Devoir de Philosophie

L’ï¿œtat

Extrait du document

L’État

 

Introduction

 

Grec, jeunesse de la cité, polis

 En rapport avec autres : puissance

 Se tient en elle-même : État

 

Pb : de quelle manière les hommes vivent-ils ?

 Primitive : tribu. Se déplace au hasard des déplacements des gibiers. Se sont progressivement sédentarisés.

 Sédentarisation : CHI, Mésopotamie, EGY… De chasse/cueillette à agriculture. 

 Étape suivante : ville. ≠ cité. Ville est ensemble de bâtiments avec diverses fonctions alors que cité est entité politique : une cité peut rassembler +sieurs villes. Cité athénienne rassemble capitale Athènes et autres villes. 1ère différence : campagnard et citadin. 

 

1ère forme État

 

EGY antique : géométrie admirable (Nil : Nord/Sud et Soleil : Est/Ouest), chaque année gde crue d’où invention géométrie (étude terre).

 

1er peuple à croire en immortalité de l’âme  pourquoi attentifs à sauver le corps (momies).

 

// Politique, Pharaon considéré comme un dieu parmi les hommes. Dès qu’il naît, on prépare son tombeau ( immortalité âme et préservation corps) qui magnifiera son corps. Pharaon est grand prêtre : il officie pdt gdes cérémonies. Il rend hommage au soleil son père. Religion est capitale : pharaon est garant de l’ordre cosmique (qui a signification politique, religieuse…). 

 En +, chef politique : légifère, décide armée, gouverne, rend justice

 Prêtre, dieu, justice, armée…

 Détient tout les pouvoirs donc tout le pouvoir.

 

Aujourd’hui

 

Chef d’État pas considéré comme un dieu et n’est plus prêtre

 Séparation pouvoirs ( christianisme)

 Mitterrand, ‘Appelez moi Dieu’

 

≠ Iran : 1ers pouvoirs détenus par prêtre qui nomme dirigeants politiques.

 

Paraît raisonnable de séparer pouvoir politique et pouvoir religieux

 Pas pour autant suppression

 Comment concilier les deux dimensions de la vie humaine ?

 

 

Aujourd’hui, chef d’état n’est pas chef gvmt (1er ministre)

 Gvmt  ≠ État

Ne rend pas la justice etc.

 

 Pouvoir en 1 personne à séparation de tous les pouvoirs.

 Comment en sommes-nous arrivés là ?

Ressources antiques : Platon et Aristote

 

On peut dire qu’il y a États avant les grecs mais qqch de neuf dans forme inventée par grecs. 

 

1ers sont les Spartiates : État constitutionnel.

 

État constitutionnel = une communauté d’hommes libres

 Concept important est égalité

 Fondateur Spartes : Lycurgue. 

 

Communauté de 1000 hommes au départ tous égaux. 

 Partage terres entre 1000 pères familles 

 Égalité de droit, d’autorité : inouï !

 

Hérodote, prend illustration de la veille de la bataille de Salamine 

Opposition perses/grecs

 Roi perse a trône sur colline pour assister à G ‘en direct’. Prend conseil auprès de ses conseillers mais prend seul les décisions. Tout réfléchi.

 Grecs : cacophonie. Hier, Athènes brûlée. Opposition : se battre sur terre ≠ combat naval. Négociations toute la nuit ( égalité)

 1 homme seul qui décide VS un groupe d’hommes qui se concertent/qui délibèrent

 

État constitutionnel.

 

Pourquoi affrontement entre perses et grecs ?

 Empire perse : empire le + grand, le + puissant avec ≠ peuples avec ≠ cultures.

 Grèce : bcp + petit. 

Perses veulent que grecs se soumettent : grecs refusent, ils veulent rester libres même si savent qu’auront une belle vie dans empire perse.

 

1) Ambassadeurs perses à Athènes : demandent terre et eau (symbole soumission). Athéniens les mettent au fond d’un puits pour qu’ils la prennent eux-mêmes.

2) Perses envoient 100 000 hommes : + gde armée jamais envoyée. Certaines villes se soumettent sans se battre : peur.

 Souci liberté à Athènes : sont prêts à se battre pour ça.

( Révolution FR : ‘Vivre libre ou mourir’. Sous entend que qqch de plus gd que la vie qui s’appelle la liberté)

 

 

Ambassadeurs grecs arrivent à cour très opulente du roi de Perse. 

 1ère chose stupéfiante : tout le monde se prosterne devant le gd roi. Ne se fait strictement jamais en Grèce. Pas signe de respect mutuel mais de soumission.

 Roi leur demande pourquoi ne se soumettent pas. Réponse : ‘Nous les grecs, nous n’avons pour maître que la loi’ ie nous sommes libres, égaux et nous n’avons pas un roi/maître devant qui nous nous prosternons : plutôt que maître/esclave ie commande/obéissance, délibération commune pour règle puis tout le monde les applique car les a voulues. 

 Peuple libre qui décide ensemble des lois qui seront bonnes pour la/leur  communauté.

 

Alexandre, empereur grec.

 Perses se prosternent devant lui et ne dit rien malgré stupéfaction généraux grecs.

 Généraux grecs doivent se marier avec femmes perses.

 Création état hellénistique.  

 

Apparition de communautés politiques ie communautés d’hommes libres.

 

Athènes

 

Iségoria. Racine est agora ie place publique, iso qui veut dire semblable.

 Égalité du droit à la parole. 

 

Ecclésia : assemblée. 

 A donné le mot église

 Veut dire ‘appelé au dehors’ : personnes criaient dans rue en appelant à rassemblement le lendemain à assemblée.

 Pnyx, falaise : au – 5000 citoyens doivent s’y regrouper pour délibérer et prendre décisions. Égalité du droit à la parole ie iségoria. Périclès, éloge d’Athènes. A LIRE. 

 

 Démocratie directe.

 Pourquoi dans époque moderne pas expérience de la démocratie directe ?

 

Platon, La République.

 Titre grec : Politéia = la Constitution.

 

Grèce : +sieurs petits états indépendants.

 Jalousie et fierté // sa Politéia/Constitution.

Aristote en créant son lycée envoie messagers partout pour récupérer Constitution des tous les états de la Grèce.

 

Titre Platon : ne parle pas de la constitution propre à A ou B mais de la constitution parfaite, de la constitution de la Cité Idéale. 

 

1) Parmi les Constitutions qui existent, y’en a-t-il une mieux que les autres ?

2) Au regard de la raison, indépendamment de ce qui existe, y a-t-il une Constitution meilleure que les autres ? (attention cpdt pas utopie mais chose réaliste).

Opposition du public est propre/privé.

 

Il y a choses publiques (Rès publica) et choses privées/propres.

 

Chose, rès : surtout matérielle.

 Autre signification : procès deux hommes, on parle de rès pour l’affaire du procès.

 

Qqch qui est l’affaire de tous et par conséquent l’affaire de chacun. 

 

Qui sommes nous ? Que voulons nous ?

 Décisions lourdes qui engagent présent, avenir, existence/disparition d’un peuple.

 1 personne décide ou tout le monde ? 

 Affaire de tous ie Rès Publica. Cpdt, contre-exemple : affaire Sicile.

 La règle de la majorité n’est pas suffisante.

 

Quelle différence entre Rès Publica et Politéia ?

 

Aristocratie : pouvoir aux mains des meilleurs.

Démocratie : autorité désignée par tirage au sort.

 Élection est aristocratique.

 

Hôpital : chirurgien tiré au sort  Mauvais.

 

Pourquoi constitution ? Car parle de l’État constitutionnel.

 Il doit exister Politéia.

 

Démocratie, aristocratie, monarchie sont républiques

 Il y a affaire de tous. On s’en fou si décidé par 1 ou 10000.

≠ Tyrannie : seul régime politique où pas d’intérêt commun.

 

Livre 1 : enquête // justice

 

La justice dans l’individu.

 Problème : abus.

La justice dans la cité.

 

Qu’est ce que la justice ?

 Jeune face à Socrate : ‘La justice c’est ce qui est profitable au plus fort’ 

cf. ‘La raison du plus fort est toujours la meilleure’

 Sophistes

 

Opposition Phusis (nature) et Nomos (loi)

 Justice naturelle opposée à justice artificielle/humaine.

 

Pour sophistes, ‘les gros poissons mangent les petits’ ie justice de la Phusis est la meilleure.

 Justice selon loi est artificielle ( intelligence homme) mais surtout fausse.

 

Socrate : 

 Justice : vertu et sagesse

 Injustice : vice et ignorance

 

Justice :

 

Dans idée de vertu (arétè en grec), connotation ≠ :

 Il est dans la nature du cheval de courir. Parmi les chevaux, des lents et des rapides. Pour un cheval qui excède à la course, on parle de la vertu du cheval.

 Œil qui a plus de 10 : vertu.

Être vertueux c’est exceller dans les rapports avec autrui. 

 Vertu = excellence.

Dès lors, pourquoi sagesse ? Parce qu’est connaissance. Si je ne sais pas ce qu’est justice je ne peux pas m’y conformer.

 

 ‘Cuique suum tribune’ : Rendre à chacun ce qui est sien.

 Ce qui est juste.

 

Justice est acte en 1ère personne : c’est à moi d’être juste // à toi

 

‘Nul n’est méchant volontairement’

 Faux cf. vol poire augustin : il ne suffit pas de savoir pour bien faire.

 

Livre 2 : La cité du nécessaire

 

Mythe de Gygès 

 

Libyen, grand-père de Crésus, berger ± misérable. Tremblement terre, tombe, cadavre avec anneau d’or qu’il prend. Anneau le rend invisible : se rend à cour du roi, le tue, se marie à sa femme et devient tyran.

 Chacun d’entre nous est un Gygès en puissance ie un Gygès masqué ie on rêve tous d’être tyran de tous.

 

‘Être maître de tout faire comme un dieu parmi les autres’

 Passer du mythe au concept : maître corps, bien, liberté, vie d’autrui. 

 

La Cité du nécessaire

 

Cette aporie nous fait ‘changer de navigation’

 Passage voiles à rames quand plus de vent

 

Sparte : cité militaire où luxe interdit et commerce  très limité

 Correspond le plus à la vision de la Cité du nécessaire de Platon

 

Par hypothèse, cité composée d’hommes et de femmes capables de se contenter du nécessaire

 ‘Il faut savoir se contenter de peu parce que de ce peu il n’y aura jamais disette’

Socrate : ‘Je suis libre parce que je n’ai besoin de rien de tout ça’  

 Vie des moines

 

L’individu est incapable de satisfaire seul tous ses besoins

 L’homme est un être qui a des besoins

 A l’inverse de l’animal, l’homme satisfait ses besoins par le travail

 

Cf. Robinson Crusoé 

 Faculté parole perdue

 Déshumanisation par la solitude extrême et durable

 Veut s’en sortir par le travail pour ne pas périr. A une bible, il prie, se crée un calendrier. Seul, perdure dans son humanité par travail.

 

Cf. La petite maison dans la prairie

 Charles est un homme qui sait tout faire

 Témoin d’une époque révolue

 

Cf. Hippias  se vante de tout faire tout seul

 Socrate se moque car impossible : homme n’est pas fait pour vivre seul

 

Autarkeia

 

Autarkeia : concept de se suffire à soi-même

 Arkein qui veut dire se tenir

 Autarkeia signifie se tenir par soit

 Vivre en autarcie c’est vivre en circuit fermé

 

Platon : individu est incapable d’Autarkeia

 Nous avons des besoins tels que chacun d’entre nous est incapable de satisfaire seul. Incapable d’avoir toutes les techniques nécessaires à satisfaire tous ses besoins.

 

2nd sens de Autarkeia : liberté

 

Dieux : quelle conception pour philosophes grecs ?

 Dieu est un être sans besoins : il jouie de l’Autarkeia, il n’a besoin ni d’autrui ni de rien

 

Une seule solution pour ne pas avoir à satisfaire ses besoins

 Esclavage

 

Profondeur métaphysique dans thèse qui ne paraissait que politique

 

Moi seul, je suis incapable d’Autarkeia. Ce dont je suis incapable tout seul, il faut pourtant y arriver. La solution est cité : en formant communauté politique, nous allons former communauté capable d’Autarkeia. 

 Finalité d’une cité est de parvenir à Autarkeia.

 Rassemblement des hommes qui vont s’entraider.

Ex : médecin. 

 

Cohabitation : appartiennent au même lieu et s’entraident les uns les autres. 

 

Deux solutions : une personne fait un métier pour tout le monde ou chacun fait ses propres affaires pour lui seul.

 

La division du travail.

 

Marx : plus de division du travail

 En réalité, impossible : utopie

 

2 possibilités : 

 Chacun fait tout mais tout seul : chacun autosuffisant (dès lors pas cité)

 Chacun ne fait qu’une partie du travail total : division du travail

 

Si nous divisons le travail, chacun doit se spécialiser

 Cela exige qu’autrui fasse autres taches

 Il doit alors exister le marché et l’échange

 Genèse intellectuelle de la cité (avec tout qui commence par besoins).

 

Notion de naturel

 

Il concerne aussi bien le corps que l’âme.

 Chacun est venu au monde avec dispositions innées et éducation n’y changera rien. Ceci s’appelle le naturel

 Impossibilité de la polytechnique. 

 Spécialisation ++ du travail.

 

Cf. couteaux de Delphes

 Couteliers qui se vantaient de faire des couteaux polyvalents

 Objection Aristote : ‘un couteau bon à tout est bon à rien’

 

1ère possibilité : chacun choisit son travail un peu au hasard ou par coutume.

 Mauvais pour Platon. Meilleure et 2nd option : chacun fait ce à quoi son naturel le prédispose.

 

Notion du kairos

 Notion de temps favorable et de temps opportun 

 Bon âge pour se marier n’est pas 95 ans car pas possible d’enfanter

 

Apparition nvelle notion : M/X

 

Nous sommes par hypothèse dans la cité du nécessaire.

 Même ici, M/X est inévitable

 

Pourquoi ? // Sous-sol pays ou encore altitude.

 Tout n’est pas possible partout // nature.

 

Économie de marché

 Si je fais tout mais tout seul, je n’échange rien

 Si je fais métier pour lequel prédisposé (blé), doit échanger (vin).

 

Pb : j’ai blé juste assez pour nourrir ma famille.

 Comment j’échange ?

 Je peux échanger que si j’ai produit plus que ce dont j’ai besoin

 Économie repose sur abondance voire surabondance.

 

Même pb chez Locke, un penseur du libéralisme/capitalisme. 

 

Nb population et métiers (commerçants) augmente petit à petit.

 

Comment échanger ?

Solution 1 : troc

 Au début, ++ mais au fur et à mesure impossible

 

 Importance de la monnaie

 

La monnaie est un symbole càd même genre que chose qu’il représente. 

 

Aristote : histoire de la monnaie

 Tout commence par troc. 

 1ère difficulté, transport des biens.

 2ème difficulté, incommensurabilité des choses.

 Comment trouver valeur des biens ?

 Échange doit être juste

 

Qu’est ce qu’un échange juste ?

 

3 sortes de justice : 

 Commutative ie règle rapport entre égaux : règle est égalité du prendre et du rendre ie égalité de valeur entre bien cédé et argent rendu par client

 Corrective ie pénale : Une personne a commit telle faute, il faut lui affliger châtiment égal ie œil pour œil, dent pour dent.

 Distributive : ne connaît pas égalité. Distribution des honneurs par exemple. Règle ici est inégalité. 

 

Hobbes : égalité de l’impôt et égalité devant l’impôt.

 Grâce aux impôts, nous bénéficions tous des mêmes services : il est donc juste que nous cotisions tous le même impôt. 

 Aujourd'hui, impôt juste est impôt inégal (proportionnel) : il y a juste inégalité.

 

 

L’or : corps chimique inoxydable. 

 Au lieu d’échanger bien contre bien, échanger bien contre monnaie, or, pierres précieuses.

 

Monnaie joue rôle d’étalon : elle mesure valeur des biens.

 

Quels sont les critères d’évaluation de la valeur ?

 Quantité du bien

 Quantité de travail qu’il a fallu fournir

 Qualité du travail

 Qualifications de celui qui fait travail

 Coût matières premières

 Loi offre/demande (Film : Le grand embouteillage)

 

Pour Aristote, au commencement, la monnaie rentrait dans le troc

 Paradoxe est qu’échange monétaire est encore troc car monnaie a encore valeur intrinsèque à époque (≠ billets aujourd'hui : or, bijoux etc…)

 

Pour Aristote, la monnaie est un moyen terme ie un intermédiaire entre +sieurs biens : elle permet de mesurer les biens pour qu’il y ait échange juste

 Marchandise 1  Argent  Marchandise 2

 

Le capitalisme apparaît lorsqu’argent n’est plus intermédiaire mais le commencement et la fin  Argent 1  marchandise  Argent 2

On a capital initial grâce auquel on produit marchandise qui va nous permettre de retrouver capital

 Si bonne situation, A1A2

 

Chez Platon, qui va au marché ? Les plus faibles

 Homme robuste va aller laboure champs 

 

Pourquoi avons-nous mené cette enquête ? Car nous cherchons origine de la justice et de l’injustice

 Si seul sur île déserte, ne peut pas y avoir justice ou injustice par définition car elles s’insèrent dans rapports à autrui

 

Lieu injustice : rapport mutuel

Origine injustice : la pleonexia ie le désir perverti, le désir déréglé, le désir illimité d’avoir toujours plus

 

Hypothèse initial : si je suis homme capable de me satisfaire du strict nécessaire, je vais échanger ce qui me reste mais je ne vais pas chercher à abuser car je ne veux pas capitaux et je vais donc t’échanger à juste prix. Si logique de pleonexia, tant pis si je berne autre car ce qui compte n’est pas que prix soit juste mais que mon profit soit le plus grand possible.

 

Pourquoi pleonexia dans cœur des hommes ? Platon ne cherche pas réponse, religions essaieront d’en donner une.

Livre 2 : La cité de la pleonexia

 

Pourquoi Cité du nécessaire ne peut pas exister :

 Idéal inaccessible

 

Si nous vivions au rythme du soleil et de la nature, nous serions en meilleure sante.

Hommes seraient en paix car personne ne va convoiter cité où il n’y a rien.

 

Cité du nécessaire n’a ni médecins, ni juges, ni soldats…

 

Maladies peuvent venir de la nature

 Nécessité médecins

 

Hérodote : livre Historia ie l’enquête

 Aussi loin qu’on remonte dans mémoire humaine, toutes guerres ont même origine : le rapt des femmes

 Même si cité pauvre, il y aurait guerres

 

(Virgile : poète qui chante l’âge d’or)

 

D’où, cité de la pleonexia

 

Conséquence 1 : mettre en place de nveaux métiers

 Bijoux et parfums pour femmes

 Spectacle et théâtre

 Juges, tribunaux, prisons

 Police

 Armée : cité opulente donc enviée +  territoire va paraître exigu (cf. fin Athènes avec invasion Sicile)

 

Conséquence 2 : cité toujours en G

 

 On ne peut pas s’en contenter : cité horrible.

 

Livre 2 : La belle cité

 

3ème cité qui combine les deux précédentes

 Aristocratie : régime dans lequel le pouvoir est confié aux meilleurs

 

Cité qui éviterai impossibilité de la première et triste possibilité de la seconde.

 

Division de la cité en  3 classes

 Philosophes : fonction est philosophie (ceux qui gouvernent cité)

 Guerriers : classe des gardiens dont fonction est armée (sécurité intérieure et ext.)

 Paysans, artisans et commerçants : fonction est richesse

 

Nombre va en décroissant : cité dirigée par un collège (max 100) qui a tour de rôle décident, armée + nombreuse et commerçants + nombreux encore.

 

Comment savoir dans quelle classe ? Le classement se fait d’après le naturel. Qui fait le tri, comment et quand ? Quand enfants niassent, enlevés à leur mère. Mis en commun, élevés par nourrices d’État. Dès lors, en montrant où est son intérêt, enfant montre quelle est sa place. Hiérarchie se fait d’elle-même. Abolition des familles.

 

Par hypothèse, dans cette cité, il n’y a pas de mécontents

 Dans classe des philosophes, propre et privé interdit : vie communautaire

 Idem armée

 Celui pour qui l’argent est la chose la plus importante ne peut pas envier autres. Idem pour autres catégories. Chacun est content de son sort car chacun a une place qui correspond à son naturel.

 

Cité Âme

Philosophie

Guerre

Richesse Logismos (raison, capacité de raisonner)

Thumos (prononcé thymos)

Epitumia

 

Platon, division de l’âme en 3 :

Logismos : raison qui rend capable de connaître le bien, le juste. Dans tête.

 Meilleur pour commander.

Thumos : tout ce qui est susceptible de colère, d’ardeur, d’élan. Dans cœur (peut entendre commandement de la tête quand lui dit de se calmer).

Epitumia : tout ce qui est du coté du désir, du besoin. Pas très loin de la pleonexia. Dans foie ie côté du bas ventre.

 

Justice : racine signifie ‘à chacun le sien’  Cité juste : chacun à la bonne place.

Mais, ne suffit pas : il faut ajouter hiérarchie ie structure doit être hiérarchisée.

Il faut aussi ajouter œuvre propre : il y a justice lorsque chacun accompli son œuvre propre. 

 

L’injustice est l’œuvre impropre : sage s’occupe de l’argent, guerrier gouverne… Injustice lorsque renversement de la hiérarchie (cf. dieu et bien/mal). 

 

Livre 5 : 

 

La communauté des sentiments

 

L’État sélectionne meilleurs filles/garçons puis organise rencontres d’une nuit pour reproduction  eugénisme.

 

La femme a même nature que l’homme même si < : est pareil (donc même nature) mais à degré + faible (ie – forte en tout).

 

Il veut donner même éducation à femmes qu’à hommes. 

 

Pourquoi Platon prône-t-il cela ?

 

Si je suis blessée au pied, c’est tout le corps qui est blessé. Pour corps social, si un concitoyen dans douleur, est ce que ça me touche ? Est-ce que je participe à leurs joies et à leurs malheurs ?

 

Idée d’une communauté de sentiments : nous ne sommes pas étrangers/imperméables les uns aux autres.

Cpdt, erreur : pour Platon on doit se dire c’est peut être ma fille donc je suis heureux pour elle. Puisque je ne sais pas combien d’enfants j’ai puisque j’ai été sélectionné à diverses occasions pour reproduction mais après je ne sais pas ce qui est advenu puisque Platon ne veut pas famille.

 Bonne idée, mauvaise voie.

 

Modernes : ‘Tu aimeras ton prochain comme toi-même’

 Charité (christianisme)

 

La Guerre

 

Importante et innovatrice.

 

Coutume dans G : ‘Malheur aux vaincus’ (Astérix)

 Extermination : vainqueurs a droit de vie ou de mort sur vaincus (et choisissent souvent mort)

 Tuer tout le monde. Tuer qu’hommes et femmes gardées comme putes. Réduire tout le monde à esclavage.

 

Pourquoi est-ce qu’on épargne les filles ? Lié à croyance // reproduction sexuelle. 

 Mâle : semence ; femme = sang.

 Contribution de la femme consisterai simplement à apporter sang nourricier pour faire grandir semence masculine. Rôle principal est à homme puisque femme ne fait que nourrir semence (d’abord par sang puis par sein).

Dans ce contexte, suffit de tuer hommes puisque femmes n’auront pas par elles-mêmes fils qui voudront venger leurs pères. Dès lors, quand concubines, fils qu’elles auront seront fils des vainqueurs.

 

Matière et forme. Dans logique Aristote, père apporte forme quand mère apporte matière : rôle subordonné mais absolument nécessaire. Pourquoi pas mâle qui engendre mâle à tous les coups ? Cela vient d’une déficience de la matière qui est incapable de recevoir forme du père. Femme est donc ‘monstre bénin’. 

 Stoïciens ont vu avant tout le monde que l’homme et la femme participaient chacun pour moitié dans ce qu’on appelle aujourd’hui ADN. Cpdt, pas doctrine dominante à l’époque. 

Preuve scientifique est venue avec ADN (1954). 

« 2 Aujourd’hui, chef d’état n’est pas chef gvmt (1 er ministre) → Gvmt ≠ État Ne rend pas la justice etc. ➔ Pouvoir en 1 personne à séparation de tous les pouvoirs.  Comment en sommes -nous arrivés là ? Ressources antiques : Platon et Aristote On peut dire qu’il y a États avant les grecs mais qqch de neuf dans forme inventée par grecs. 1ers sont les Spartiates : État constitutionnel . État constitutionnel = une communauté d’hommes libres → Concept important est égalité  Fondateur Spartes : Lycurgue. Communauté de 1000 hommes au départ tous égaux. → Partage terres entre 1000 pères familles → Égalité de droit, d’autorité : inouï ! Hérodote, prend illustration de la veille de la bataille de Salamine Opposition perses/grecs → Roi perse a trône sur colline pour assister à G ‘en direct’. Prend conseil auprès de ses conseillers mais prend seul les décisions. Tout réfléchi. → Grecs : cacophonie. Hier, Athènes brûlée . Opposition : se battre sur terre ≠ combat naval. Négociations to ute la nuit (  égalité) → 1 homme seul qui décide VS un groupe d’hommes qui se concertent/qui délibèrent État constitutionnel. Pourquoi affrontement entre perses et grecs ? → Empire perse : empire le + grand, le + puissant avec ≠ peuples avec ≠ cultures . → Grèce : bcp + petit. Perses veulent que grecs se soumettent : grecs refusent, ils veulent rester libres même si savent qu’auront une belle vie dans empire perse. 1) Ambassadeurs perses à Athènes : demandent terre et eau (symbole soumission) . Athéniens les mettent au fond d’un puits pour qu’ils la prennent eux -mêmes. 2) Perses envoient 100 000 hommes : + gde armée jamais envoyée. Certaines villes se soumettent sans se battre : peur. → Souci liberté à Athènes : sont prêts à se battre pour ça. (→ Révolution F R : ‘Vivre libre ou mourir’. Sous entend que qqch de plus gd que la vie qui s’appelle la liberté) »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles

tat