Devoir de Philosophie

Le droit canonique et le droit musulman

Publié le 13/12/2012

Extrait du document

droit
le droit canonique et le droit musulman Le Droit musulman et le droit canonique sont tous deux des droits essentiellement religieux, en effet le droit musulman est un droit qui tire principalement ces regles du coran et des traditions relatives à la vie du prophete, telles qu'elles ont été dégagée par les docteur de l'Islam durant les trois premiers siecles de l'hégire ( du 7 eme au 10 eme siecle de l'ère chretienne). Le droit canonique lui, est propre à l'eglise c'est un droit savant, essentiellement écrit, qui par ses origines grecques et latines, prolonge la tradition juridique romaine. Dans ces premiere expressions, le droit canonique tient à la fois de l'écriture sainte, du droit romain, des decisions pontificales, et des canons conciliaires. Dans un premier temps nous definirons ce qu'est le droit canonique puis dans un second temps le droit musulman I) le droit canonique C'est donc le droit de l'église catholique, qui existe encore aujourd'hui mais qui ne concerne que les fidèles. Le code de droit canonique a été promulgué en 1917 par Benoit XV et réformé en 1982 par le pape Jean Paul II. (Grec canon : la règle). Le droit canonique est l'ordre juridique de la société chrétienne, de la société ecclésiastique fondée par le Christ et dont le fondement est une autorité de l'église dépositaire de l'autorité suprême de dieu. A) Les saintes ecritures Elles constituent naturellement, le fondement principal du droit ecclésiastique. L'ancien et le nouveau testament contiennent les préceptes déterminants du IUS DIVINUM, sur lequel s'enracine la société du christ. La parole de Dieu révélée par les prophètes ou transcrite par les apôtres, redevient source de droit. En tempérant l'ancienne loi, qui n'était applicable qu'au peuple juif, le nouveau testament rend la parole de dieu accessible à tous. Les évangiles, les épitres de Paul, et surtout les actes des apôtres définissent de nouvelles normes applicable a la communauté chrétienne. A l'écriture proprement dite, s'ajoute, au bas empire, l'oeuvre des premiers commentateurs, les pères de l'église, et particulièrement celle de saint augustin, dont l'autorité joue un rôle capital dans la mise en oeuvre de la règle . B) La transmission du droit romain au droit canonique
droit

« Saint Isidore Evêque de Séville, compose un ouvrage célèbre les étymologies au VIIème siècle. Or il comporte une partie consacrée aux lois. Ce livre peut être considéré comme l’un des tous premiers traités de droits canoniques, en effet il contient des distinctions qui sont empreintées au droit romain ainsi qu’une doctrine du droit naturel qui inspireront par la suite tous les canonistes. Le mérite de saint Isidore est d’avoir assuré la transmission du droit romain au droit canonique. Evidemment le droit canonique est nourrit de droit romain, si bien qu’on l’appelle parfois le droit romano canonique. Le droit canonique a voulu cristalliser le droit romain. Avant saint Isidore, la doctrine de l’église a été fixée par les pères de l’église et plus précisément les pères de l’église de l’Occident qui sont saint Ambroise, saint Augustin, saint Jérôme et saint Grégoire le grand. Saint Isidore reprend la distinction des 3 parties du droit : le droit naturel, le droit des gens et le droit civil mais en les repensant dans la perspective chrétienne. Le droit civil et le droit des gens sont des manifestations du droit humain tandis que le droit naturel se confond avec le droit divin. Le droit humain est l’expression des mœurs et des coutumes d’un pays donné. Le droit des gens est toujours le droit propre à tous les peuples c'est-à-dire à tous les hommes et le droit civil propre à un pays donné. Ainsi le droit civil et le droit des gens doivent être conformes au droit naturel c'est-à-dire au droit divin C) Le décret de gratien Le droit canonique est formé d’abord par les décisions des conciles qu’on appelle des canons, mais également les décrétales des papes, et puis les textes des Pères de l’Eglise. Ces différentes sources donnent lieu à une masse énorme de fragments, qui du Vème au XIIème ne va cesser de s’accroître. Les spécialistes du droit canon ou droit canonique, que l’on appelle les canonistes, s’appliquent à réunir ces textes dans ce qu’on appelé « les collections canoniques ». Pour les réunir, il faut les classer, les mettre en ordre, il faut comparer les textes, éclairer les obscurités, combler les lacunes, concilier les textes divergents c'est-à-dire résoudre les contradictions, il s’agit d’une tache immense mais typiquement juridique, car le droit est d’abord une discipline de la classification, de l’organisation et de la conciliation. Ce sont précisément ces collections canoniques qui portent le nom de décret, le plus célèbre est celui de Gratien, mais il a été précédé par celui d’Yves de Chartres, qui a été composé en 1094, il comporte »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles