Devoir de Philosophie

Claudio Monteverdi par Auguste Serieyx Professeur honoraire à la Schola Cantorum de Paris " Où en serions-nous, si tous les livres étaient infaillibles, disait, il y a quelque cinquante ans, à l'un de ses élèves d'harmonie, un professeur courroucé ; où en serions-nous ?

Extrait du document

auguste
Claudio Monteverdi par Auguste Serieyx Professeur honoraire à la Schola Cantorum de Paris " Où en serions-nous, si tous les livres étaient infaillibles, disait, il y a quelque cinquante ans, à l'un de ses élèves d'harmonie, un professeur courroucé ; où en serions-nous ? à Monteverdi et à son accord de Septième de Dominante ! " En ce temps-là, l'érudition à bon marché, dont certains manuels se sont fait depuis lors une fâcheuse spécialité, attribuait à Claudio Monteverdi l'invention de ce célèbre accord : sol-si-ré-fa pour les profanes. C'est ainsi qu'on écrit l'histoire. A la lumière du simple bon sens, trop souvent " mise en veilleuse " par beaucoup de nos contemporains, le mérite de cet " inventeur ", qui vit le jour à Crémone, en mai 1567, apparaît un peu différent, sans être, bien loin de là ! de moindre importance. Il est plus que douteux, en effet, qu'à la fin du XVIe siècle on ait eu connaissance, même grâce au génial Monteverdi, d'un " Accord de Septième de Dominante " ; mais on peut tenir pour certain que la division d'une corde ou de la colonne d'air d'un tuyau sonore, par moitié, tiers, quart, etc., produisait déjà les mêmes intervalles qu'aujourd'hui, et que les ...

« par Auguste Serieyx Professeur honoraire à la Schola Cantorum de Paris »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles