Devoir de Philosophie

S'informer: un regard critique sur les sources et modes de communication

Extrait du document

Chapitre 10 : Les grandes révolutions techniques de l'information

            I. Du manuscrit au livre imprimé

                        1.S’informer au Moyen Age

            Sous l’Antiquité, différent support pour diffuser les infos (transmissions d’un savoir ou d’une info, événement) : Création de volumen (retranscription de texte religieux, parchemin) ou papyrus pour l’Égypte.

Apparition du Codex à la fin de l’Antiquité : plusieurs page de parchemin assemblées, lecture plus facile, création du livre, principale source de diffusion du savoir.

Le livre prend une très grande importance au Moyen-Âge, devient la première source de savoir grâce aux moines copistes qui recopiaient des œuvres dans le scriptorium.

Ora et labor : principale devise et fonctions des moines

La majorité des textes sont des textes religieux malgré des œuvres profanes, récupération des textes antiques.

XIIème XIIIème siècle, naissance d’une bourgeoisie urbaine cultivée, ayant soif de savoir religieux (fables, chevalier de la table ronde, roman ). Réapparition du métier de libraire ainsi que des bibliothèque royales : St Louis, Charles X, privées (aristocraties, bourgeoisies)

Le livre préserve et diffuse le savoir

Comment l’information circule en dehors des livres (public restreint à cause du coût du livre puis la lecture) ?

Information : du latin informatio durant l’Antiquité signifie donner une forme à qqch : idée ou objet.

Evolution du sens au Moyen- Age en : recueillir des renseignement, mais termes exclusivement juridique

XIVème siècle : prise du sens actuel, communiquer des connaissances. En 1477, le roi Louis XI crée la poste royal (relais de poste, transmet des lettres)

On s’informe pour différent but, l’information permet de contrôler la population, exemple : rumeurs

Les baillis et les sénéchaux (ancêtre des préfets) étaient chargés de transmettre les ordres du rois, de les informer et de faire respecter ces lois.

Dans les villes, présence de héraut, les crieurs publics devant crier les ordres dans les villes. C’est un rituel ayant lieu sur la place public ou au carrefour en présence des autorités, la population est rassemblée avec des trompettes ou des cloches (différentes cloches selon les événements)

exemple :1914 début de la guerre : Information de la guerre grâce au tocsin

Possible pose d’affiche sur les portes des églises ou des villes. Les informations peuvent être de toutes natures (politique, guerre, économique, maladie). Les historiens médiévistes disent de cette société qu’elle a besoin incessamment d’être informé, ils détestent les rumeurs (bandits, sectes, pilleurs, enlèvement de femmes du seigneur, nouveaux impôts…) ces rumeurs créent des violences entraînant la recherche de boucs émissaires (lépreux, sorcières, soldats...) et le manque de savoir les inquiètent. Le crieur public = vérité.

« Possible pose d’affiche sur les portes des églises ou des villes. Les informations peuvent être de toutes natures ( politique, guerre, économique, maladie ). Les historiens médiévistes disent de cette société qu’elle a besoin incessamment d’être informé, ils détestent les rumeurs ( bandits, sectes, pilleurs, enlèvement de femmes du seigneur, nouveaux impôts… ) ces rumeurs créent des violences entraînant la recherche de boucs émissaires ( lépreux, sorcières, soldats... ) et le manque de savoir les inquiètent. Le crieur public = vérité. II. La révolution de l’imprimerie Invention du papier qui remplace le parchemin puis invention de l’imprimerie par Johannes Gutenberg aux alentours de 1453. Imprimante, machine à caractère mobile s’imprimant sur le papier Véritable révolution rendant le livre un objet plus courant en faisant une diffusion plus large du savoir (permet l’éclosion du protestantisme). Diffusion de l’imprimerie dans toute l’Europe dans les grandes villes ( villes telles que : Cologne, Venise, Rome, Paris, Anvers, Brurges, Bâle, Londres ) devenant des grands centres de l’humanisme et de l’impression. Au début du XVI ème siècle, environ 200 ateliers d’imprimerie en Allemagne. Premier livre en français : La légende dorée Jacques de Voragine, Lyon, 1476 Imprimerie = Augmentation du nombre de livres • XVI ème siècle, 200 millions de livre • XVII ème siècle, 500 millions de livre L’écrit prend de plus en plus d’importance et devient la meilleure forme de vérité. Les moines ne sont plus le centre de la culture. Les Bibles sont traduites en langue vernaculaire qui fait que dans la bourgeoisie la lecture de la Bible se font et permettent la création du protestantisme grâce au lien direct entre la Bible et les croyants. Apparition de la lecture individuelle. Développement de l’individualisme et des réflexions personnelles grâce à l’imprimerie. Développement du roman et de la presse . Naissance de la presse écrite, les périodiques, le premier imprimer est un hebdomadaire allemand, il a été crée par Téophraste Renaudot qui lance en 1631 la Gazette, il est autorisé par le cardinal de Richelieu car il connaissait l’importance de l’opinion publique . Pour lui ce journal est une arme de propagande politique permettant de justifier sa politique tout en « l’aidant financièrement ». L’écrit est aussi une diffusion orale qui permet un lancement de rumeur. Les mazarindes (rapport avec Mazarin conseiller, ministre de Louis XIV lors de la régence entre 1642 et 1661). La Fronde (grande révolte française) permet la création de mazarinades, des petits textes ou des images. Ce sont des écrits satyriques, des pamphlets, des libelles dénonçant les actions de Mazarin ainsi que des actions xénophobes sur son accent italien, lancement de rumeur entre lui et la régente. Beaucoup de censure sous Louis XIV III. La presse sous les Lumières »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles