Devoir de Philosophie

Les jeux Olympiques survivent à la Seconde Guerre mondiale

Publié le 26/03/2019

Extrait du document

Les jeux Olympiques survivent à la Seconde Guerre mondiale

Trois ans après la fin de la guerre, les jeux Olympiques d'hiver ont lieu à Saint-Moritz en Suisse, et les Jeux d'été à Londres. Les sportifs et les organisateurs doivent se contenter dans de nombreuses occasions de solutions d'urgence.

Les athlètes marquants

Le héros national suédois Nils Karlsson, surnommé Mora Nisse, gagne la course de fond de 50 km à Saint-Moritz, en 1948.

Après douze ans d'interrup^ tion et de pénibles années de guerre, les jeux Olympia ques ont de nouveau lieu en 1948. La plupart des nations présentent de jeunes athlètes, de nombreux sportifs de haut niveau étant tombés au front pendant la Seconde Guerre mondiale. Saint-Moritz et Londres, où se disputent les Jeux d'hiver et les Jeux d'été, ont déjà vécu des expé^ riences olympiques : en 1928, les Jeux d'hiver s'étaient déjà déroulés à Saint-Moritz, alors que Londres accueillait les quatrièmes Jeux en 1908. Les deux villes possèdent encore des installations sportives en grande partie intactes qu'il n'y a qu'à moderniser.

 

Impossible toutefois de célébrer les Jeux en grandes pompes : les sportifs doivent assurer leur ravr taillement et sont logés dans des casernes et des écoles aménagées et non dans les villages olympiques comme ils le seront au cours des Olympiades suivantes.

 

Si les Jeux de Saint-Moritz souffrent encore d'un manque de visiteurs dû à la rareté des devises, on compte en revanche plus de 80 000 spectateurs lors de l'inauguration au stade de Wembley à Londres. L'Allemagne et le Japon sont exclus des deux manifestations. Accusés d'être les agresseurs de la Seconde Guerre mondiale, ils sont déchus de leur droit de participer jusqu'en 1952.

 

Les Jeux d'hiver sont assombris par un scandale en hockey sur glace : les États-Unis arrivent avec deux équipes, celle de l'Amateur Hockey Association (AHA) et l'équipe de l'Amateur Athletic Union (AAU). Cependant, seule l'AAU avait été nommée par le Comité national olympique (CNO). Le vice-président du Comité international olympique (CIO), Avery Brundage, également chef du CNO des États-Unis, s'efforce en vain d'empêcher la participation

de l'équipe AHA. Comme l'équipe AHA doit jouer directement après les cérémonies d'ouverture contre la Suisse, Brundage essaie même de fermer la piste de glace à l'aide de la police. 

1948

« Le héros national suédois Nils Karlsson, surnommé Mora Nisse, gagne la course de fond de 50 km à Sai nt-Moritz, en 1948. Les jeux Olympiques survivent à la Seconde Guerre mondiale Tro is ans après la fin de la guer re, les jeux Olympiques d'hiver ont lieu à Sai nt-Moritz en Suis se, et les Jeux d'é té à Londres. Les sportifs et les organi sateurs doivent se contenter dans de nombreuses occasions de solutions d'urgence. A près douze ans d'interrup· tion et de pénibles années de guer re, les jeux Olympi· ques ont de nouveau lieu en 1948. La plupart des nations présentent de jeu nes athlè tes, de nom breux sportifs de haut niveau étant tombés au front pendant la Seconde Guerre mondiale. Saint-Moritz et Londr es, où se disputent les Jeux d'hiver et les Jeux d'été, ont déjà vécu des expé· rienc es olympiq ues : en 1928, les Jeux d'hiver s'étaient déjà déroulés à Sai nt-Mo ritz, alors que Lond res accu eillait les qua trièmes Jeux en 19 08. Les deux villes possèdent encore des installations sportives en gr ande partie intactes qu'il n'y a qu'à moderniser. Imp ossible toutefois de célébrer les Jeux en grandes pompes : les sportifs doivent assurer leur ravi· ta illem ent et sont logés dans des casernes et des écoles aménagées et non dans les villages olympiq ues comme ils le seront au cour s des Olympiades suivantes. Si les Jeux de Saint-Mo ritz souffrent encore d'un manque de visiteurs dû à la rareté des devises, on com pte en reva nche plus de 80 000 spectateurs lors de l'inau­ gur ation au stade de We mbley à Londres. L'Allemagne et le Japon sont exclus des deux man ifestations. Accusés d'être les agresseurs de la Seconde Guer re mond iale, ils sont déchus de leur droit de participer jusqu'en 1952. Les Jeux d'hiver sont assombris par un scandale en hockey sur glace : les États- Unis arrivent avec deux équi pes, celle de l'Amateur Hockey Asso ciation (AHA) et l'équip e de l' Amateur Athletic Union (AAU). Cependan t, seu le l' AAU avait été nom mée par le Comité national olympique (CNO). Le vice-prés ident du Comité international olympique (CIO), Avery Brundage, également chef du CNO des États- Unis, s'efforce en vain d'emp êcher la participation de l'équip e AHA. Comme l'équipe AHA doit jouer directement après les cér émonie s d'ouverture contre la Suis se, Brun dage essaie même de fermer la piste de glace à l'aide de la police. Il n'y parvient cependant pas, et le ma tch a lieu. Alors qu 'en ho ckey sur glace, les Canadiens mènent clairement le jeu, les Scandi· naves dominent comme prévu dans les disciplin es nordiques et en pati· nage de vitesse. À Saint-Mor itz, le Suédois Martin Lundstrôm remporte les médailles d'or en course de fond sur 18 km, et au relais 4 x 10 km avec l'équipe de son pays. Quatre ans plus tar d, lors des jeux Olympiq ues d'Oslo , Lundstrôm figure de nou· veau dans la liste des médail lés en obtenant le bronze au relais. Le roi d'Angleterre George VI (debout) inaugure les Jeux d'été à Londres, en 1948. Bi en que l'on se rappelle que la flamme olympique a été portée pour la première fois lors des jeux Olympiq ues d'été à Berl in en 1936, on reprend le flambeau à Londres pour la cérémonie d'ouverture. Pour la première fois, les femmes ont le droit de participer aux disci· pli nes d'athlétisme du 200 m, du la ncer de poids et du saut en longueur . Les États-Unis sont les grands vainqueurs de ces Jeux avec 38 mé dailles d'or, devant la Suède (16 ) et la France (1 0). Les nageur s américains se révèlent quasiment im batta bles et gagnent 15 médailles parmi les 33 décernées. Les athlètes marquants Hiver 1948 Henri Oreiller Ce participant couronné de succès aux Jeux d'hiver de· vient champion de la première course de descente olympi· que, remporte l'or au combiné et le bronze au slalom. Ce Français prend le dépar t quatre ans plus tard à Oslo, finit onzième en descente et seizième au slalom géant. Hiver 1948 Gretchen Frazer Contre toute attente, cette outsider américaine finit première au slalom et deuxiè· me au combiné. Pour la pre­ mière fois, la descente et le slalom sont effect ués comme discipl ines indi viduel les et sont donc désormais à égalité avec les courses nordiques. Été 1948 Paavo Aaltonen Ce gymnas te fait partie de l'équipe finlandais e victo· rieuse et bat de surcroît ses concurrents en saut à cheval. En plus d'une médaille d'or au cheval d'arçons, il rem· porte la médaille de bronze au concours individuel. Été 1948 Veikko Huhtanen Avec trois médailles d'or, une médaille d'argent (aux barres) et une de bronze (aux an­ neaux). ce Fin landais est le gymnaste qui a obtenu le plus de succès à Londres : il rem· porte la victoire olympique au concours en individuel et en équipe. Il doit partager son titre au cheval d'arçons avec ses coéquipiers Paavo Aalto· nen et Heikki Savolainen. Lors des championn ats du monde et d'Europe, Huhtanen ne renoue cependant pas avec ses anciens succès. Été 1948 Fanny Blankers-Koen Cette Néerlandaise est la seule athlète de l'histoire des jeux Olympiques à avoir décroché quatre médailles d'or en une seule participation. Plusieurs fois championne d'Eu rope, elle remporte la victoire aux 10 0 m, 200 m et 80 m haie s, 19 48 Henri Oreiller Gretchen Frazer ainsi qu'au relais 4 x 100 m. De Fanny Slankers-Koen 19 42 à 19 50, cette athlète complète établit six records du monde. À l'âge de 30 ans, cette héroïne nationale est nommée chevalier par la reine Jul iana après ses triomphes olympiques. 177 »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles