Devoir de Philosophie

Vie et oeuvre de Francisco Goya

Publié le 22/02/2012

Extrait du document

goya
Francisco Goya vient au monde le 30 mars 1746 à Fuendetodos, un petit village de l'Aragon situé à une cinquantaine de kilomètres de Saragosse. C'est le troisième d'une famille de cinq enfants. Son père, José Goya, est maître doreur. Quelques années plus tard, la famille Goya quitte Fuendetodos pour la grande ville de Saragosse, où le père possède un modeste atelier de doreur. Pendant quatre ans, Francisco Goya est l'élève des Pères des écoles pieuses. C'est là qu'il rencontre Martin Zapater, qui restera l'ami et le confident de toute sa vie. Leur abondante correspondance est une formidable mine d'informations sur la vie du peintre. Vers 13 ans, Francisco étudie la peinture à l'académie de Saragosse sous la direction du peintre José Luzan. Il apprend à préparer les toiles et les couleurs, et à composer un thème en combinant des figures copiées sur des gravures et des dessins d'après nature. L'élève est ambitieux : quatre ans plus tard, en 1763, il participe à un concours pour obtenir une bourse d'étude à l'Académie royale de Madrid, mais n'obtient pas une seule voix. Une deuxième tentative, en 1766, se solde par un nouvel échec, encore plus cuisant que le premier. Sa peinture est-elle en cause, ou bien doit-il son insuccès à ses origines modestes ?
goya

« peintre est désormais assurée. Peintre de la Chambre La nomination de Goya comme peintre du roi l'oblige à reprendre son activité de peintre de cartons pour lamanufacture de Santa Barbara. La salle à manger du palais royal a encore besoin de tapisseries. Devenu unportraitiste recherché, l'Aragonais juge la tâche fastidieuse et subalterne. Il renâcle. On menace de supprimer sontraitement. Il s'entête pour finalement se soumettre, à contrecœur. Le résultat, magnifique, ne s'en ressent pas. LeMaçon blessé et Le Pantin sont parmi ses toiles les plus célèbres.En décembre 1788, le roi Charles III meurt. Le prince des Asturies, Charles IV, monte sur le trône. Son épouse, lareine Marie-Louise, règne en maîtresse absolue et place ses favoris, dont Manuel Godoy, son amant. Goya, qui a luiaussi sa faveur, est nommé peintre de la Chambre le 30 avril 1789.En France, c'est la Révolution. Le peuple d'Espagne n'est pas troublé, mais la Cour s'inquiète. Les meilleurs amis etprotecteurs du peintre, suspects de libéralisme, en sont écartés. Dans l'incertitude de l'avenir, le roi suspend sescommandes de tapisseries, au grand soulagement de Goya.A la fin de l'année 1792, le peintre quitte Madrid pour l'Andalousie, sans en avertir l'administration royale. SebastianMartinez, riche marchand et collectionneur d'art de Cadix, lui a commandé son portrait. Arrivé à destination, Goyatombe gravement malade. Après une longue convalescence, l'artiste reste sourd, d'une épuisante surditéaccompagnée de terribles bourdonnements... La liberté Goya est physiquement diminué, mais puise dans sa souffrance physique un renouveau de créativité. Son œuvreévolue vers un imaginaire nourri des fantasmes de sa solitude. Pour la première fois, il peint pour lui seul, sans sesoucier de l'opinion d'autrui. Bientôt, il passe à la caricature satirique. Ses 80 Caprices, gravures à l'eau-fortepubliées en 1799, sont autant de dénonciations des maux qui rongent la société espagnole : la sorcellerie,l'intolérance, la corruption. Curieusement, ce brûlot d'une violence politique sans précédent n'attire à son auteuraucune persécution.Pour gagner sa vie, Goya continue d'exécuter un grand nombre d'œuvres de commande : peintures religieuses,portraits de Cour, portraits d'amis ou de protecteurs. Mais, même dans ce domaine, le maître, qui sera nommépremier peintre de la Chambre du roi en 1799, est désormais libre d'imposer son style. En 1795, il reçoit commanded'un portrait de la Duchesse d'Albe. Mariée depuis vingt ans au duc d'Albe, cette jeune femme de 33 ans à la beautétroublante et à la conduite scandaleuse est l'une des dames les plus en vue de la Cour. Goya tombe follementamoureux... La passion fut-elle partagée ? En 1796, le duc meurt inopinément. La jeune veuve se retire sur sesterres d'Andalousie, où Goya vient la rejoindre le temps d'un été. Jusqu'à la mort de la duchesse, en 1802, le peintrerestera fasciné par cette femme autoritaire et sensuelle dont il peindra toute une série de portraits. Dans la tourmente En mars 1808, la monarchie espagnole, affaiblie par la corruption et le jeu des intrigues internationales, s'effondre.Napoléon chasse les Bourbons du trône et remplace Charles IV par son propre frère Joseph. Le 2 mai, Madrid et à sasuite tout le pays se soulèvent contre l'envahisseur français. Six années de guerre, de famine et de misères'ensuivront.Comment Goya, qui a 62 ans au début de la tourmente, va-t-il réagir ? L'homme libéral, convaincu de la nécessitéde réformes politiques, penche du côté de la France, foyer de liberté. Mais la violence de la répression des arméesnapoléoniennes le pousse à prendre position contre l'envahisseur. Entre ces deux tendances contradictoires, Goyahésite, mais il reste prudent. Il n'a pas l'intention de mettre en péril une position chèrement acquise par trenteannées de labeur. Alors il parvient à concilier les deux camps. Il ne refuse aucun portrait officiel, et peint tout aussibien les généraux français que les héros de la libération espagnole, comme le duc de Wellington. C'est aussi à cetteépoque qu'il grave le terrible réquisitoire des Désastres de la guerre. L'exil et la mort En 1812, Josefa Bayeu, l'épouse de Goya, s'éteint à l'âge de 65 ans. Le peintre reste seul dans sa maison de la calleValverde à Madrid. Son unique fils Xavier est marié et a quitté la maison familiale depuis plusieurs années.La même année, Ferdinand VII d'Espagne rentre à Madrid. Un immense espoir de paix et de justice s'empare du pays.Malheureusement, le nouveau roi refuse de jurer la Constitution nouvelle et fait régner la répression. Cette fois,Goya échappe de peu à l'épuration. Il garde son poste de premier peintre de la Chambre, mais ne reçoit plus aucunecommande royale. Bientôt, le Grand Inquisiteur va s'en prendre à l'auteur de la Maja nue. En mai 1815, le peintre estsommé de comparaître devant le Tribunal pour "obscénité". Refusant de se taire, Goya prend ses pinceaux aveccourage pour dénoncer le retour des "monstres de l'oppression".En 1819, lassé de la vie urbaine, le peintre achète une propriété non loin de Madrid : la "maison du sourd". Il endécore les murs de sombres fresques tragiques, les "Peintures noires".En 1824, se sentant fatigué et menacé, Goya, comme plusieurs de ses amis avant lui, prend le chemin de l'exil. Ils'installe à Bordeaux, devenu le point de ralliement des exilés espagnols, avec sa maîtresse Leocadia Zorilla deWeiss. En mai 1825, à peine rétabli d'une nouvelle maladie, le peintre part pour Madrid demander officiellement samise à la retraite définitive pour raison de santé, afin de ne pas encourir de poursuites policières des autoritésespagnoles. Il lui faudra recourir à tous ses appuis pour y parvenir. De retour à Bordeaux, Goya peint ses ultimeschefs-d'œuvre. Le portrait de son cher petit-fils Mariano ou la tendre Laitière de Bordeaux.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles