Devoir de Philosophie

LES ARTS DANS LA SOCIETE

Extrait du document

societe

du Moyen Âge et des masques traditionnels africains ne sont pas parvenus jusqu’à nous. Mais il semble que ce soit davantage faute de transcriptions écrites ou de signatures sur les monuments eux-mêmes. Les artistes qui possédaient un talent particulier dans ces domaines étaient certainement reconnus et très demandés. Il est vrai que, dans ces cas, ou bien le talent personnel était subordonné à la religion, ou bien les objets créés répondaient à un modèle traditionnel ; le culte de l’artiste en tant qu’individu et visionnaire n’existait pas encore.

 

Politique et religion

 

Pour finir, évoquons une dernière fonction sociale de l’art : celle d’enseigner, de susciter, d’inspirer. De nos jours, elle s’est surtout manifestée à des fins politiques : susciter l’adhésion du public à une idéologie. Mais à l’origine, ce type de finalité était essentiellement lié à la religion. Dans un cadre religieux, l’art peut en effet être employé simplement dans des buts décoratifs, pour le prestige ou pour glorifier la puissance divine. Mais il a aussi souvent pour but d’inspirer l’émotion ou la crainte chez les croyants. Il peut y parvenir simplement par la représentation des dieux et des saints, en dépeignant des scènes de leur vie ou en répétant les paraboles et les légendes inspiratrices de la foi, ou encore, dans le cas de la musique, en se mêlant aux rituels religieux.

 

Dans les époques médiévale et moderne, les exemples d’arts religieux nous sont familiers, de même que pour les cultures orientales, dans les temples hindouistes et bouddhistes. Il peut être intéressant d’étudier ce lien dans le cadre d’une culture primitive. Ainsi, l’art pariétal des Aborigènes d’Australie est vieux de plusieurs milliers d’années et comporte des représentations des hommes, des esprits et des animaux du « temps des rêves » - la « Création » pour ce peuple, où interviennent des ancêtres humains, animaux et végétaux. Leurs peintures, faites à l’ocre et à l’argile blanche, couvrent des falaises et des rochers sacrés sur les territoires tribaux.

 

La vie sociale et religieuse des Aborigènes est également marquée par des rituels de musique et de danse : les corroborées. Ils interviennent lors de rencontres entre groupes. Les hommes dansent, le corps peint ; les femmes restent en arrière, bougeant elles aussi en rythme. La musique est

Une peinture pariétale aborigène dans le parc national de Kakadu, en Australie. Ces peintures sont le produit d’une tradition remontant à des milliers d’années, et qui joue un grand rôle dans la culture de ce peuple.

▼ Le plafond de l’église Saint-Marc, à Venise. Ici, l’art de la fresque n'a pas pour seul but de décorer mais aussi, en dépeignant des événements bibliques, d’inspirer la foi chrétienne et l’émotion.

« Les arts dans la société gistré des chants traditionnels, retranscrit des contes qui, témoignages inestimables en eux­ mêmes, attestent aussi de ce que pouvait être la vie quotidienne et spirituelle de ces civilisations. Les arts dans les civilisations antiques Deux événements fondamentaux marquent le démarrage des civilisations humaines. Le premier consiste dans l'apparition du travail des métaux, qui permit la production d'outils solides suscep­ tibles de forger des armures, des armes blanches et que le goût des artisans et des fabricants enjo­ liva de ciselures et de motifs. L'apparat déployé dans les cours des monarques et lors des cultes religieux développèrent le travail des métaux pré­ cieux pour réaliser des bijoux. Le second événe­ ment marquant fut le démarrage des civilisations humaines. Celles-ci donnèrent lieu à de grands travaux et à l'édification de monuments publics et religieux. Certains d'entre eux n'ont toutefois pas été érigés par des peuples vivant en cités ; c'est le cas des cercles et des tombes mégali­ thiques d'Europe de l'Ouest, par exemple. Le développement des cités entraîna, au sein des populations, l'apparition de groupes sociaux: dirigeants politiques et religieux, marchands, ora­ teurs, prêtres, etc. Tous avaient besoin de consi­ gner les événements et les premières formes d'écriture virent le jour, conduisant aux pre­ mières formes de littérature. Les premiers écrits qui soient parvenus jusqu'à nous ont essentielle­ ment pour thème la création du monde, l'affron­ tement des dieux et des hommes comme l'épo­ pée mésopotamienne de Gilgamesh ou 1'/1/iade et l'Odyssée d'Homère. Ces premiers ouvrages s'accompagnaient d'illustrations allégoriques. Parallèlement, la construction de monuments, temples et palais offraient de multiples opportu­ nités d'expression à la peinture, à la sculpture, à la mosaïque, etc. La vie en société a favorisé le déve­ loppement de la musique, dont les premières La publicité faite aux événements de � la vie privée de Marilyn Monroe mais aussi son talent réel d'actrice dans le registre de la fantaisie et de l'émotion lui assurèrent une grande popularité. Elle fut la vedette des Misfits et des Hommes préfèrent les blondes. manifestations avaient lieu dans le cadre de céré­ monies religieuses. Le développement de l'écri­ ture et la musique permirent l'émergence de l'art dramatique et les premières représentations eurent lieu dans des amphithéâtres. De nos jours, la technologie a donné nais­ sance à de nouvelles formes d'arts et offert de nouveaux moyens aux arts graphiques. Dans le même temps, il existe des peuples dont la vie quotidienne et les cérémonies -chants, danses, ornements rituels-sont restées très primitives. L'attrait de l'art L'attrait que l'art exerce sur nous se manifeste de bien des façons. Il peut susciter notre intérêt pour une histoire en aiguillonnant notre désir d'en connaître la suite, induire une réponse émotion· nelle, amuser ou effrayer , rendre heureux ou triste, exciter ou mettre en colère. Il peut nous éblouir par ses couleurs, nous impressi onner, nous plonger en nous-même, éveiller des souve­ nirs et faire naître des sensations. Il satisfait, par le ..... La naissance de Vénus, de Botticelli, peint vers 1485. Les mythologies furent les premières formes d'art narratif et fournirent une source d'inspiration aux artistes des époques suivantes. ' Couverture de 1623 d'une édition posthume des pièces de théâtre de William Shakespeare (1564-1616), le plus célèbre dramaturge anglais. Soucieux de ne pas être imité, il ne publia de son vivant que deux recueils de poèmes. Jvla. WI!.LIAM SHAKESPEARES COMEDIES, HIS rORIES, & T RA G E DI E S. Publifht'�l accord mg tn the T flll' Ü1 is,inall Copit.s. L 0 .'il( V 0 :J.( Prinr.: Jhy lù.:1c b_sglrJ,and bi. Blounr. 1623- talent et la maîtrise dont il est porteur, notre goût pour le beau. Il nous offre aussi parfois la matière à une réflexion qui peut nous porter vers l'action. L'ensemble des effets qu'il induit sur l'homme se résume à quatre attraits différents. Tout d'abord l'art " distrait », - du latin dis tra ­ here "tirer de différents côtés" dans le sens large du terme. En deuxième lieu, il captive par sa capacité à transcrire les réalités du monde phy­ sique, de la pensée ou de l'action humaines. En troisième lieu, il satisfait nos besoins d'esthétique par la beauté ou la justesse de tons qu'il véhicule. Enfin, il est porteur de valeurs morales et spiri­ tuelles, signes d'une époque et parfois universels. Ses manifestations les plus achevées tendent à jouer à la fois sur ces quatre modes d'attraction, mais ceux-ci peuvent aussi bien se retrouver dans des manifestations moins réussies, car ils s'expri­ ment simplement avec moins de force. Souvent, l'un de ces attraits est plus sollicité que les autres en fonction du domaine artistique dans lequel il se déploie. Toutefois, quel que soit son terrain d'expression, les ressorts et les modes d'attraction de l'art sur le spectateur ne sont analysables qu'en fonction de la valeur que la société lui confère. Pour cela, il faut se tourner vers les buts, les finalités pour lesquelles l'art est créé. Les final ités de l'art L'un des premiers buts de l'art est tout simple­ ment d'attirer et de retenir l'attention d'un public, qu'il s'agisse d'individus isolés lisant un livre ou regardant une peinture, ou de groupes assistant à une projection cinématographique, à une repré- »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles