Devoir de Philosophie

Définition & usage: ARQUEBUSE, substantif féminin.

Extrait du document

Définition & usage: ARQUEBUSE, substantif féminin. A.— ARMÉE (HISTOIRE). Arme portative, de taille et de poids variables, dont le projectile était à l'origine propulsé par un système analogue à celui de l'arbalète, puis par l'explosion d'une charge de poudre allumée au moyen d'une mèche ou par une roue dentée frottant sur de la pyrite : Ø 1.... voilà mes croquants en marche — imaginez, i-ma-gi-nez, vous dis-je! — armés de fleurets, d'arquebuses, de machines à rouet, que sais-je? de rapières et de colichemardes, grand-père en tête, vers le chef-lieu : la vengeance poursuivant le crime. ANDRÉ MALRAUX, La Condition humaine, 1933, page 199. Ø 2. Dans la chaîne féodale, après le trébuchet et l'arquebuse, les techniques militaires s'enrichissent finalement des armes à feu. Traité de sociologie (sous la direction de Georges Gurvitch) tome 2, 1968, page 130. SYNTAXE : 1. Témoignant du perfectionnement de l'arme. Arquebuses à croc (HUGO, Notre-Dame de Paris, 1832, page 39) « Grosse et lourde arquebuse qu'on tirait en l'appuyant sur un instrument appelé Fourchette : cette arme servait surtout pour tirer de derrière les murailles d'une place. » (Dictionnaire de l'Académie Française 1835); arquebuse à mèche (BALZAC, La Peau de chagrin, 1831, page 21); — à rouet « Arquebuse légère qui était employée dans la guerre de campagne, et que portèrent d'abord les arquebusiers à cheval. » (Dictionnaire de l'Académie Française 1835); — rayée (JOSEPH DE MAISTRE, Les Soirées de Saint-Pétersbourg, tome 1, 1821, page 286) « Arquebuse dont le canon est rayé en dedans. » (Dictionnaire de l'Académie Française 1835); — à serpentin (CHESN. 1857); — à vent « Arquebuse chargée avec de l'air comprimé. » (Dictionnaire universel de la langue française (LOUIS-NICOLAS BESCHERELLE) 1845); — butière « Arquebuse à rouet employée pour le tir à la cible, même après l'adoption du fusil à silex. » (LITTRÉ). 2. Autres. Balle d'arquebuse; la mèche de son arquebuse; le rouet de l'arquebuse; à une portée d'arquebuse; ajuster son arquebuse; amorcer l'arquebuse; armer son arquebuse; porter l'arquebuse en travers de l'arçon; jeu de l'arquebuse « Divertissement de bourgeois qui s'assemblent à de certains jours pour tirer de l'arquebuse ou plutôt du fusil : on le dit aussi du lieu où ils s'assemblent. » (Dictionnaire de l'Académie Française 1835). — Spécialement. [Dans les compagnies bourgeoises] Les arquebuses de la garde bourgeoise (VICTORIEN SARDOU, Patrie!, 1869, I, tableau 1, 1, page 4 ); tir à l'arquebuse (AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Les Beaux Messieurs de Bois-Doré, tome 1, 1858, page 8 ); les chevaliers de l'arquebuse (Larousse du 19e. siècle. ); les rois de l'arquebuse (JEAN GUÉHENNO, Jean-Jacques, Roman et vérité, 1950, page 265 ). Remarque : En argot on relève les expressions " faire péter l'arquebuse, travailler énergiquement, s'en faire péter l'arquebuse, manger plus qu'à satiété " (DICTIONNAIRE HISTORIQUE DES ARGOTS FRANÇAIS (GASTON ESNAULT) 1966). B.— Eau d'arquebuse ou absolument arquebuse au xxe. siècle. 1. PHARMACOLOGIE. Eau vulnéraire appelée d'abord eau d'arquebusade*, utilisée dans le traitement des blessures faites par les coups de feu : Ø 3. Déjà, elle ne perdait plus une seconde. Elle envoya le Barthaut à sa soeur, de l'autre côté des étangs, mit dans un panier de l'onguent vulnéraire, de l'eau d'arquebuse, du linge, et partit avec la Fanchon, sans même prendre le temps de changer ses souliers plats. HENRI POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Pavillon des amourettes, 1930, page 229. 2. Par extension. Liqueur alcoolisée composée de plantes aromatiques encore en usage dans certaines provinces. Les vingt-huit herbes qu'il faut pour fabriquer l'eau d'arquebuse (HENRI POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Pavillon des amourettes, 1930, page 17 ); frères maristes qui « fabriquent de l'eau d'arquebuse » (GEORGES-CHARLES, DIT JORIS-KARL HUYSMANS, À rebours, 1884, page 286) : Ø 4.... et des pipelettes du quartier qui sirotaient debout leur crème de cassis ou sifflaient leur arquebuse, vulnéraires alcoolisés,... BLAISE CENDRARS, Bourlinguer, 1948, page 311. Ø 5. Je dis à la mère Moreau de nous servir également un doigt d'arquebuse. Cette distillation pharmaceutique était diaboliquement pailletée d'or et avait un arrière-goût de camphre. BLAISE CENDRARS, Bourlinguer, 1948 page 312. Remarque : Le sens n'est pas mentionné dans les dictionnaires du Dictionnaire de l'Académie Française et les dictionnaires généraux, mais est attesté dans NOUVEAU LAROUSSE GASTRONOMIQUE (PROSPER MONTAGNÉ) 1967 et Dictionnaire de l'Académie de Gastronomie 1962. Il figure généralement sous la vedette arquebusade. STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 106. Forme dérivée du verbe "arquebuser" arquebuser ARQUEBUSER, verbe transitif. A.— Vieux. Tuer quelqu'un à coup d'arquebuse, par extension de toute autre arme à feu. Synonyme : fusiller. On le fit arquebuser (Dictionnaire de l'Académie française. 1798-1878) : Ø 1. Si nous étions une troupe régulière, lui dit-il en l'éveillant d'un coup de poing, je te ferais passer par les armes pour avoir tapé de l'oeil en faction, chose contraire à toute bonne discipline martiale; mais puisque je ne puis te faire arquebuser, je te pardonne et te condamne seulement à boire une pinte d'eau. — J'aimerais mieux, répondit l'ivrogne, deux balles dans la tête qu'une pinte d'eau sur l'estomac. THÉOPHILE GAUTIER, Le Capitaine Fracasse, 1863, page 400. — Par métaphore : Ø 2. Fantasque autant que trois troupeaux de chèvres capricantes, plus que nuée changeante. Un jour elle [Belette] me dardait un mépris insultant, ou bien elle m'ignorait; un autre, m'arquebusait de regards langoureux, de rires enjôleurs... ROMAIN ROLLAND, Colas Breugnon, 1919, page 116. B.— Par extension. Tirer sur quelqu'un avec une arme à feu. — Emploi pronominal à valeur réciproque. Tirer l'un sur l'autre avec une arme à feu : Ø 3. Les deux adversaires pouvaient marcher l'un sur l'autre entre les banquettes et s'arquebuser à leur aise. Jamais duel ne fut plus facile à régler. Mr Fogg et le colonel Proctor, munis chacun de deux revolvers à six coups, entrèrent dans le wagon. JULES VERNE, Le Tour du monde en quatre-vingts jours, 1873, page 173. STATISTIQUES : Fréquence absolue littéraire : 7.

« Autres. Balle d'arquebuse; la m?che de son arquebuse; le rouet de l'arquebuse; ? une port?e d'arquebuse; ajuster son arquebuse; amorcer l'arquebuse; armer son arquebuse; porter l'arquebuse en travers de l'ar?on; jeu de l'arquebuse ??Divertissement de bourgeois qui s'assemblent ? de certains jours pour tirer de l'arquebuse ou plut?t du fusil?: on le dit aussi du lieu o? ils s'assemblent.?? (Dictionnaire de l'Acad?mie Fran?aise 1835). ? Sp?cialement. [Dans les compagnies bourgeoises] Les arquebuses de la garde bourgeoise (VICTORIEN SARDOU, Patrie!, 1869, I, tableau 1, 1, page 4 ); tir ? l'arquebuse (AURORE DUPIN, BARONNE DUDEVANT, DITE GEORGE SAND, Les Beaux Messieurs de Bois-Dor?, tome 1, 1858, page 8 ); les chevaliers de l'arquebuse (Larousse du 19e. si?cle. ); les rois de l'arquebuse (JEAN GU?HENNO, Jean-Jacques, Roman et v?rit?, 1950, page 265 ). Remarque?: En argot on rel?ve les expressions " faire p?ter l'arquebuse, travailler ?nergiquement, s'en faire p?ter l'arquebuse, manger plus qu'? sati?t? " (DICTIONNAIRE HISTORIQUE DES ARGOTS FRAN?AIS (GASTON ESNAULT) 1966). B.? Eau d'arquebuse ou absolument arquebuse au xxe. si?cle. 1. PHARMACOLOGIE. Eau vuln?raire appel?e d'abord eau d'arquebusade*, utilis?e dans le traitement des blessures faites par les coups de feu?: ? 3. D?j?, elle ne perdait plus une seconde. Elle envoya le Barthaut ? sa soeur, de l'autre c?t? des ?tangs, mit dans un panier de l'onguent vuln?raire, de l'eau d'arquebuse, du linge, et partit avec la Fanchon, sans m?me prendre le temps de changer ses souliers plats. HENRI POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Pavillon des amourettes, 1930, page 229. 2. Par extension. Liqueur alcoolis?e compos?e de plantes aromatiques encore en usage dans certaines provinces. Les vingt-huit herbes qu'il faut pour fabriquer l'eau d'arquebuse (HENRI POURRAT, Gaspard des Montagnes, Le Pavillon des amourettes, 1930, page 17 ); fr?res maristes qui ? fabriquent de l'eau d'arquebuse ? (GEORGES-CHARLES, DIT JORIS-KARL HUYSMANS, ? rebours, 1884, page 286) : ? 4.... et des pipelettes du quartier qui sirotaient debout leur cr?me de cassis ou sifflaient leur arquebuse, vuln?raires alcoolis?s,... »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles