Devoir de Philosophie

Corpus

Publié le 13/04/2014

Extrait du document

CHANET Quentin1°S8 Devoirs Maison de Français La question de corpus : Dans un roman le cadre spatio-temporel peut influencer les évènements racontés. Les trois extrait de texte qui sont signés Zola, Camus, Malraux possèdent des descriptions des cadres spatio-temporel particulièrement détaillé. Mais par quelles manières le cadre spatio-temporel renforce-t-il l'action ? Tout d'abord, nous en examinerons ça description, ensuite nous analyserons le champ lexical employé pour renforcé l'action avant d'étudier le rôle de la ponctuation et des connecteurs logiques. Le lieu est décrit de sorte que le lecteur soit de suite plonger dans l'action qui va se dérouler « Les deux rives, d'un brun sombre taché de gris, » l.2 Zola. L'auteur nous plonge dans un lieu lugubre, « sombre » l.2, ...

« Le champ lex ical de la mo r t, du comba t est p résen t de nomb reuses fois dans « L a condi t ion h u ma i ne » de Ma l raux « f rappera i t » l.1 ; « comba t t re » ; « ennem is » l.9 ; « mou r i r » ; « t ue ra i t » l.14 ; « f rappe r » l.16 etc… Ma is l’au teu r u t i l ise des mo ts p l us r u de, i n tense comme « sacr i f ica teu r » l.18 ou encore « assassine r » l.20 pou r i n tég re r d’avan tage le lecteu r dans l’act ion. I l ra jou te aussi l.24 « poigna rd » pou r mon t re r à nous observa teu r avec quel le pu issance et quel le man iè re i l s’app rê te à t ue r l’ i nd i v idu, cela appo r te p l us de crédib i l i té à l’acte. Nous consta tons que tous les au teu rs u t i l isen t p l us ou moi ns le champ lex ical pou r l’act ion ou le l ieu comme Camus qu i i ns is te beaucoup su r le décor où i l se t rouve l.5 « ai r en f lammé » ; « vagues », « solei l » l.7 , « l u m iè re ». I l décr i t considé rab lemen t l’end ro i t où i l se t rouve ma is aussi le déplacemen t et l’a l l u re du personnage « L’A rabe n’a pas bougé. », « […] i l éta i t encore assez lo i n », « […] i l avai t l’a i r de r i re », l’au teu r nous fa i t conna i t re le personnage avan t qu’i l y est la pé r i pé t ie. Les p récisions qu i nous son t appo r tées su r le cad re spa t io-temporel renden t p l us p lausib les l’act ion. L a ponctua t ion et les connecteu rs logiques jouen t u n rô le t rès dé te r m i nan t pou r nous fa i re croi re aux effets de suspense, de peur, d’app réhension. L’ex t ra i t de « L a cond i t ion h u ma i ne » qu i est l’ i ncip i t commence pa r deux quest ions, qu i me t le lecteu r dans le feu de l’act ion « Tchen […] F rappera i t-i l au t ravers ? ». Nous voyons que l’au teu r fa i t usage de poin ts v i rg u le à d i f fé ren ts end roi ts de l’ex t ra i t pou r sépa re r des exp ressions « L’angoisse l u i to rda i t l’estomac ; i l conna issai t sa p rop re fe r me té » l.2 ma is el les on t généra lemen t u ne re la t ion log ique en t re el les. Em i le Zola, se ser t des poin ts d’exclama t ion « F ich t re ! que c’est f ro id ! » pou r mon t re r la su rp r ise ma is là i l ma rque u ne i n te r ject ion, u ne coupu re donc la ph rase qu i la su i t n’a pas de majuscu le. Les connecteu rs logiques serven t à créer le suspense ou ajou ter, encha i ne r des i dées « Dès qu’i l m’a vu, » « L’E t ranger », ajou te u ne du rée dans le temps. D’au t res connecteu rs pe r met ten t d’opposés des i dées comme « Ma is » ; « A cause » pe rme t d’exp r i me r la conséquence. Ces connecteu rs to lè re u ne l ia ison p l us f l u i de en t re deux énoncés. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles