Devoir de Philosophie

non-violence (politique & socièté).

Extrait du document

non-violence (politique & socièté). 1 PRÉSENTATION non-violence, attitude politique à fondement philosophique dont la filiation remonte à l'enseignement dispensé par certaines figures religieuses considérées comme porteuses d'une sagesse, à l'instar de Bouddha ou du Christ. Cette attitude, qui se veut davantage un ensemble de préceptes concernant la vie quotidienne qu'un corps de doctrine, a été systématisée au XXe siècle par Gandhi dans le cadre d'objectifs politiques et sociaux (libération de l'Inde de la tutelle anglaise et abolition du système des castes) et reprise notamment par Martin Luther King et par le mouvement des droits civiques aux États-Unis. 2 HISTORIQUE Mohandas Gandhi jeune Avocat à Bombay puis à Durban, en Afrique du Sud, Gandhi, confronté au problème de la ségrégation raciale, commença à élaborer sa doctrine de l'action non-violente. Hulton Deutsch C'est au XIXe siècle que la non-violence commença à faire l'objet d'une réflexion en marge des théories de l'Église, qui s'interrogeait depuis le Moyen Âge sur la notion de guerre juste, mais que la collusion avec les pouvoirs d'État amenait fréquemment à justifier la violence, pour peu qu'elle fût exercée dans un cadre légitime. Pour cette raison, la non-violence comme courant de pensée apparaît essentiellement marquée par une origine libertaire. L'un des pères de la non-violence, le poète et es...

« (IRA) le statut de prisonniers politiques. D’une manière générale, la non-violence est aujourd’hui devenue, avec ses multiples formes d’application très médiatisées (grève de la faim, boycottage, sit-in, etc.), uneméthode couramment employée dans les luttes politiques et sociales, comme en témoignent, dans des domaines très différents, les campagnes écologiques etantinucléaires de Greenpeace ou les actions spectaculaires de l’association de lutte contre le sida Act-up. 3 PRINCIPES DE LA NON-VIOLENCE La non-violence est présentée comme la force du faible, dont le principal point d’appui est l’opinion publique ; elle vise à briser l’enchaînement de la violence en retournantle rapport de forces au détriment de celui qui est considéré comme l’agresseur. Ainsi, la non-violence a pour ambition, si l’on se réfère au discours de ses principauxpromoteurs, de déclencher une énergie spirituelle qui oblige l’adversaire à réfléchir, à revenir sur soi, à se mettre en question. « L’homme qui se trouve forcé de reconnaîtredevant lui-même qu’il a tort ne peut poursuivre la lutte », dit Gandhi. Confrontés à des actions de désobéissance collective, les pouvoirs publics se trouvent le plus souvent dans l’embarras : l’action non violente, a en effet pour but d’imposerun rapport de forces qui puisse mettre ceux qui protestent en situation de faire triompher leur cause. C’est pourquoi la non-violence, de nos jours, a tendance à quitter leterrain du symbolique pour se porter vers des formes d’action assez éloignées de l’utopie et de l’idéalisme d’un Gandhi. Ainsi, les luttes non violentes ont notammentrecours à des pressions d’ordre économique, qui prennent souvent la forme d’un boycottage massif. Cette non-violence active, agressive et réaliste, est sans doute lemodèle le plus répandu aujourd’hui. Il faut enfin souligner que la non-violence trouve son terrain d’action favori dans les régimes démocratiques, où la liberté des médias et des individus est globalementrespectée, ce qui souligne que la non-violence ne peut sans doute pas être tenue pour une méthode de lutte universelle. En effet, dans le cadre d’un régime politiqueméconnaissant les droits de l’homme, l’impossibilité de recourir à la non-violence risque toujours de faire déboucher toute forme de lutte organisée sur le terrorisme,comme le montre l’exemple de nombreux pays d’Amérique du Sud en situation d’extrême tension sociale. Microsoft ® Encarta ® 2009. © 1993-2008 Microsoft Corporation. Tous droits réservés. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles