Devoir de Philosophie

methodologie dissertation et commentaire

Extrait du document

METHODOLOGIE  Règles pour élaborer un plan : Un plan sert à guider l'auditeur, le lecteur et à faciliter la compréhension des propos. Facilite aussi la rédaction. 1ere règle : un bon plan n'à rien avoir avec un plan original. Un bon plan est un plan simple et clair. Mieux vaut un bon plan léger, qu'un plan plein de connaissance organiser n'importe comment. Doit être compris par tout public, par juriste comme non-juristes. 2em règle : choisir des titres parlant et compréhensible, approprier. 3em règle : avoir de bonnes transitions, tomber sous le sens. 4em règle : aller droit au but, à l'essentiel, faire des titres sobres et clair, pas de « ? », pas de « ( ) », ni de « : », car cela veut dire qu'on n'a pas mit l'essentiel, que ce n'est pas utile, ou que le plan est artificiel. On utilise jamais de « la question de ceci », « la réponse à ». On ne fait JAMAIS en droit de plan chronologique, sauf en subdivision mais pas dans les grandes parties. Eviter aussi les pronoms relatifs dans un plan, pas de « que », « qui ». Dans un titre il ne doit jamais avoir de juxtaposition des sous-parties. De la même manière ne jamais faire de phrase dans un titre => trop long, doit être sec et court. 5em règle : quand on réfléchie à la conception du plan, voir se qu'on inclut ou se qu'on exclu, qu'est ce qui est utile ou non. Ne pas oublier l'ouverture en conclusion. (Cela dit mieux vaut ne pas faire de conclusion que d'en faire une maladroite (en juste rappelant les composants des parties)). 6em règle : penser que le plan est une « commode » avec dans chaque tiroir un événement unique, pas de recoupement entre parties et sous parties. Chaque argument à sa place unique, on peut y faire allusion ailleurs mais juste allusion. Erreur commune à ne pas faire : (Voir site académie françaises « dire ou ne pas dire ») On ne dit pas « se baser sur &raq...

« Erreur commune à ne pas faire : (Voir site académie françaises « dire ou ne pas dire ») On ne dit pas « se baser sur » on dit « s’appuyer sur, se fonder sur … » ; autres erreur, on ne dit pas « de part », on ne dit pas « voir même », « comme par exemple » on dit « comme » ou « par exemple », on ne dit pas « dans le but de », on dit « par conséquent » ou « en conséquence » et pas « par conséquence » ; ne pas dire « au jour d’aujourd’hui » !!! ; Ne pas dire « s’avérer vrai » ou « s’avérer faux ». Au niveau de la loi on ne dit jamais « une loi stipule » car le verbe stipule est réservé au contrat, de la même manière la cour de cassation ne JUGE PAS elle DECIDE . Ce sont les cours d’appel qui juge . On dit un ARRET de la cour de cassation et non un jugement. En revanche on parle de JUGEMENT pour un tribunal d’instance/grande instance. Pour un tribunal : jugement ; pour une cour : un arrêt. Conseil pour la préparation de la dissertation : Tout ce qu’on a appris précédemment on peut appliquer sauf les 3 parties, et les plans de types thèse/antithèse/synthèse. En droit on cherche plutôt à faire un plan thématique . Faire des parties équilibrées . En droit on n’admet pas non plus les plans chronologiques. Notion essentiel à la dissertation : la problématique, qui est ce qui distingue la dissertation d’une réponse à une question de cours , ce qui fait le départ entre une dissertation et une question de cours c’est précisément la problématique. Il va de soit que l’on attend des connaissances de cours, mais on attend aussi la présence d’une problématique. Cette problématique n’est ni plus ni moins l’angle sous lequel on appréhende le sujet. C’est l’objectif avec lequel on considère le sujet. Ex : le sujet droit, morale et religion, on attend que les connaissances soient présentées sous une forme qui nous soit propre, personnelle . Pour les introductions on utilise la technique de « l’entonnoir » on va du plus simple au plus compliqué , on commence par définir les sujet et les termes du sujets , on justifie les inclusions, exclusions, on présente la problématique et on en déduit le plan . Ne jamais commencé les devoirs par des banalités comme « de tout temps » « les hommes ont toujours ». On peut commence par un élément d’actualité, un exemple lié au sujet. FICHE D’ARRET »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles