisserle temps de penser. En effet, « ce lièvre ne nous garantirait pas de la vue de la mort et des misères qui nous endétournent, mais la chasse nous en garantit » (pensée 136). b) « De là vient que le jeu et la conversation des femmes, la guerre, lesgrands emplois sont si recherchés » ajoute Pascal (pensée 136). En effet, onmet tout son sérieux à des choses frivoles, pour ne pas voir le vide de sonâme : telle est la vanité des hommes, vanité par laquelle ceux-ci préfèrentdans leur vie l'accessoire à l'essentiel. Les demi-habiles « suent dans leurcabinet pour montrer au savant qu'ils ont résolu une question d'algèbre »(pensée 136), les ambitieux « s'exposent aux derniers périls pour se vanterensuite d'une place qu'ils auront prise aussi sottement » (pensée 136) Etmême au roi, qui pourtant devrait avoir tout pour être heureux, l'on s'attacheà « fournir des plaisirs et des jeux, en sorte qu'il n'y ait point de vide »(pensée 137). Toutefois, ces facéties avec lesquelles on tâche de remplir cevide immense ne font que le mettre au jour avec plus de lumière : « le cœurde l'homme est creux et plein d'ordures » (pensée 139). Aussi faut-il constaterque tout en l'homme est vanité : « La vanité est si ancrée dans le cœur del'homme (…) que ceux qui écrivent contre veulent avoir la gloire d'avoir bienécrit » (pensée 627).c) Le divertissement nous détourne ainsi de notre misère en nous retournantdans notre vanité, mais ce divertissement est une mauvaise chose car ilempêche de voir la vérité et d'y chercher une solution. Pascal constateainsi : « La seule chose qui nous console de nos misères est le divertissement.Et cependant c'est la plus grande de nos misères. » (pensée 414) Grâce au divertissement nous échappons à l'ennui, mais l'ennui est cependant une moindre misère qu'une agitation qui letrompe, car « cet ennui nous pousserait à chercher un moyen plus solide d'en sortir » (pensée 414). Il est mauvaisde sentir son néant sans le connaître, car alors on ne cherche qu'à l'esquiver, non à le combler. Le christianisme comme seule issue. 3. a) Pour se sauver, l'homme aurait besoin de se connaître tel qu'il est en vérité. Mais nous constatons que laphilosophie ne parvient pas à le lui découvrir car la raison est impuissante. La raison dispose pourtant denombreuses nécessités qu'elle peut parcourir, mais même en faisant cela, elle reste formelle et vide, comme lesmathématiques. La raison ne peut même pas se fournir ses propres principes, qui viennent du « cœur » (del'intuition), or « le cœur a ses raisons que la raison ne connaît point » (pensée 423). De la sorte, « tout notreraisonnement se réduit à céder au sentiment. (…) La raison s'offre mais elle est ployable à tous sens. Et ainsi il n'yen a point. » (Pensée 530)b) Aussi faut-il comprendre que cette connaissance de l'homme, seule la religion chrétienne peut l'apporter. Elleexpose en effet le nœud du problème : « vous n'êtes pas dans l'état de votre création » (pensée 149). L'homme esten effet déchu depuis le péché originel. La religion chrétienne en rend compte : si l'état de la création rendaitl'homme « semblable à Dieu » (pensée 131), l'état de la corruption le rend par contre « semblable aux bêtes »(pensée 131), ce qui explique sa condition contradictoire. Aussi faut-il accepter la doctrine du péché originel : « Lenœud de notre condition prend ses replis et ses tours dans cet abîme, de sorte que l'homme est plus inconcevablesans ce mystère, que ce mystère n'est inconcevable à l'homme » (pensée 131).c) Ce nœud, Dieu l'a voulu cacher « si haut ou pour mieux dire si bas » (pensée 131) que nous soyons incapablesd'y arriver par les superbes agitations de notre raison et que ce soit par sa soumission que nous puissions y toucher.Le remède se trouve ainsi dans la soumission, qui passe par une phase d'humiliation. Il faut empêcher la raison dejuger de tout. Le salut n'est pas son affaire. Il faut se désintéresser du Dieu des philosophes, et se centrer sur leDieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, qui est un Dieu caché, indéductible. Ce Dieu se rend sensible au cœur par unefoi qui n'est pas humaine. Lorsque le cœur est ainsi converti à Dieu, la raison retrouve sa force. Le bon usage de laraison consiste ainsi dans la soumission de celle-ci à ce que le sentiment révèle, à savoir Dieu. Hors de cet ordre, laraison erre. Conclusion : Dans une première partie, nous avons présenté le point de vue de Pascal sur la condition humaine : condition demisère qui pousse l'homme au désespoir lorsqu'il y songe. Dans une seconde partie, nous avons montré laconséquence logique de ce postulat, qui repose dans le fait que l'homme cherche à se divertir pour ne point penserà sa condition. Enfin, dans une troisième partie, nous avons exposé la solution pascalienne à ce problème, laquellese trouve dans la religion chrétienne. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles