Devoir de Philosophie

Narcisse Caravage

Publié le 28/07/2022

Extrait du document

« Nous allons analyser le Narcisse de Caravage et voir en quoi il apparaît comme un « tableau de regardeur » questionnant ainsi le rôle de l’artiste. Caravage est un peintre italien (1571 Milan – 1610 Porto Ercole) dont l’œuvre révolutionne la peinture du XVIIème siècle de par son réalisme parfois brutal, la technique du clair-obscur, du ténébrisme, des contrastes très violents, de l’ombre et de la lumière. En effet, il y a la volonté de représenter des passions et soulever des affects, tout en étant naturel et compréhensible. Cela semble s’amplifier dans ses dernières années et notamment en 1606 où il blesse mortellement un adversaire au cours d’un duel. Il devient alors obsédé par sa propre mort. Malgré son succès au début des années 1600 alimenté par de très nombreux protecteurs cultivés, Caravage doit quitter Rome et passe de reste de sa vie en exil. Selon John Ruskin, sa peinture correspond à l’horreur, la laideur et tout ce qu’il y a de plus répugnant dans le pêché. Ainsi, si la destruction fut la Béatrice de Mallarmé, elle semble l’être également dans la construction du mythe de Caravage. C’est en cela que pour Baglione ou Poussin, Caravage a détruit l’art de la peinture de l’époque, en refusant l’art comme illustration et en construisant ainsi la mention de l’art moderne par la réinvention des capacités dramaturgiques de la peinture. Plutôt que dernier peintre de la Renaissance, on pourrait considérer Caravage comme le premier des peintres modernes tel que le voit Roberto Longhi. Intéressons-nous désormais plus spécifiquement au Narcisse, attribué au Caravage pour la première fois en 1913 par Roberto Longhi. Il s’agit d’une huile sur toile, probablement datée de 1598. Elle mesure 113,3 × 94 cm et est conservée à la galerie nationale d’Art ancien de Rome, au palais Barberini. Elle aurait été réalisée pour son protecteur le cardinal Del Monte, qui l’aurait donné à la fin de sa vie à l’un de ses cousins. La maîtrise du clair-obscur est particulièrement significative sur ce tableau puisque l’on y voit un jeune garçon dont les nuances de lumière contrastent avec l’environnement à dominante sombre. Il est en costume moderne de l’époque, agenouillé au bord d’une étendue d’eau et s’appuie sur ses mains. Sous le pont de ses bras passe un genou avancé sur la rive. Le pont de ses bras se reflète dans l’eau comme un miroir gelé. Un cercle se dessine ainsi avec le genou comme pivot. La posture du jeune homme témoigne d’une surprise, voire d’une admiration face à son propre reflet. Il a la bouche entrouverte et semble entièrement fasciné par l’image qu’il découvre telle une illusion. Contrairement au Narcisse de Poussin dont on ignore s’il est dans le sommeil ou la mort, celui de Caravage est entièrement pris dans le récit et témoigne d’une forte vivacité de par son expression, sa posture, et semble pris au vif dans l’instant capital du mythe. En effet, on observe au sommet du cercle l’oreille tendue, faisant peut-être allusion à Echo, la nymphe qui criait son amour à Narcisse dans la mythologie grecque : en rejetant son amour, Narcisse se fait punir par les... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles