Devoir de Philosophie

Sigmund Freud par Henri Flournoy Chargé de cours à l'Université, Genève Peu de noms, parmi ceux des hommes de science, ont suscité des polémiques aussi vives et passionnées que celui de Freud, le créateur de la psychanalyse.

Publié le 05/04/2015

Extrait du document

freud
Sigmund Freud par Henri Flournoy Chargé de cours à l'Université, Genève Peu de noms, parmi ceux des hommes de science, ont suscité des polémiques aussi vives et passionnées que celui de Freud, le créateur de la psychanalyse. Peu d'existences se sont déroulées d'une façon aussi uniforme que la sienne, guidée par une seule passion : la recherche de la vérité. Sigmund Freud est né le 6 mai 1856 à Freiberg, en Moravie, de parents juifs. Quelque temps plus tard, sa famille vient s'installer à Vienne. Après avoir été pendant sept ans le premier de sa classe au lycée, le jeune homme se sent attiré par une sorte de curiosité scientifique - Darwin régnait à cette époque - et il se décide après quelques hésitations pour des études de médecine. Promu docteur à vingt-cinq ans, il est nommé au bout de quatre ans privat-docent de neuropathologie à l'Université, en raison des travaux histologiques et cliniques qu'il a accomplis chez ses maîtres Brücke et Meynert. Peu de temps après, il obtient une importante bourse qui lui permet, bien que les ressources matérielles de sa famille soient très modestes, de faire un stage à Paris. C'était en 1885. Les cours de Charcot lui font une profonde impression, surtout les démonstrations sur l'hystérie et la suggestion hypnotique. " On sait que tout ce que Charcot nous enseignait alors ne s'est pas maintenu, écrira Freud en 1925 dans son autobiographie. Une partie en est devenue incertaine, une autre n'a évidemment pas subi l'épreuve du temps. Mais il est demeuré assez de cette oeuvre pour pouvoir constituer un patrimoine durable de la science. " (Selbstdarstellung, traduction de Marie Bonaparte, 1928). Après ce stage à la Salpêtrière, Freud se rend à Berlin, puis à Vienne dans le service de Kassowitz, pour approfondir ses connaissances sur les maladies des enfants. C'est alors qu'il prépare ses importants travaux sur la paralysie cérébrale infantile et sur les aphasies. Depuis longtemps, il s'intéressait aussi aux propriétés d'une substance encore peu connue, la cocaïne, et il avait déjà fait paraître sur ce sujet un article où il disait : " Des chercheurs plus nombreux devraient s'attacher à l'étude des applications de la cocaïne comme anesthésique " (1884). Mais une occasion s'étant offerte à lui de partir en voyage et de revoir sa fiancée dont il...
freud

« par Henri Flournoy Chargé de cours à l'Université, Genève »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles