Devoir de Philosophie

Esthétique de Hegel: la beauté artistique est supérieure à la beauté naturelle.

Extrait du document

hegel

Le mot "art" au sens originel désignait le savoir-faire de l'artisan tandis qu'au sens moderne "l'art" désigne la production de choses grâce à un ensemble de procédés maîtrisés: savoir-faire et habilité.  À partir de cette définition, nous pouvons dorénavant savoir sur quel sujet portera le texte Hegel. L'oeuvre " esthétique" du philosophe allemand Hegel porte comme son nom l'indique sur le beau ou plus exactement sur l'art. Ainsi, l'auteur tente de rendre à l'art la valeur qui lui est due en défendant la thèse selon laquelle l'art serait une manifestation de l'esprit humain supérieur à la nature. Et donc, le beau artistique tient sa supériorité grâce à l'esprit (pour Hegel, l'esprit est le principe premier car il peut se reconnaître en toutes choses) car l'art est le fait essentiel de l'esthétique. Selon Hitler " la seule réalisation impérissable du travail et de l'énergie humain, c'est l'art".  En quoi l'art, la production artistique, est-il supérieur à la nature ?  Quels sont les critères de l'auteur pour affirmer sa thèse ?  Pour Hegel, l'art tient une place importante dans la vie des hommes. Ainsi, nous chercherons donc à expliquer de façon ordonnée quel est le sens du texte. Cette explication sera l'objet de notre première partie.  Dès lors, nous serons en mesure de nous demander de façon précise : quels sont les critères d'Hegel pour soutenir sa thèse ? Nous y répondrons dans notre deuxième et ultime partie.    La première phrase du texte nous renseigne à la fois sur la thèse et sur la problématique du texte : il s'agit de l'art, mais sous une perspective bien déterminée qui est celle de l'art supérieur à la nature. L'art est ici désigné comme une faculté de l'esprit humain.  Le début de ce texte affirme d'emblée le fait que l'homme est un être pensant et doué de conscience, c'est-à-dire qu'il s'agit d'un être intelligent qui se sait d'une part exister au monde, et d'autre part, qui sait l'existence d'un monde autour de lui.  L'homme en tant qu'être pensant et doué de conscience (lignes 2-3) doit se représenter à lui-même pour se comprendre et ainsi pour réaliser une chose pour lui-même. L'auteur affirme que les choses de la nature existent, qu'elles sont présentes bien qu'elles restent simples et sans réserves et ne sont qu'une fois. Tandis que l'homme en tant qu'être pensant se partagent dans la mesure où lui aussi est une fois (ligne 5) mais, il ne se contente pas d'exister car il fait les choses dans son propre intérêt, ainsi, il agit parce qu'il se le doit en tant qu'être pensant et doué de conscience.  Cette conscience d'exister au monde, l'homme l'obtient en prenant conscience de ses sentiments et de ses actes ; et donc, lorsqu'il prend connaissance de ce qu'il est en se cherchant mais aussi lorsqu'il prend conscience d'un monde autour de lui. Et c'est ainsi que par l'activité pratique l'homme va chercher à comprendre et à transformer ce qui l'entoure afin de tirer un vrai plaisir pour lui-même.  Le sujet chercha alors le bien c'est-à-dire la perfection de la vie humaine cela signifie qu'il cherche donc à modifier le monde non en produisant des objets mais en exerçant sa volonté.  "Ce mode de production de lui-même dans les choses externes de l'oeuvre d'art" signifie alors que l'esprit exerce son intelligence dans le but de produire un objet, l'homme cherche donc à se retrouver lui-même et à trouver son propre reflet dans une oeuvre d'art.  Par conséquent, l'homme ne se contente pas d'exister tout simplement comme c'est le cas pour la nature.  Ainsi, l'oeuvre d'art est pour l'homme un moyen de s'extérioriser et de représenter ce qu'il est afin de se contempler lui-même, et cela lui permet, simultanément, de spiritualiser la matière inerte (par exemple en donnant forme humaine à la pierre). L'oeuvre d'art est le résultat d'une mise en oeuvre de l'intelligence d'une activité de l'esprit humain.  Hegel montre que " l'art sert depuis toujours", on peut penser que l'auteur faisait probablement référence à l'art grec. L'esprit prend conscience de lui-même notamment grâce à l'art, et donc par conséquent, l'esprit correspond à une prise de conscience de l'existence des idées, des intérêts importants qui sont mis à l'oeuvre dans le monde.  La vraie grandeur de l'esprit, c'est précisément d'être et de prendre conscience d'être.  Les cinq dernières lignes du texte présentent une contradiction entre l'intérêt de l'art et celui du désir (impulsion, élan vers un objet qui nous plaît. Le désir nous met en mouvement, il nous fait agir).  L'art, au contraire du désir, laisse à l'objet sa liberté car il a seulement affaire à l'apparence du sensible. Ainsi, l'art ne détruit par mais laisse l'être vivant à sa propre vie au contraire du désir qui lui détruit dans la mesure où le désir reste de façon permanente dans notre conscience.  L'art ne cherche pas à transformer quoi que ce soit en une idée universelle dans la mesure où selon Hegel " l'art s'intéresse à l'existence individuelle de l'objet".    "L'art aujourd'hui est celui qui nous appartient réellement ; il est notre propre reflet. Le condamner, c'est nous condamner nous-mêmes" (Kakuzo).    Ainsi, pour Hegel l'art est l'expression la plus haute, la plus vivante de la vie au contraire de la nature car l'art humain est supérieur à toutes les productions naturelles.  Hegel affirme " tout ce qui vient de l'esprit est supérieur à ce qui existe dans la nature. La plus mauvaise idée qui traverse l'esprit d'un homme est meilleure et plus élevée que la plus grande production de la nature, et cela justement parce qu'elle participe de l'esprit et que le spirituel est supérieur au naturel".  Avec cette citation, l'auteur réaffirme sa thèse. Mais pourquoi soutient-il cette thèse ?  Ainsi, avec Hegel, la beauté naturelle n'existe pas pour la nature mais pour un homme qui la contemple et dont l'esprit contemple la nature ainsi qu'il se contemple lui-même. C'est donc la contemplation de l'homme qui va donner toute son importance à la nature.  L'art nous fait ressentir et éprouver des sentiments qui sont réels lorsque l'homme en a conscience. Ainsi, c'est lorsque l'homme est conscient que cela va donner la naissance de l'art.  Éprouver une émotion esthétique signifierait trouver dans l'oeuvre une beauté qui corresponde à cette émotion chez tout autre homme doué de sensibilité et donc de sentiments.  L'art nous fait ressentir des choses car il attire notre regard sur des objets dont on aurait même pas fait attention, il est la libre création de formes infiniment renouvelées ; ainsi par le plaisir que l'oeuvre nous procure, elle nous donne envie de s'attacher à elle.  Ainsi, pour Hegel, l'esprit est le principe premier car il peut se reconnaître en toutes choses, il est partout chez lui dans la nature où il est encore étranger à lui-même dans l'art, où progressivement il retourne à soi.  De plus, l'art n'a pas pour but d'effacer les individualités en faveur des généralités car " l'art s'intéresse à l'existence individuelle de l'objet, sans chercher à la transformer en idée universelle et concept" : l'art laisse donc l'être vivant, la personne, à sa propre existence sans entraîner un quelconque changement.  D'après Hegel, l'art est en nous c'est-à-dire qu'il nous appartient, il est important puisque l'art est notre propre reflet. C'est à travers l'art que l'homme peut se chercher et ainsi se comprendre, l'homme cherche à exercer sa volonté pour trouver en quelque sorte la perfection humaine à travers l'art. C'est ainsi que selon Hegel l'art, étant une manifestation de l'esprit humain, est supérieur à la nature.

Liens utiles