Devoir de Philosophie

ÉTABLIR, v.

Extrait du document

ÉTABLIR, v. tr. ? Asseoir et fixer une chose en quelque endroit. Établir les fondements d'un édifice. ? Fig. Établir sa réputation, sa renommée. ? Bien établir sa fortune, son crédit, les rendre assez solides pour qu'il ne soit pas facile d'y porter atteinte. ? Absol. La violence abat, la douceur établit. ? Installer, placer, mettre. Établir un camp, une machine. ? Fonder. Établir une fabrique. ? Pratiquer, disposer. Établir une correspondance entre deux villes. ? Mettre à demeure en un certain lieu. Les Phocéens établirent dans la Gaule une colonie qu'ils nommèrent Marseille. ? Mettre en un logement. ? Il se dit semblablement des choses. Établir sa demeure à Paris. ? Milit. Poster d'une façon stable. ? Instituer, pourvoir d'une fonction. Établir un magistrat dans une charge. ? On le dit de même des choses. Établir un gouvernement, une administration, un impôt. ? Mettre dans un état, dans un emploi avantageux, dans une condition fixe. Il a bien établi tous ses enfants. ? Établir une fille, la marier. ? Mettre en crédit, en faveur. Ses alliances l'établirent à la cour. ? Il se dit en parlant des doctrines, des lois, des devoirs, etc. Établir la foi chez les infidèles. Établir l'ordre. ? Démontrer. Établir une vérité, une proposition, un fait. ? Établir un compte, la balance d'un compte, faire un état de ce qui est dû. ? S'établir, v. pr. ? Fixer sa demeure en un lieu. ? Prendre place à demeure pour un temps plus ou moins long. Il s'est établi dans mon cabinet. ? S'affermir. ? Prendre position. ? Gagner faveur, confiance. ? Se faire un état, une position. S'établir marchand de vin. ? Se marier. ? S'instituer, se considérer comme. S'établir juge des actes d'autrui. ? Être établi. Haïti « À partir de ce moment-là, un rapport de cause à effet entre couleur de peau et condition sociale s'est établi », R. Depestre . ? V. impers. Il s'établissait peu à peu parmi eux l'opinion que... ? Mar. S'établir, s'affourcher pour séjourner sur une rade.

Liens utiles