Devoir de Philosophie

les fondements théoriques du béhaviorisme

Publié le 28/07/2022

Extrait du document

« Résumé sur le béhaviorisme Les fondements théoriques du béhaviorisme - - - - - - Le béhaviorisme ou « psychologie du comportement » a pour objet d’étude et d’intervention les comportements observables des individus. Thorndike est un précurseur du béhaviorisme. En 1898, il établit la loi de l’effet selon laquelle un comportement suivi d’une conséquence agréable aura tendance à se reproduire dans une situation similaire. En 1907, Pavlov établit les lois du conditionnement classique ou répondant (modèle S-R) avec ses expériences portant sur la salivation des chiens : un stimulus neutre, associé en contiguïté avec un stimulus inconditionnel, finit par provoquer la même réponse que celui-ci ; le stimulus neutre est devenu un stimulus conditionné, provoquant une réponse, elle-même devenue conditionnée. Watson est le fondateur du béhaviorisme. En 1913, il publie un article qui propose les fondements d’une nouvelle école en psychologie, le béhaviorisme. Skinner a établi les bases du conditionnement opérant (modèle S-R-C). La probabilité de manifester un comportement dépend des conséquences offertes à ce comportement : une conséquence qui augmente ou maintient un comportement déjà établi est un renforcement ; une conséquence qui le diminue est dite « punitive ». Les quatre classes de contingences dans le conditionnement opérant sont le renforcement positif, le renforcement négatif, la punition par addition et la punition par soustraction. Il ne faut pas confondre « renforcement négatif » et « punition ». L’apprentissage vicariant survient lorsque l’on imite le comportement d’un modèle, comportement qui a précédemment été renforcé par son environnement. La conception béhavioriste de l’apprentissage et de l’enseignement - - L’école d’inspiration béhavioriste est avant tout un lieu de transmission d’un savoir préétabli. La philosophie béhavioriste élaborée par Skinner propose une conception de la liberté et de la dignité humaines qui a été fortement critiquée. Le courant béhavioriste suggère une conception très interventionniste du rôle de l’enseignant (rôle central) et une conception mécaniste de l’apprentissage. Skinner est l’inventeur de la première machine à enseigner et le concepteur des tout premiers programmes d’enseignement programmé. Les méthodes et les stratégies d’enseignement issues du béhaviorisme peuvent être qualifiées de magistrocentrées. Les principales retombées éducatives du béhaviorisme 1 - - - - - On distingue deux catégories de renforçateurs : les renforçateurs primaires et les renforçateurs secondaires ou « conditionnés ». Par ailleurs, on trouve cinq types de renforçateurs conditionnés : les renforçateurs matériels, par privilège ou activité, symboliques, sociaux et informationnels. La valeur d’un renforcement dépend de la personne. Un renforcement social doit accompagner tout autre type de renforçateur. Un renforçateur peut perdre sa valeur renforçante s’il est trop souvent utilisé. On distingue deux catégories de programmes de renforcement : les programmes continus (chaque comportement est renforcé) et quatre types de programmes intermittents : à proportion fixe, à proportion variable, à intervalle fixe et à intervalle variable. Les principales techniques visant l’implantation d’un nouvel apprentissage sont le façonnement,... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles