Devoir de Philosophie

Comment le stress peut impacter nos performances sportives ?

Publié le 20/06/2022

Extrait du document

« Grand Oral SVT : Comment le stress peut impacter nos performances sportives ? Introduction : > Le stress est un facteur très répandu dans notre société et par conséquent, dans notre vie. Ce phénomène impacte sur bien des domaines, à savoir la performance physique dans notre situation. Effectivement, le stress fait partie intégrante de la pratique sportive. C’est sur ce point que mon oral va se concentrer afin de mettre en avant les réels effets du stress chez le sportif, amateur ou de haut niveau. > Le stress peut être défini comme une réaction physiologique, psychologique et comportementale de l’individu pour faire face et s’adapter à toute situation complexe présente dans notre environnement. Au départ, il y a un stimulus ou facteur de stress potentiel qui provoque une réaction en chaîne et aboutit aux réponses, c’est-à-dire au stress que l’individu va adopter. Ces réponses dépendent toujours de la perception qu'a l'individu des pressions qu'il ressent. Entre les deux, intervient ce qui se passe dans la tête du sportif : le tempérament, sa perception personnelle de la situation, sa connaissance, son expérience, ses pensées, le mental. Chez les sportifs, le stress est souvent relié à la nécessité/volonté d’atteindre des objectifs de compétition. > Le sujet proposé renvoie donc à comprendre qu’elle est l’influence du stress sur la performance sportive ? > Afin de résoudre cette problématique, nous allons voir que le stress peut impacter la performance physique de 2 manières distinctes. Nous verrons d’abord que le stress peut avoir des effets bénéfiques grâce à un ensemble de réponses adaptatives, nous verrons ensuite que le stress peut aussi occasionner certains inconvénients majeurs si celui-ci s'installe durablement. I / Le stress aigu : un ensemble de réponses adaptatives Dans un premier temps, le stress est une réponse stéréotypée de l’organisme qui comporte toujours trois phases. En étudiant ces différentes phases, nous allons voir que le moment de son apparition joue un rôle clé dans la performance. Tout d’abord, il y a la phase d'alarme où notre organisme mobilise toutes ses ressources pour affronter la situation notamment grâce à la libération d'adrénaline et de noradrénaline. Ces hormones ont une action très large : - elles agissent sur le cœur et les poumons pour augmenter les fréquences cardiaques et respiratoires, - elles entraînent une réorientation du flux sanguin vers les muscles au détriment notamment du système digestif (d'où un ralentissement de la digestion voire des maux de ventre), - elles permettent de mobiliser les stocks d'énergie en favorisant le passage dans la circulation sanguine du glucose dont les muscles peuvent avoir besoin. Ensuite, il y a la phase de résistance où si le stress persiste, de nouvelles hormones sont sécrétées : les glucocorticoïdes (le cortisol). Elles prennent alors le relais pour maintenir la production de glucose à un niveau élevé afin de répondre aux besoins à moyen terme de l'organisme. Elles agissent pour cela principalement sur les réserves du foie et sur les réserves en lipides (graisses). »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles