Devoir de Philosophie

"Vivre dans le monde" Frédéric Lenoir

Extrait du document

Vivre dans le monde. Se connaître soi même ne nous mènerait pas a l'égoïsme ? Certaines personnes sont coupées du monde, ne se sentent pas concernées par les autres. C'est une impasse : rencontre avec les autres déterminante.But de la sagesse : l'amour, aimer le monde et les autres. Elle nous sert a ouvrir notre coeur : Spinoza : « oui sacré a la vie ! » Les autres nous permettent d'atteindre la sagesse et de dépasser notre égo. Dans la relation avec l'autre, sa différence nous oblige à dépasser notre égo, à tenir compte d'eux, faire des compromis, nous remettre en question. La voie spirituelle passe donc par la rencontre et les relations avec les autres. Nous permet de ns connaître mieux, et d'avoir un amour universel. Mais les Stoïciens (ainsi que les sages antiques) sont plutôt axés sur eux même, et ne désirent pas souffrir de l'extérieur, ce qui pourrait paraître comme de l'individualisme.Cependant, le sage est celui qui sert de justice ds les relations avec autrui, respect de l'autre. Amour plus explicite chez certains auteurs (Aristote et l'amitié avec l'ami et le divin réalisation parfaite du bonheur est dans l'amitié, lien profond puisque lien de similarité (âme soeur), mais aussi différence puisque l'ami est un autre soi même qui nous complète ...L'Homme ne peut pas vivre seul, a besoin des autres pour se dépasser et s'enrichir. Parle aussi de Amour passionnel (autre forme profonde de l'amitié)) Mais, en omettant l'amour, en ...

«  On peut préparer le terrain : purifier passions, travailler sur son égoïsme, avoir un regard plus ouvert, plus d’attention pour arriver à regarder le réel et les autres avec d’autres yeux.  Mais selon Freud, on projette sur les autres nos attentes perdues, on veut combler quelque chose. Il faudrait donc arriver à regarder l’autre, être lucide, faire un travail sur soi afin d’ouvrir plus notre cœur, et s’attacher au bonheur de l’autre  sagesse véritable : bonheur perso et bonheur de l’autre. Amour est donc la finalité des relations avec les autres.  Grecs : « philia » = amour d’amitié, très profond, entre amis et conjoints. Aimer l’autre tel qu’il est, car il nous ressemble et en même temps il est différent (Aristote). Cette vision montre donc que l’Amour passion n’est pas suffisant, il faut qu’il y ait de l’amitié dans un couple  répondre à des besoins alors que le désir et l’attirance ne le permettent pas, car lié a l’inconscience et aux illusions. Il y a donc une distinction entre le désir et l’amitié.  Il existe aussi dans certaines croyances amour de bienveillance (« Agapè »): il s’agit d’aimer l’autre pour ce qu’il est sans rien en attendre, ceci est différent de l’amitié qui est fondé sur la réciprocité. Il faudrait qu’il existe une Amitié/ amour sans réciprocité pour caractériser cela. Mystère dans le cœur humain, aimer et donner sans rien attendre en retour, peut nous rendre heureux. (ex :SDF)  Courants de sagesse orientaux insistent sur l’ amour universel, il faut donc l’accueillir et dépasser les obstacles (passions) pour qu’il puisse émerger. Spinoza : joie et amour, présent dans tt être humain, philo de la raison : nettoyer les obstacles pour que l’amour puisse rayonner, exercice intérieur et non extérieur, source de bonheur. Aussi, l’Homme créé par l’amour divin et a un projet terrestre : retrouver l’amour caché par toutes les passions négatives. (Différence entre les théistes/non théistes) Mais cet amour peut être retrouvé dans toutes les cultures.  Rumi (poète) : sa philosophie est exprimée dans les grands courants de sagesse : quand on a ouvert son cœur à l’amour universel : on aime toutes choses. Développer cette capacité est donc essentiel afin d’être en communion avec tout être. Le chemin de sagesse consiste donc à développer la capacité à aimer tout le monde. ex : Bouddhisme  compassion : plus que la bienveillance ou le respect, il s’agit de consacrer sa vie pour le bonheur d’un autre, sans aucun retour attendu.  Mais, dans le monde d’auj : haine et indifférence prédominent à travers les médias. A ceci, F.Lenoir répond qu’ il y a aussi de l’amour dans le monde, de la compassion plus ou moins développée en fonction des personnes (vient du fait d’avoir été aimé ou moins.) (ex : aide aux personnes inconnues, un soldat qui va se faire tuer… ) »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles