Devoir de Philosophie

Dissertation - Comment la poésie par l'ensemble des jeux qu'elle impose, provoque des émotions.

Extrait du document

Comment la poésie par l'ensemble des jeux qu'elle impose, provoque des émotions.

 

Le mot poésie vient du verbe grec poiein qui signifie \"produire\", \"créer\". Le poète se donne un pouvoir d'invention et de création verbale en exploitant toutes les ressources de la langue. Nous verrons dans cette dissertation quelles émotions la poésie provoque elle et comment les provoquent elles.

 

    La poésie utilisée pour exprimer des émotions

     

La poésie est un travail sur les mots, un art du langage qui en explore toutes les ressources et vise à exprimer ou suggérer quelque chose, en jouant sur les sonorités, le rythme, la musicalité. A l'origine, la poésie était chantée accompagnée d'une lyre, ce qui a donné naissance à la notion de poésie lyrique. Chaque auteur révèle une partie de lui-même dans son œuvre, fait partager ses sentiments et ses émotions.

La poésie lyrique est centré sur le 'je' du poète exprimant ainsi son bonheur, son malheur, ses doutes, ses problèmes grâce à la poésie. Anna de Noailles, dans J'écris, dit ainsi \"J'ai dit ce que j'ai vu et ce que j'ai senti\".

Les émotions sont souvent sources de mélancolie et de désespoir de la part du poète avec comme thème préféré l'amour. Les femmes inspirant cet amour, dans le bonheur ou dans la souffrance, sont parfois devenues de véritables muses, comme Jeanne Duval pour Baudelaire

L'amour, bien que le poète semble un être malheureux, l'amour n'est pas toujours la cause de son malheur. Il s'agit parfois d'un mal plus abstrait, plus profond : le spleen. C'est un état d'insatisfaction générale de l'âme, une sensation de vide, d'inachèvement. Au XIXème siècle, de nombreux poètes ressentent un manque essentiel, un besoin d'idéal ou d'ailleurs qu'ils ne peuvent exprimer qu'à travers la poésie. Baudelaire évoque ainsi dans Spleen les \"longs ennuis\" et \"l'Angoisse atroce\", qui qualifient son mal-être, son mal de vivre. En plus de ce dégoût du monde, le poète recherche parfois un idéal, un monde meilleur. Baudelaire, dans le poème Élévation,exprime ainsi son désir d'ascension vers un idéal qu'il ne peut trouver sur Terre. Stéphane Mallarmé, dans Poésies, ressent des tourments si profonds que seule la mort lui paraît libératrice : \"j'ôterai la pierre et me pendrai\". La poésie se fait alors plainte.

Le poète essaye d'extériorisé en mot ses émotions comme l'amour ou le spleen

et cette humanité touche le lecteur car cela le renvoi à ses propres émotions. Il réussi à exprimer ses émotions notamment grâce aux nombreuses techniques poétiques.

 

  1. Les techniques poétiques

 

La poésie est porteuse de sentiments tout d'abord par sa musicalité. C'est une langue cadencée et rythmée : chaque vers comporte un certain nombre de syllabes, chaque strophe contient un certain nombre de vers. Ceci crée chez le lecteur un sentiment de rythme et d'ordre poétique. Les rimes, les assonances, les allitérations et les paronomases interpellent des sentiments chez le lecteur. Par exemple dans Chansons d'automne –Poèmes saturniens  « Les sanglots longs des violons de l'automne » On remarque dans ce vers une allitération en « L » ce qui provoque un sentiment de mélancolie et de tristesse.  De plus, la poésie emploie beaucoup de mots rares, que le lecteur ne connaît pas tout le temps. Il va donc inventer lui-même une signification à ce mot, en fonction du sens général du poème et de la sonorité du mot. Il fera donc appel aux sentiments que le mot lui provoque pour comprendre son sens. Ainsi, Rimbaud écrit dans Voyelles :  « U, cycles de vibrements divins des mers virides,  Paix des pâtis semés d'animaux […] »

De même, Guillaume Apollinaire s’est essayé au poème graphique, représentant un objet avec du texte qui s’y rapporte.

 

 

Cette recherche est indissociable de la poésie traditionnelle, qui s’est par ailleurs dotée de formes fixes codifiées par des règles d’une grande précision, comme le sonnet, la ballade …

Celles-ci peuvent remonter jusqu’à l’Antiquité, puisque l’épopée a par exemple des origines grecques. On voit donc bien que le jeu sur les mots est inhérent au langage poétique quel qu’il soit.

Mais le travail sur la langue ne passe pas exclusivement par le respect de ces contraintes, puisque de nombreux auteurs les ont rejetées, à l’image de plusieurs poètes contemporains qui ont préféré le vers libre à l’écriture traditionnelle. Ils se sont cependant fixés de nouvelles règles, de nouveaux objectifs, preuve supplémentaire que la poésie s’appuie toujours sur une recherche sur les mots.

Raymond Queneau, fondateur du groupe de l’Oulipo qui représente bien ce renouveau du genre, a par exemple rédigé de nombreux lipogrammes en s’interdisant l’emploi de certaines lettres courantes : l’écriture d’une telle œuvre s’apparente bien à un jeu sur le français voire presque à un amusement mathématique, conforme d’ailleurs à l’esprit scientifique de l’auteur.

De même, Guillaume Apollinaire s’est essayé au poème graphique, représentant un objet avec du texte qui s’y rapporte.

Comment la poésie par l'ensemble des jeux qu'elle impose, provoque des émotions.

 

Le mot poésie vient du verbe grec poiein qui signifie \"produire\", \"créer\". Le poète se donne un pouvoir d'invention et de création verbale en exploitant toutes les ressources de la langue. Nous verrons dans cette dissertation quelles émotions la poésie provoque elle et comment les provoquent elles.

 

    La poésie utilisée pour exprimer des émotions

     

La poésie est un travail sur les mots, un art du langage qui en explore toutes les ressources et vise à exprimer ou suggérer quelque chose, en jouant sur les sonorités, le rythme, la musicalité. A l'origine, la poésie était chantée accompagnée d'une lyre, ce qui a donné naissance à la notion de poésie lyrique. Chaque auteur révèle une partie de lui-même dans son œuvre, fait partager ses sentiments et ses émotions.

La poésie lyrique est centré sur le 'je' du poète exprimant ainsi son bonheur, son malheur, ses doutes, ses problèmes grâce à la poésie. Anna de Noailles, dans J'écris, dit ainsi \"J'ai dit ce que j'ai vu et ce que j'ai senti\".

Les émotions sont souvent sources de mélancolie et de désespoir de la part du poète avec comme thème préféré l'amour. Les femmes inspirant cet amour, dans le bonheur ou dans la souffrance, sont parfois devenues de véritables muses, comme Jeanne Duval pour Baudelaire

L'amour, bien que le poète semble un être malheureux, l'amour n'est pas toujours la cause de son malheur. Il s'agit parfois d'un mal plus abstrait, plus profond : le spleen. C'est un état d'insatisfaction générale de l'âme, une sensation de vide, d'inachèvement. Au XIXème siècle, de nombreux poètes ressentent un manque essentiel, un besoin d'idéal ou d'ailleurs qu'ils ne peuvent exprimer qu'à travers la poésie. Baudelaire évoque ainsi dans Spleen les \"longs ennuis\" et \"l'Angoisse atroce\", qui qualifient son mal-être, son mal de vivre. En plus de ce dégoût du monde, le poète recherche parfois un idéal, un monde meilleur. Baudelaire, dans le poème Élévation,exprime ainsi son désir d'ascension vers un idéal qu'il ne peut trouver sur Terre. Stéphane Mallarmé, dans Poésies, ressent des tourments si profonds que seule la mort lui paraît libératrice : \"j'ôterai la pierre et me pendrai\". La poésie se fait alors plainte.

Le poète essaye d'extériorisé en mot ses émotions comme l'amour ou le spleen

et cette humanité touche le lecteur car cela le renvoi à ses propres émotions. Il réussi à exprimer ses émotions notamment grâce aux nombreuses techniques poétiques.

 

  1. Les techniques poétiques

 

La poésie est porteuse de sentiments tout d'abord par sa musicalité. C'est une langue cadencée et rythmée : chaque vers comporte un certain nombre de syllabes, chaque strophe contient un certain nombre de vers. Ceci crée chez le lecteur un sentiment de rythme et d'ordre poétique. Les rimes, les assonances, les allitérations et les paronomases interpellent des sentiments chez le lecteur. Par exemple dans Chansons d'automne –Poèmes saturniens  « Les sanglots longs des violons de l'automne » On remarque dans ce vers une allitération en « L » ce qui provoque un sentiment de mélancolie et de tristesse.  De plus, la poésie emploie beaucoup de mots rares, que le lecteur ne connaît pas tout le temps. Il va donc inventer lui-même une signification à ce mot, en fonction du sens général du poème et de la sonorité du mot. Il fera donc appel aux sentiments que le mot lui provoque pour comprendre son sens. Ainsi, Rimbaud écrit dans Voyelles :  « U, cycles de vibrements divins des mers virides,  Paix des pâtis semés d'animaux […] »

De même, Guillaume Apollinaire s’est essayé au poème graphique, représentant un objet avec du texte qui s’y rapporte.

 

 

Cette recherche est indissociable de la poésie traditionnelle, qui s’est par ailleurs dotée de formes fixes codifiées par des règles d’une grande précision, comme le sonnet, la ballade …

Celles-ci peuvent remonter jusqu’à l’Antiquité, puisque l’épopée a par exemple des origines grecques. On voit donc bien que le jeu sur les mots est inhérent au langage poétique quel qu’il soit.

Mais le travail sur la langue ne passe pas exclusivement par le respect de ces contraintes, puisque de nombreux auteurs les ont rejetées, à l’image de plusieurs poètes contemporains qui ont préféré le vers libre à l’écriture traditionnelle. Ils se sont cependant fixés de nouvelles règles, de nouveaux objectifs, preuve supplémentaire que la poésie s’appuie toujours sur une recherche sur les mots.

Raymond Queneau, fondateur du groupe de l’Oulipo qui représente bien ce renouveau du genre, a par exemple rédigé de nombreux lipogrammes en s’interdisant l’emploi de certaines lettres courantes : l’écriture d’une telle œuvre s’apparente bien à un jeu sur le français voire presque à un amusement mathématique, conforme d’ailleurs à l’esprit scientifique de l’auteur.

De même, Guillaume Apollinaire s’est essayé au poème graphique, représentant un objet avec du texte qui s’y rapporte.

Liens utiles