Devoir de Philosophie

ACTE 1 SCENE 1 LES CAPRICES DE MARIANNE SCENE D EXPOSITION

Extrait du document

 

INTRODUCTION Cet extrait est issu de la scène d’exposition de la pièce d’Alfred de Musset : les caprices de Marianne écrite en 1833 et jouée en 1851. Nous nous situons en plein période romantique qui est le reflet d’une jeunesse en déshérence (on peut noter les journées insurrectionnelles de juillet 1830 Cette pièce). Cette pièce est sous titrée comédie et entretient en effet certaines résonnances de la commedia DeIl Arte. Dans cette scène d’exposition, nous trouvons les personnages principaux et les liens qu’ils entretiennent entre eux. Marianne (qui n’est plus présente dans ce passage) est mariée avec Claudio. Coelio, amoureux mélancolique est fou de Marianne mais prétendant déçu, il est rejeté par cette dernière et demande à Octave son ami de plaider sa cause. La scène se situe en plein carnaval à Naples. Nous pourrons nous demander comment Musset à travers cette scène d’exposition présente t-il les deux personnages principaux masculin de la pièce et dévoile t-il en même temps le projet de sa pièce. Dans une première partie, nous étudierons le contraste marqué des deux personnages, puis dans une deuxième partie, nous analyserons l’oscillation entre deux univers théâtraux : de la comédie classique à une scène dramatique.

I) DES PORTRAITS CONTRASTES

A° Deux personnages apparement opposés ... 1)Tout d’abord physiquement, deux personnages de carnaval ,issus de la commedia de l’Arte mais différents : arlequin/pierrot ? .Octave est habillé de rouge en arlequin qui est un personnage haut en couleur« tu as un pied de rouge sur les joues «, qui aime faire la fête. Il symbolise le personnage libertin. Octave est ivre ligne 77 « tu es gris « ligne 9 Celio lui est en Pierrot(personnage triste de la commedia dell ‘Arte), vêtu de blanc et de gris qui sont deux couleurs sobres « d’où te vient ce large habit noir « ligne 7 2) 2 modes de vie opposés, gaieté/tristesse, epicurien/fidele Dans cette scène d’exposition nos deux amis apparaissent avoir également des modes de vie opposés Octave, le bouffon qui découche depuis une semaine « huit jours hors de chez toi « ligne 21- 2 On trouve pour octave, le champ lexical de la gaité : « couleur rouge, coupe joyeuse «ligne 38. Nous avons un personnage joyeux qui fête le carnaval et semble vouloir profiter des plaisirs de la vie « plus que jamais du vin de Chypre « ligne 13. De l’autre Celio , amoureux mélancolique , contrarié et fidèle « tu ignoreras ce que c’est qu’aimer… «, l’amour…trouble ma vie entière, depuis un mois j’erre autour de cette maison nuit et jour «. Le trouble de Coelio par rapport à son amour est mis en évidence par le ton lyrique de la dernière tirade de Coelio de cette extrait : ‘o mon ami « ligne 46, des phrases heurtées marquées par une ponctuation importante (virgules, point d’exclamation) 3) 2 personnalités différentes, moralisateur/ironie-moquerie Notons le ton moralisateur de Coelio qui a plusieurs reprises critique la vie dissolue de son ami a travers cette phrase interrogative pleine d’incompréhension voir d’impatience « combien de temps cela durera t-il ou encore et n’est pas un suicide «ligne 25 , tu te tueras ligne 22.On observe même une progression. L’opposition des deux amis est visible à travers le chiasme ( la phrase prise à l’envers « que tu es heureux d’être fou) « ligne 40, « que tu es fou de ne pas être heureux «. Mais Octave n’est pas qu’un bouffon, il est aussi plein d’esprit en témoigne sa longue tirade imagée ligne 26 à 39. Il traite son ami comme un grand enfant auquel il faut apporter son aide B) ...mais en réalité proches 1) personnages excessifs, marginaux, en marge de la société Autant Coelio est marqué par la mélancolie, autant Octave annonce la fête et les plaisirs. La similitude est marquée par des répétitions de termes: « pieds «, l'opposition par: « blanc « puis « rouge «, « accoutrement « puis « habit noir «... Certes ils s'opposent, l'un étant ténébreux et malheureux, l'autre joueur et volontiers cynique, l'un étant réservé envers les femmes, l'autre n'ayant pas peur de leur parler. Cependant, on pourra noter, au travers de l'analyse des métaphores, que tous deux connaissent une vie incertaine, caractérisée par l'instabilité. Octave se dépeint en « danseur de corde «. Aucun des deux ne se voit sur terre, les pieds bien ancrés dans une réalité qui les satisfait. et Coelio regrette que sa vie ne soit pas comme un miroir sur lequel tout glisse. (Référence métaphorique au long fleuve tranquille de la vie). Peut- être le miroir représente t-il aussi le personnage que voudrait être Coelio. Octave ne représente t-il pas l’opposé idéal de Coelio ? Sans doute est-ce une des raisons qui poussent Octave à vouloir protéger Cœlio, car en son ami, Octave se retrouve aussi . La syntaxe, l'ordre des phrases marquent cette identité des deux personnages, leur similitude est aussi différence, opposition. Le chiasme: « heureux d'être fou! « et « Fou de ne pas être heureux! «, notons la stichomythie, les deux personnages se répondent vivement surtout dans la première partie de cet extrait 2) Individualisme Deux personnages qui en font se regardent différemment certes Octave fait appel à la métaphore du balancier suspendu entre ciel et terre pour exprimer sa vie. Octave est un équilibriste, il s’étourdit, mais il n’apparait pas plus équilibré que son ami . Coelio se sert de la métaphore du miroir, mais de quel miroir parle t-il de sa vie qui défile sans qu’il ne se passe quelque chose, d’Octave qui représente en quelque sorte le miroir inversé 3) Thème de la mort Le thème de la mort est présent dans les paroles d’Octave comme celles de Coelho , thème prémonitoire Octave : « j’aimerai mieux mourir que d’intenter à mes jours «ligne 23 -24 Coelio « n’est pas un suicide comme un autre « : n’évoque t-il pas son propre suicide de la fin de la pièce ligne 25 Nous pouvons conclure que les deux personnages sont complètement différents mais reliés par une amitié et une certaine complicité. « Comment se porte, mon bon monsieur « ligne 1 ? ou parle Coelio « mon cher enfant «On peut voir une affection entre les deux personnages même si le ton est également un peu moqueur. II)UNE PIECE DE L ENTRE DEUX,DU MELANGE DES GENRES A° ENTRE COMEDIE ET TRAGIQUE 1°Un Vaudeville La pièce d’Alfred de Musset appartient à plusieurs genres en même temps. Une femme mariée, courtisée par un jeune premier, lequel demande à un ami de lui servir d’intermédiaire pour faire connaître son amour nous fait penser à une pièce de Vaudeville, on reconnait le couple à trois (le mari, la femme et l’amant).On s’attend à des dialogues «piquants « et à des rebondissements. 2° La commedia Dell’arte. Mais les « caprices de Marianne « constituent aussi une comédie inspirée de la commedia dell ‘Arte , les personnages remplissent des fonctions types :Pierrot (Coelio), Arlequin (Octave), Colombine (Marianne), le Dottore, le vieux mari jaloux. Octave annonce la fête et les plaisirs tandis que Coelio est marqué par la tristesse et la mélancolie. Marianne représente Colombine et le mari jaloux Dottore .Le décor et l’espace temporel nous sont apportés par les didascalies et les premières répliques qui décrivent sommairement la tenue des personnages 3°Un drame romantique Cette scène d’exposition nous fait penser également à un drame romantique : la personnalité de Marianne et de Coelio nous annoncent un fin tragique des la scène d’exposition. Une femme inaccessible, mais aussi le plaisir de Coelio dans la souffrance : il prend plaisir à rester devant la maison : « il me manque le repos, la douce insouciance «ou quel charme j’éprouve au lever de la lune. Coelio est l’archétype du romantique : mélancolique, malheureux perturbé, personnage fragile mais il est aussi poétique. Si Octave n’apparait pas tout de suite romantique, nous avons vu que c’était aussi un personnage instable qui se cherche « il continue sa course folle de l’orient à l’occident « Mais Musset parle de comédie à propos de sa pièce il prend le sens originel du mot qui signifie alors indifféremment toute pièce de théâtre, toute action dramatique. Ce mélange des genres se retrouve dans les personnages, leur personnalité et leurs manières de s’exprimer.

B°ENTRE COMIQUE ET TRAGIQUE 1°Une pièce comique Le comique s’exprime ici à travers des personnages vulgaires de carnaval. Des personnages dépeint exagérément « un pied au milieu du visagex. Notons aussi le ridicule des personnages : l’un est ivre, l’autre se répand sur un amour qui a peu de chance de se développer, puisque nous avons appris que l’objet de tout son amour est marié. On observe également un comique de langage à travers des stichomythies, des chiasmes et des jeux de mots comme « j’aimerais mieux mourir que d’attenter à mes jours «Ici on a presque un pléonasme.(dans les deux cas, il est mort…) 2° Une pièce aux accents tragiques Nous avons déjà mis en évidence le champ lexical de la mort « tu te tueras octave «, attentera à mes jours «, « suicide «. Des phrases exclamatives « quelle vie que la tienne «oh fou que tu es «…qui soulignent la souffrance du personnage de Coelio. Ce qui nous fait susciter de la pitié pour se personnage qui semble dés la scène d’exposition écrasé par son destin C° DIALOGUE THEATRALE ET TIRADE POETIQUE Cœlio réagit sur le mode émotif «), des exclamations («jamais elle n’a paru à sa fenêtre, jamais elle est venues «), des interrogations angoissées (« que me conseilles-tu ? «. Il ne prend aucun recul par rapport à ses pulsions et ses émotions Il se caractérise ainsi par une grande émotivité, liée à une vision pessimiste de la vie Octave est très certainement le personnage le plus théâtrale de cette scène, nous avons vu qu’il utilise dans son discours de nombreux jeux de langues et figures de style qui en font un personnage haut en couleur illustrant bien les personnages issus de la commedia dell ’arte. Il manie l’humour et la dérision. Les deux personnages exprime chacun leur vie dans des longues tirades de manière métaphorique. CONCLUSION Dans cette scène d’exposition, les deux personnages masculins principaux sont présentés ainsi que leurs relations, de même que l’intrigue. Leur amitié resistera t-elle au service que demande Coelio à son ami ? On devine des à présent que Coelio restera très certainement l’amoureux éconduit. Même si cette scène se veut plutôt enjouée grâce à la présence d’Octave, elle apparait à travers certaines répliques plus grave. Le thème de la mort est déjà présent. Coelio ne représente t-il pas le personnage romantique, torturé et ténébreux qu’était Alfred de Musset

 

« personnage que voudrait être Coelio. Octave ne représente t-il pas l'opposé idéal de Coelio ? Sans doute est-ce une des raisonsqui poussent Octave à vouloir protéger Cœlio, car en son ami, Octave se retrouve aussi .La syntaxe, l'ordre des phrases marquent cette identité des deux personnages, leur similitude est aussi différence, opposition. Lechiasme: « heureux d'être fou! » et « Fou de ne pas être heureux! », notons la stichomythie, les deux personnages se répondentvivement surtout dans la première partie de cet extrait 2) IndividualismeDeux personnages qui en font se regardent différemment certesOctave fait appel à la métaphore du balancier suspendu entre ciel et terre pour exprimer sa vie. Octave est un équilibriste, ils'étourdit, mais il n'apparait pas plus équilibré que son ami .Coelio se sert de la métaphore du miroir, mais de quel miroir parle t-il de sa vie qui défile sans qu'il ne se passe quelque chose,d'Octave qui représente en quelque sorte le miroir inversé 3) Thème de la mortLe thème de la mort est présent dans les paroles d'Octave comme celles de Coelho , thème prémonitoireOctave : « j'aimerai mieux mourir que d'intenter à mes jours »ligne 23 -24Coelio « n'est pas un suicide comme un autre » : n'évoque t-il pas son propre suicide de la fin de la pièce ligne 25Nous pouvons conclure que les deux personnages sont complètement différents mais reliés par une amitié et une certainecomplicité. » Comment se porte, mon bon monsieur » ligne 1 ? ou parle Coelio « mon cher enfant »On peut voir une affectionentre les deux personnages même si le ton est également un peu moqueur.II)UNE PIECE DE L ENTRE DEUX,DU MELANGE DES GENRESA° ENTRE COMEDIE ET TRAGIQUE1°Un VaudevilleLa pièce d'Alfred de Musset appartient à plusieurs genres en même temps.Une femme mariée, courtisée par un jeune premier, lequel demande à un ami de lui servir d'intermédiaire pour faire connaître sonamour nous fait penser à une pièce de Vaudeville, on reconnait le couple à trois (le mari, la femme et l'amant).On s'attend à desdialogues »piquants » et à des rebondissements.2° La commedia Dell'arte. Mais les « caprices de Marianne » constituent aussi une comédie inspirée de la commedia dell ‘Arte ,les personnages remplissent des fonctions types :Pierrot (Coelio), Arlequin (Octave), Colombine (Marianne), le Dottore, le vieuxmari jaloux. Octave annonce la fête et les plaisirs tandis que Coelio est marqué par la tristesse et la mélancolie.Marianne représente Colombine et le mari jaloux Dottore .Le décor et l'espace temporel nous sont apportés par les didascalieset les premières répliques qui décrivent sommairement la tenue des personnages3°Un drame romantiqueCette scène d'exposition nous fait penser également à un drame romantique : la personnalité de Marianne et de Coelio nousannoncent un fin tragique des la scène d'exposition. Une femme inaccessible, mais aussi le plaisir de Coelio dans la souffrance : ilprend plaisir à rester devant la maison : « il me manque le repos, la douce insouciance »ou quel charme j'éprouve au lever de lalune.Coelio est l'archétype du romantique : mélancolique, malheureux perturbé, personnage fragile mais il est aussi poétique.Si Octave n'apparait pas tout de suite romantique, nous avons vu que c'était aussi un personnage instable qui se cherche « ilcontinue sa course folle de l'orient à l'occident »Mais Musset parle de comédie à propos de sa pièce il prend le sens originel du mot qui signifie alors indifféremment toute piècede théâtre, toute action dramatique.Ce mélange des genres se retrouve dans les personnages, leur personnalité et leurs manières de s'exprimer. B°ENTRE COMIQUE ET TRAGIQUE1°Une pièce comiqueLe comique s'exprime ici à travers des personnages vulgaires de carnaval. Des personnages dépeint exagérément « un pied aumilieu du visagex.Notons aussi le ridicule des personnages : l'un est ivre, l'autre se répand sur un amour qui a peu de chance de se développer,puisque nous avons appris que l'objet de tout son amour est marié.On observe également un comique de langage à travers des stichomythies, des chiasmes et des jeux de mots comme » j'aimeraismieux mourir que d'attenter à mes jours »Ici on a presque un pléonasme.(dans les deux cas, il est mort…)2° Une pièce aux accents tragiquesNous avons déjà mis en évidence le champ lexical de la mort « tu te tueras octave », attentera à mes jours », « suicide ». »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles